Recherche avancée       Liste groupes



      
METALCORE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel Du Groupe (60)
 Myspace Du Groupe (68)

CALIBAN - The Opposite From Within (2004)
Par JEREMY le 19 Janvier 2005          Consultée 2239 fois
Un jour, Helloween eu la bonne idée de sortir Keepers Of The Seven Keys, album totalement original pour l’époque puisque les Citrouilles venaient de créer le Speed Metal. Vingt ans après, le genre est saturé de copie conforme, et fourmille de groupes tous aussi peu imaginatifs les uns que les autres. Certes, il n’y a aucun rapport entre Helloween et Caliban en dehors du fait que les deux combos viennent d’Allemagne, mais le phénomène est pratiquement le même dans la mouvance que certains appellent "New Wave Of American Heavy Metal", à la nuance près que Caliban ferait plutôt parti des suiveurs et non des créateurs.

En effet, après trois albums dans la plus pure tradition hardcore, voilà que Caliban renie ses origines pour se mettre à suivre la voie du genre de metal le plus en vogue actuellement : le "metalcore" (puisqu’apparement c’est ainsi que l’on nomme ce mélange de hardcore et de metal mélodique). The Opposite From Within ne déroge donc pas aux règles du genre imposées par Killswitch Engage ou Chimaira. C’est à dire que Caliban propose la recette déjà maintes fois utilisée, qui emprunte au hardcore ses rythmiques véloces et surtout son chant braillé sur les couplets, et au metal (et plus particulièrement à la scène Death mélodique suèdoise) une bonne partie des riffs de guitares et le chant clair et mélodique des refrains. Le tout pour un rendu déjà entendu un nombre incalculable de fois.

De plus, la production d’Anders Friden (In Flames) fait de plus en plus lorgner le groupe vers le son suédois, et plus particulièrement vers celui des derniers albums d’In Flames justement, ce qui participe encore plus à l’effacement de la personnalité (hardcore à l’origine) de Caliban. Ainsi, l’on se retrouve avec des titres parfaitement réussi, comme "Goodbye" ou "Stand Up", qui aurait facilement pu trouver leur place sur un Reroute To Remains, par exemple, mais aussi avec une majorité de morceaux convenus et inutiles. Néanmoins, Anders Friden connaît parfaitement son métier car la production est parfaitement dosée, mais je reste persuadé que les allemands auraient gagné en efficacité avec un son peut-être moins "propre", mais plus personnel. Le seul morceau tentant de sortir un minimum des sentiers battus et rebattus par le genre est "Certainly… Corpses Bleed Cold", mais, malheureusement, il sonne exactement comme du Ill Niño, c’est à dire du néo metal mélodique plutôt agréable, mais assez impersonnel (encore une fois !).

Finallement, malgré une technique parfaitement maîtrisée (la session rythmique est grandiose) et une production très (trop) soignée, la musique quant-à elle mériterait plus d’attention car, à part un ou deux titres, aucun morceaux ne sort vraiment du lot. Plus concrètement, on s’ennuie ferme pendant toute la durée du CD. Un album moyen, réalisé par un groupe qui peut mieux faire (ils l’ont déjà démontrer par le passé, notamment sur "Shadow Hearts") dans un genre où, parallèlement à la scène Speed, tant de groupes éclosent, on devient de plus en plus exigeant sur la qualité. Et à la moindre faute de goût, on est recalé. C’est ce qui vient d’arriver à Caliban.




Marquez et partagez




 
   JEREMY

 
  N/A



- Andreas Dörner (vocaux hurlés)
- Marc Görtz (guitare)
- Denis Schmidt (guitare, vocaux clairs)
- Patrick Grün (batterie)
- Boris Pracht (basse)


1. The Beloved And The Hatred
2. Goodbye
3. I've Sold Myself
4. Standup
5. Senseless Fight
6. Stigmata
7. Certainly… Corpses Bleed Cold
8. My Little Secret
9. One Of These Days
10. Salvation
11. Diary Of An Addict
12. 100 Suns



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod