Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Nostradameus
- Membre : Tad Morose

MORIFADE - Domi<>nation (2004)
Par BAST le 2 Août 2004          Consultée 3752 fois

On a beau répéter que le heavy mélodique est en perte constante de vitesse depuis deux ou trois ans, qu’il est en train d’être supplanté par les styles plus extrêmes qu’endossent des formations telles IN FLAMES, SOILWORK ou CHILDREN OF BODOM, je considère l’année 2004 comme l’une des plus fécondes dans le genre.

Car après HEAVENLY, DIONYSUS, DRAGONFORCE et beaucoup d’autres, c’est au tour des suédois de MORIFADE de nous proposer un excellent album mêlant mélodies épiques, chœurs fédérateurs et rythmique véloce. « Domi<>nation » dispose de tous les atouts nécessaires pour réhabiliter MORIFADE dans le cœur des fans, eux qui avaient réservé un si bon accueil à « Possession Of Power », première réalisation du groupe.

Vous vous souvenez certainement de cette pochette colorée qui illustrait un album de qualité, paru chez CNR (c’était juste avant que Olivier Garnier ne créée NTS et ne récupère tout le catalogue de cette compagnie d’Arcade). Vous vous souvenez sans doute aussi de la production très faible de cet opus qui obligeait à monter le volume au maximum. Et vous vous souvenez tout autant des espoirs qui avaient été placés dans le groupe.

Oui, mais MORIFADE a joué de malchance juste après la sortie de cet opus. Car leur label suédois, Loud N’Proud Records a déposé le bilan quelques mois après avoir signé un contrat alléchant de distribution avec CNR et MORIFADE s’est dès lors retrouvé sans label. Après de nombreuses tractations, le choix des suédois s’est porté sur Hammerheart Records (qui s’appelle désormais Now Karmageddon Media) , un label underground efficace, mais qui ne bénéficiait pas, quant à lui, du soutien de NTS. L’album suivant de MORIFADE, « Imaginarium », n’a donc pas bénéficié de la même promotion et est sortie en France dans une certaine indifférence. Ajoutez à cela des compositions moyennes, sans doute bâclées en raison des soucis du groupe à trouver refuge, « Imaginarium » a constitué un échec relatif.

Et c’est quatre années après « Possession Of power » que les suédois proposent au public un album qui devrait pouvoir rallier de nouveau le soutien des nombreux fans de speed mélodique. Car tous les atouts du groupe ont été réunis sur cet opus pour accoucher d’une œuvre impressionnante. On retrouve les mêmes ingrédients que ceux de « Possession Of Power », l’aspect symphonique toutefois réduit, mais avec cette fois-ci une production digne des neuf compositions que compte « Domi<>nation », Andy La Rocque se trouvant derrière les manettes.

L’album commence par un titre qui mêle speed mélodique et courts passages progressifs. Cela donne un titre direct qui se complexifie par moments. Le refrain est simple mais prenant. Mais ce que l’on remarque le plus, c’est la rythmique, variée, puissante et très travaillée. Un bon titre, mais la suite est encore meilleure. La suite, c’est « A Silent Revolution », qui débute comme une ballade, avec cette mélodie cristalline à la STRATOVARIUS. Puis le morceau s’accélère d’un coup pour se muer en brulôt de speed mélodique (toujours avec ces quelques passages progs). Tout y est superbe : la rythmique, encore une fois, le chant très suédois de Stefan Petersson et, par-dessus tout, ce refrain qui rappelle énormément le premier album de MORIFADE.

C’est à compter de ce titre que l’album enchaîne les prouesses où mélodies, vitesse, rythmique incisives se croisent et se recroisent pour tisser des titres hauts en couleurs : « The Second Coming » et ses lignes vocales épiques à souhait ou son refrain très FM, le somptueux et peut-être meilleur titre de l’album « Clarity (Fragments of a Dream) » divin de bout en bout, avec son thème de guitare récurent à la GAMMA RAY, ses lignes vocales merveilleuses ou sa montée en puissance fédératrice sur le refrain , ou encore « The Rising », dominé par des chœurs puissants et un riff incisif remarquable. Finalement, il n’y a guère que le premier morceau qui pourra sembler inférieur au reste. Parce que pour ce qui est des huit titres suivant, on a affaire à ce qui se fait de mieux ou presque en matière de speed mélodique.

Le titre de meilleur album de speed mélodique de l’année 2004 risque d’être on ne peut plus difficile à décerner. Même si ma préférence va à HEAVENLY, je trouve que MORIFADE tire son épingle du jeu vis-à-vis de ses concurrents grâce à un style très personnel et à l’adjonction de quelques idées bienvenues. Très grosse surprise en provenance de Suède. Après INSANIA, le pays scandinave vient de se trouver deux pointures pour le représenter de la meilleure des façons puisque HAMMERFALL se fourvoie depuis bien longtemps et que NOCTURNAL RITES a perdu une bonne partie de sa superbe après le départ du fabuleux chanteur Anders Zackrisson. Fans de speed mélodique, ne passez pas à côté de ce grand, très grand album.

A lire aussi en POWER METAL par BAST :


TIMELESS MIRACLE
Into The Enchanted Chamber (2005)
Speed mélodique grandiose




MAGIC KINGDOM
Metallic Tragedy (2004)
MALMSTEEN qui jouerait du BLIND GUARDIAN !


Marquez et partagez






 
   BAST

 
  N/A



- Stefan Petersson (vocals)
- Jesper Johansson (guitars)
- Robin Arnell (guitars)
- Henrik Weimedal (bass)
- Fredrik Eriksson (keyboards)
- Kim Arnell (drums)


1. 01 - Parallels
2. 02 - A Silent Revolution
3. 03 - The Second Coming
4. 04 - Words I Never Speak
5. 05 - Clarity (fragments Of A Dream)
6. 06 - Panopticon
7. 07 - The Rising
8. 08 - Erase
9. 09 – Memory’s End
10. 10 - Cast A Spell (version Digipack)
11. 11 - As Time Decides (version Digipack)
12. 12 - Tomorrow Knows (version Digipack)
13. 13 - Dance With The Devil (version Digip
14. 14 - Judas (helloween - Digipak)
15. 15 - Lost Within A Shade (clip)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod