Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD FM / A.O.R   |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : House Of Lords

James CHRISTIAN - Meet The Man (2004)
Par BEHEMOTH le 27 Janvier 2005          Consultée 1413 fois
Moi j’en connais sur ce site qui ont toute une culture hard FM/mélodique à refaire, continuant sans cesse de véhiculer des clichés éhontés sur ce genre musical jonché de joyaux ne demandant qu’à être découverts. Comme quoi il n’y aurait que des chansons à l’eau de rose par exemple… Ridicule voyons, ça se saurait, tenez je prends le nouvel album de James Christian par exemple, et je traduis les titres. Ce qui donne : « Après que l’amour soit parti » « Te connaître dans le noir » « Succomber à ton amour » « L’amour a regardé dans ma vie » « Rencontre l’homme » . Euhhhh oubliez ça, c’est un mauvais exemple !

Parlons plutôt de l’album de ce James Christian, un nom qui n’évoquera certainement que peu de choses à la plupart d’entre vous. James « le chrétien » (oui j’aime bien traduire), J.C pour les intimes n’est absolument pas le leader d’un groupe de white metal malgré ce que son patronyme pourrait laisser penser. Il fût le leader du groupe de hard FM House of Lords (heureusement qu’il y a un « s » à Lords, sinon avec « La maison du Seigneur » j’aurais commencé à me poser sérieusement des questions) avec lequel il enregistra 3 albums. Leur dernier opus, paru en 2004 n’a apparemment pas fait l’unanimité tant du côté des fans que du chanteur, c’est pourquoi J.C donna naissance à ce second album solo (successeur de « Rude awakening » sorti en 94).
« Meet the man » devrait sans nul doute réconcilier l’homme et son public tant la qualité est celle que l’on était en droit d’attendre de la part de House of Lords.

L’album est composé de plusieurs morceaux écrits par J.C tout au long de sa carrière, mais attention, ne confondez pas, ici on a à faire à un véritable album, et non pas à une compil de vagues démos sorties d’un tiroir poussiéreux.

Du concentré de FM pur et dur, c’est ce que l’on nous balance en pleine poire pendant près d’une heure. Soli ultra mélodiques, refrains entêtants, compos pêchues et énergiques, et surtout, SURTOUT, la voix exceptionnelle de James Christian. Ce mec transpire le feeling par tous les pores, c’en est parfois assez impressionnant. On en est pas au niveau d’un Jeff Scott Soto, mais la performance méritait d’être soulignée !
Musicalement, nous sommes en terrain connu, puisque le style évoque furieusement le Bon Jovi des années 80, rien d’original c’est certain, mais les disques de qualité dans ce style se font de plus en plus rares de nos jours.

Certes tout n’est pas excellent, on a droit à quelques morceaux dispensables tel que ce You Should be blue (en plus ce mec aime les Schtroumpfs, quel est son point faible ?) mais ils sont éclipsés par des chansons plus remuantes aux refrains imparables tels que cette formidable entrée en matière qu’est After the love has gone ou l’hymne imparable qu’est Leave well enough alone. Un hit en puissance qui aurait rempli quelques stades à lui tout seul dans les années 80 (comment ça j’exagère ??? ok, un peu, mais juste un peu !). Décidé à varier les plaisirs, James Christian ajoute ici et là une touche Hard US ainsi que quelques riffs plutôt heavy, ce qui n’est vraiment pas pour me déplaire !
Ce J.C n’est cependant pas parvenu à un miracle (que je suis drôle décidemment) pour la production, car le point faible se situe bel et bien à ce niveau. C’est encore une fois Fabrizio Grossi qui s’y colle, un habitué des productions Frontiers (From the inside, ou encore Over the edge), et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’a pas décidé de changer une équipe qui gagne. Mêmes musiciens, même son… L’album perd donc en personnalité mais également en puissance, le son de batterie s’avérant un peu limite par moments.

Au final, nous sommes face à un album qui ravira sans conteste les fans du genre, mais qui ne convertira pas les réfractaires . Ce n’est d’ailleurs pas le but de ce « Meet the Man », petite perle mélodique entrant facilement dans le top des sorties FM de 2004.




Marquez et partagez




 
   BEHEMOTH

 
  N/A



- James Christian (chant, claviers)
- Roberto Vanni (guitare)
- Jm Scottolin (guitare)
- Biggs Brice (batterie)
- Fabrizio V. Zee Grossi (basse)


Non disponible



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod