Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL INCLASSABLE  |  STUDIO

Commentaires (7)
Metalhit
Lexique neo metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Serj Tankian, Scars On Broadway
 

 Site Officiel (192)
 Facebook (155)

SYSTEM OF A DOWN - Steal This Album ! (2002)
Par JULIEN le 13 Février 2004          Consultée 10769 fois

Euh… C’est quoi ce boitier aride ? C’est quoi ce livret brillant par son absence ? Mais le troisième disque des SYSTEM OF A DOWN mon garçon ! Constitué de morceaux piochés dans une période s’étalant de 1995 à 2001, soit balayant une étendue temporelle prenant racine dans les temps précédant les débuts discographiques du groupe et débordants sur les sessions d’enregistrement du génial « Toxicity », ce « Steal This Album » au titre provocateur n’est rien d’autre qu’une monstrueuse compilation de seize morceaux des américano-arméniens les plus frappés du monde du Metal.

Ah, j’en vois déjà qui se gaussent… Pourquoi ? Parce que j’ai dit Metal ? Peuh, ceux qui affichent une mauvaise foi leur faisant opposer un sourire de dédain à mon propos n’ont de toute évidence pas écouté attentivement SYSTEM OF A DOWN. Car s’il est bien une formation ricaine qui, bien que classée injustement Néo, n’en reste pas moins apte à faire parler la poudre, le tout avec une puissance toute métallique, c’est bien SYSTEM OF A DOWN ! Des preuves ? Ben, bouffez vous dans les gueules les guitares surpuissantes et Thrashisantes de « Bubbles », « I-E-A-I-A-I-O » ou « Pictures » entre autres et pleurez les gars ! Et ce « Boom ! » cinglant et sombre, jeté comme un gros pavé bien contondant à la face des connards qui jouent à faire pêter leurs saloperies un peu partout, hein, c’est de la plaisanterie à la Nu Metal décérébrée peut-être ?

En réalité non contents de pulvériser toute la clique anémique qui s’est engouffrée dans le sillage des incomparables KORN, nos quat’ z’amis de SYSTEM OF A DOWN se sont offerts deux luxes : tout d’abord celui de déposer dès leur premier disque une empreinte sonore tellement singulière et excellente que les autres ne pourront désormais plus qu’être taxés de piteux suiveurs ; deuxièmement, celui de n’être désormais plus considéré comme un groupe espoir, mais comme une formation leader dont certains feraient bien de s’inspirer désormais (je pense tout particulièrement à MACHINE HEAD et ses tentatives Néo pas toujours heureuses et à METALLICA dont le « Frantic », par exemple, fait plus que piquer à SYSTEM), tout en sachant ne jamais en effleurer ne serait-ce qu’une once de fraicheur.

Eh oui, nos quatre illustres (et purement excellents) musiciens sont parvenus avec leur créature à modeler une musique novatrice, riche, très concise (les morceaux dépassant les trois minutes et demi sont rares), et qui fourmille pourtant de tant d’idées que l’on ne peut que rester admiratif : farouchement agressive (le sans concession « A.D.D. »), émondée de la graisse pataude du son Néo, très émotionnelle quand le coeur leur réclame (« Inner Vision », « Highway Song » ou « Roulette » sont des merveilles), toujours originales même lorsque le temps est au rentre-dedans, bondissantes et très dynamiques, les chansons de SYSTEM OF A DOWN profitent sans scrupules des hautes qualités musicales et techniques de musiciens aguerris, et dont les instruments sont directement branchés à même leur feeling (la montée émotionnelle qui étreint la gorge sur « Streamline »).

Voilà. Là où bien des groupes tentent vainement de surfer sur la vague du succès et des modes, adoptant attitudes hautaines et discours présomptueux, les mecs de SYSTEM OF A DOWN se permettent de nous balancer seize titres non retenus jusqu’ici, et qui auraient tous pu, ou presque, figurer sur les deux premiers disques du groupe sans que jamais l’auditeur ne se plaigne d’un quelconque remplissage ou de titres faiblards : ces morceaux, magnifiquement produits par Rick Rubin qui donne aux gars de Los Angeles un son abrupt, simple et bien costaud, jouent sur la jouissance du petit détail tuant, d’une mélodie à se pâmer ou du riff qui fait la différence, avec cet élément indissociable de SYSTEM OF A DOWN : l’action conjointe et épatante d’une sensibilité arménienne et folklorique (les parties de chants singulières de « I-E-A-I-A-I-O », les instruments traditionnels de « Nüguns ») et d’un humour parfaitement ravageur qui vient contrebalancer, à l’intérieur même du morceau, une couleur noirâtre bien pesée (« 36 », « Pictures » et ce break galopant de caisse claire sur fond de trompettes « chantées » par Serj, le délirant « F*** The System » et son chant qui s’ébroue tel un canasson espiègle) : bon sang que ça fait du bien de voir des musicos aussi brillants lester tout leur talent d’une bonne dose d’attitude dénuée de prise de tête !

Bien, que dire de plus ? Qu’en dépit des craintes légitimes que l’on pouvait nourrir, cette compilation est rendue merveilleusement homogène par un agencement astucieux des morceaux, que nombre des titres ici présents sont des hits en puissance, que ce groupe montre la voie aux dinosaures du Metal un tantinet fatigués ? Oui ! Que cet album n’est pas parfait ? C’est vrai aussi, deux ou trois titres séduisant moins l’oreille que les autres, et le caractère débridé de certaines compositions risquent bien d’en déconcerter plus d’un… mais ce n’est là que détails tant la sauce qui lie ces seize compos est savoureuse et inimitable, originale en diable ! Alors un peu d’ouverture d’esprit !

Une conclusion ? Prenez donc le temps de vous immerger totalement dans cet esprit de déjante émotionnelle autant que rude de cette géniale formation ambitieuse et attachante, vous n’en reviendrez pas sans quelques bons souvenirs, dans le pire des cas ! Car la musique des SYSTEM OF A DOWN est si recherchée et compulsive dans son soucis d’exploration affamé que l’on est quasi forcé d’y trouver un petit quelque chose de croustillant à se caler sous la dent ! Et maintenant un nouvel album ! Vite !

A lire aussi en NEO METAL par JULIEN :


KORN
Take A Look In The Mirror (2003)
Néo Metal d'élite, sombre et agressif

(+ 2 kros-express)



KORN
See You On The Other Side (2005)
L'album le plus expérimental et déroutant de korn?

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
   ALANKAZAME
   CANARD WC
   FENRYL

 
   (4 chroniques)



- Daron Malakian (guitare, chant)
- Serj Tankian (chant, claviers)
- Shavo Odadjian (basse)
- John Dolmayan (batterie)


1. Chic 'n' Stu
2. Inner Vision
3. Bubbles
4. Boom !
5. Nüguns
6. A.d.d. (american Dream Denial)
7. Mr. Jack
8. I-e-a-i-a-i-o
9. 36
10. Pictures
11. Highway Song
12. F*** The System
13. Ego Brain
14. Thetawaves
15. Roulette
16. Streamline



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod