Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


DØDSFERD - Cursing Your Will To Live (2007)
Par STORM le 13 Décembre 2023          Consultée 655 fois

DØDSFERD n’a jamais perdu de temps pour déclencher des hostilités complètes envers l’ordre établi et contre ses régisseurs : l’espèce humaine. Son abord misanthropique s’est toujours pointé à la face de tous en sautant aux yeux immédiatement pour s’y accrocher telle une sangsue assoiffée. Wrath ne demande pas son reste pour porter avec la plus haute véhémence cet abord haineux et intense. Reconnaissable parmi tous, son timbre est une vraie plus-value pour tenir la dragée haute à la haine la plus pure. Totalement habité, son grain écorché entame son travail de sape dès les premières secondes de l’album ; ce type a des barbelés dans la voix, c’est une teigne, une saloperie de la pire espèce.

DØDSFERD développe une sorte de Raw Black Metal fort bien produit mais totalement habité par une noirceur d’une densité telle, qu’elle se dresse comme un roc opaque entremêlés d’alliages purs et indestructibles. Écoutez-moi ces éructations sur cette piste expérimentale qu’est "Under A Broken Cross, I Buried Your World" ! Ce n’est pas la piste la plus intéressante mais elle dresse un aperçu de cette aliénation qui anime Wrath, à l’instar d’un Nattramn (SILENCER), d’un Graf (PSYCHONAUT 4) ou d’un Werwolf (SATANIC WARMASTER). Vous voyez donc où je veux en venir, DØDSFERD fait partie de ces infréquentables, acides comme les gouttes d'une pluie corrosive, belliqueux jusqu’à la crise cardiaque. Car oui cher auditeur, le Black Metal c’est aussi cela ! Le règne de l’archaïque, l’invasion des sentiments bestiaux, les pertes de contrôle des pulsions, l’abnégation de toutes les vertus au service du primitif, du veule, du vilain. Regardez-moi cette pochette, n’en dit-elle pas long ? Nos Grecs n’auront sans doute pas fricoté avec leurs confrères SEPTIC FLESH, ROTTING CHRIST et consorts, non vraiment pas !

Cet album marque le tournant chez DØDSFERD d’une identité, d’un son et d’une posture enfin assumée et reconnaissable. "Cursing Your Will To Live" est le troisième album après un "Fucking Your Creation" prometteur. Si l’on s’attarde un peu sur le contenu musical, il n’y aurait de Raw que l’ambiance générale, car les riffs ont des velléités tout autant Black Metal que Death Metal, et les mélodies se juxtaposent astucieusement pour faire gagner une dynamique supplémentaire au rendu sonore. Les titres sont donc assez longs et tournent aux environs d’une moyenne de huit minutes. Chacun d’entre eux est un petit concentré d’un jeu musical intense et complexe, les compositions ne sont donc jamais étirées à l’envi mais savent prendre place et s’immiscer par étapes dans nos tréfonds. Le title-track est une tuerie sans nom et gagne la palme sur cette offrande des enfers. Et je ne vous recommanderais jamais assez l’écoute du sulfureux "I Was Challenged To Enter The Gates Of Blasphemy", de l’entraînant "You Called It Resurrection, I Call It A Fairytale For Human Parasites, Your Kind !", et du diabolique "Standing At The Ashes Of A Forsaken Kingdom" (les titres sont souvent longs en écriture chez DØDSFERD !)… Un mot sur la production qui est bonne, claire et très bien équilibrée. Tout semble bien en place pour laisser Wrath et sa voix démentielle s’emparer un peu du devant de la scène pour que sa sagacité tenace nous atteigne frontalement

DØDSFERD entame sa danse frénétique avec cet album marqué au fer rouge, et cette fureur va continuer et ne jamais plus s’éteindre, d’autres albums tous aussi bons les uns que les autres, tous aussi très différents, vont se succéder à un rythme soutenu. J’espère que comme moi, chers lecteurs, vous suivrez l’épopée. Nos Grecs ont un don pour s’accommoder parfois d’autres styles de musique extrême tout en les agrégeant avec la plus vile agressivité. Les futurs opus déboussoleront avec plaisir les écoutes et feront grandir l’aura terrible de ce groupe. N’est pas authentiquement misanthrope qui veut.

A lire aussi en BLACK METAL par STORM :


ARCKANUM
Kostogher (1997)
Promenons-nous dans les bois !




ERSHETU
Xibalba (2023)
Mayan Black Prog


Marquez et partagez




 
   STORM

 
  N/A



- Wrath (chant, guitare)
- Sardonic (basse)
- Bringer Of Plague (batterie)


1. All Of Them Are Dead
2. Hypocritic Shitfuckers Still Breathing
3. You Called It Resurrection, I Call It A Fairytale
4. Failure Was Described As Religion, As Heresy
5. I Was Challenged To Enter The Gates Of Blasphemy
6. Under A Broken Cross, I Buried Your World
7. Standing At The Ashes Of A Forsaken Kingdom
8. Cursing Your Will To Live
9. Your Death, My Propitiation
10. I Kept Standing With Disgust



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod