Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH MÉLODIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


ALBUMS STUDIO

2023 The Rarity Of Reason

E.P

2020 Before It Awakes
 

- Style : Amon Amarth, Fallen Joy, In Flames
 

 Bandcamp (14)
 Facebook (35)
 Youtube (19)

AFTER EARTH - The Rarity Of Reason (2023)
Par KOL le 17 Septembre 2023          Consultée 659 fois

La Suède, berceau du Melodeath, aurait-elle donc encore bien des choses à raconter ? Formé en 2017 à Skövde (non, ni Göteborg, ni Stockholm !), AFTER EARTH déboule donc en cet fin d’été 2023 avec le successeur de "Before It Awakes" qui m’avait, pour ne rien vous cacher, laissé plutôt sur ma faim, malgré d’indéniables qualités. Trop impersonnel, production approximative, le rendu ne rendait pas justice à la qualité intrinsèque des compositions, plutôt accrocheuses au demeurant. Trois ans plus tard, Marcus et sa clique reviennent ainsi tenter leur chance.

Autant l’avouer d’emblée, le bond en avant côté son est plutôt impressionnant ! On sent que les petits gars sont réellement entrés dans la cour des adultes, même si le travail fera sans doute hurler les puristes. Le son est en effet bien compressé, moderne et plutôt clinique, je souhaite avertir les allergiques immédiatement. Oubliez la chaleur organique des prises en sortie d’ampli, ce n’est pas ça dont il s’agit. En revanche, l’équilibre est maîtrisé et la place est laissée pour que chaque instrument puisse exister. Il convient également de vous relater que les mains enchantées de Fredrik Nordström et des studios Fredman (qui a globalement posé ses sales pattes sur l’ensemble des sommités en la matière) se sont au passage chargées du mix de la bestiole.

En route donc pour du Death Melo made in Scandinavie, tout est en place pour un bon moment. Au moins sur le papier, car la réalité est malheureusement toute autre. Car ce disque ne présente au final que peu d’intérêt.

Les premières écoutes s’avèrent relativement séduisantes et donnent envie de persévérer. Le chant est fidèle à ce que l’on est en droit d’attendre, un growl typique, légèrement écorché, parfaitement maîtrisé. Les touches légèrement symphoniques apportées par les claviers confèrent un aspect épique et le titre d’ouverture éponyme est plutôt bien troussé, à l’instar d’un morceau récent d’IN FLAMES (post "Reroute To Remain"), sans les voix claires popisantes qui ont le don d’irriter les couloirs auditifs de la plupart de nos lecteurs. Pas génial donc, mais plutôt honnête et sympathique, du fait notamment d’un groove bien senti tout du long, et porté par des guitares d’apparence saignantes, tant sur la rythmique que les soli. On se dit alors : "pourquoi pas, voyons ce que ces petits gars ont dans le bide"…

"Prometheus" reproduit globalement la même formule, et le doute commence déjà à poindre dans mon esprit torturé de scribouillard. Ils ne vont quand même pas nous faire huit fois le même titre ? Eh bien si, plus ou moins. AFTER EARTH décline sa formule sans variation, morceau après morceau, tentant de donner le change ici avec un pont acoustique, là avec un simili break, mais l’écriture est bien trop uniforme, les riffs similaires, la voix sans aspérités, presque récitée.

La production jadis inspirée de Nordström renforce finalement ce sentiment de linéarité ô combien frustrant et l’on finit le disque en se disant que c’est pas mal, mais sans avoir rien retenu. Le second tour de piste ne fait que confirmer et l’ennui prend toute sa place dès le troisième. Bref, ce disque est vain. Voire même chiant comme le crachin lillois qui s’immisce entre les couches de vêtements sans discontinuer. Pas d’accroche mélodique, peu de relief ni d’envie, un comble pour un groupe qui sort ici son premier LP. La comparaison avec nombre de formations qui débutent plus ou moins est assez saisissante et le jugement sans appel. Et dans une laaaaarge mesure, impardonnable. On peut manquer de beaucoup de choses, de talent, de soin, d’expérience, de travail éventuellement, mais à mes yeux, pas de gniaque.

Après un premier EP plombé par son mix quasiment amateur qui étouffait totalement les grattes, AFTER EARTH se foire une seconde fois pour d’autres raisons, à commencer par le songwriting, et épuise en deux sorties mon quota de patience en ce qui concerne mon genre fétiche. "The Rarity Of Reason" ne dérangera sans doute personne, mais ne devrait pas séduire grand monde non plus. Je ne me montre de fait que peu optimiste quant à la longévité de la formation, les deux guitaristes s’étant d’ailleurs fait la malle juste avant l’enregistrement (leurs parties ont été exécutées en studio par des musiciens de session et Anton, le batteur, non sans une certaine réussite cependant).

Contrairement au renouveau vendu par certains confrères, AFTER EARTH fait ici un gros plat ventral dans l’océan des sorties estivales.

Too bad.

A lire aussi en DEATH MÉLODIQUE par KOL :


FOR I AM KING
I (2018)
Excellente pièce de Mélodeath




The HALO EFFECT
Days Of The Lost (2022)
Du grand art !

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   KOL

 
  N/A



- Anton Vehkaperä (batterie, guitare)
- Marcus Rydstedt (chant)
- Olof Öman (basse, guitare acoustique)


1. Rarity Of Reason
2. Prometheus
3. Through Hidden Space
4. Legions
5. Human Slave Machine
6. Undermine My Suffocation
7. Anguish To Dust
8. I Am What Remains



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod