Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK SUICIDAIRE  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


DØDSFERD - Suicide And The Rest Of Your Kind Will Follow (2009)
Par MEFISTO le 21 Juillet 2009          Consultée 2413 fois

DODSFERD est un autre projet Black suicidaire mené par un seul et même musicien tourmenté : Wrath. Un mec rongé par la misanthropie, le mal de vivre (réel ou non) et qui multiplie les albums (cinq en quatre ans) afin de se faire entendre le plus possible par le monde entier, partager sa haine, sa passion pour le désespoir acide et humide.

Bon, je dis « albums », mais son dernier monstre, "Suicide and the Rest of Your Kind Will Follow", apparaît plus comme un apaisement dans son parcours de fou : juste en 2007, le gus a sorti deux albums pour 104 minutes de musique. Je ne sais pas si vous vous en rendez compte, mais composer 104 minutes de musique suicidaire en 12 mois et des poussières doit peser lourdement sur l’humeur !

Alors on aurait pu parier que le Grec et ses complices instrumentaux de studio auraient eu envie d’un truc plus « sobre » pour 2008, mais non : Wrath a même pesé sur l’accélérateur en produisant la première partie d’une trilogie intitulée "Death Set The Beginning Of My Journey". À peine six mois plus tard, la deuxième partie, le très austère "Suicide and the Rest of Your Kind Will Follow", gravé de deux longues pistes, est né. Je sais, je commence la trilogie dans le mauvais sens, mais après vérification, à part les titres, les indices relayant l’ADN des deux opus ne sont pas si clairs…

Donc, après des perles sur "Death Set The Beginning Of My Journey" telles que "The Day You Will All Rot, I Will Bury Forever My Hate!", "I Can Easily Destroy All The Things I Have Created!" ou encore "Suicide Was Created By Your Incompetence", DODSFERD emboîte le pas à la faucheuse avec des titres encore aussi dérangés et empreints d’un étonnant cynisme.

"Suicide And The Rest Of Your Kind Will Follow", la pièce-phare, commence lentement avant de déboucher sur un lancinant et pesant riff, classique dira-t-on. Wrath varie toutefois les notes dès la quatrième minute afin de ne pas user sa création à la corde et se pendre avec. Donnons-lui cela, il sait comment ne pas endormir totalement : un effet ici et là, des mesures de batterie changeantes, des soli discrets mais bel et bien présents, il assure. Même avec des morceaux de 20 minutes !

Je parlais de sommeil plus haut ; impossible de le trouver en écoutant Wrath chanter… Bon, chanter étant ici un concept surfait, car les roucoulements démoniaques et les hurlements tyranniques extirpés de sa gorge enflammée secouent rudement les puces. Il confère à sa créature l’ambiance malsaine et le ton nauséabond qu’il lui faut. Cris du cœur ou exagération ingrate pré-pubère, DODSFERD est belliqueux et provocateur.

Autre provocation : "His Veins Colored The Room", seconde offrande de l’album débutant avec une guitare « distorsionnée » et de déchirants beuglements de Wrath. Titre évocateur qui nous entraîne rapidement dans un autre registre que le phare éclairé précédemment. DODSFERD crache une mélodie froide et sombre sonnant un peu vieillot. J’ai songé étrangement à du BLACK SABBATH… Le « tapissage des murs avec du sang » s’enfonce ensuite dans un riff tranquille pour laisser la place à l’agonie du leader et ses sempiternelles complaintes. Cette même note de guitare suivra pendant de nombreux tours d’horloge encore, avant qu’un long solo vienne enfin la sortir de sa torpeur et redonner la place au riff de mammouth ancestral du commencement. Brillant. Si on aime le genre… Le dernier tiers est essentiellement constitué de répétitions présentant de légers et subtils effets ainsi que d’un rideau de trois minutes, où la basse et les effets psychotiques de la guit’ de Wrath s’amusent à dialoguer. Elles se parlent vraiment, vous verrez. Merde, je deviens aussi dingue que l’autre…

Wrath est à classer parmi les artistes de Black suicidaire respectables. La qualité des compos, de moyenne à très bonne, additionnée à une assiduité incroyable de la part de leur géniteur, mérite qu’on réserve un siège au bal des mutilés à DODSFERD. Mais pas une rangée.

Note irréelle : 2,5/5.

A lire aussi en BLACK METAL par MEFISTO :


MARTRIDEN
The Unsettling Dark (2008)
Des débuts fracassants, marquants !




FUNERAL MIST
Salvation (2003)
Le sommet du blasphématoire

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Wrath (guitare, chant, à peu près tout)


1. Suicide And The Rest Of Your Kind Will Follow
2. His Veins Colored The Room



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod