Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM STONER PSYCHE  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2023 1 Beyond Vision
 

- Style : Black Road, Messa, Slower
- Membre : Vio-lence
 

 Bandcamp (13)
 Facebook (19)
 Site Officiel (12)
 Myspace (16)

ACID KING - Beyond Vision (2023)
Par KOL le 9 Mai 2023          Consultée 1839 fois

Quel grand naïf, je fais ! Je me suis longtemps demandé la raison du pourquoi du comment de la fascination des groupes de Doom/Stoner pour le jus de citron… Après la sorcière acide chère à Chapouk, voilà t’y pas que son cousin le roi en fait de même. Enter donc ACID KING dans le monde merveilleux de Nightfall In Metal Earth ! Il était plus que temps de se pencher sur l’affaire, le combo californien affichant maintenant trente ans d’existence au compteur. Quoi de mieux pour fêter dignement cet anniversaire qu’une chronique de leur dernière sortie sur les sombres pages de NIME ?

Il faut dire qu’en matière de "Doom à chanteuse", il y a maintenant du monde sur la corde à linge. Après MESSA, la nouvelle référence transalpine, l’un de nos valeureux lecteurs nous avait suggéré via la Boîte à Demandes de nous pencher sur le cas de BLACK ROAD (la kro est en cours, sois patient et prends ton temps, petit scarabée, on parle de Doom ici). Bref, le créneau est bien chargé, et comme Wën, notre spécialiste en matière de musique pachydermique solde ses congés sataniques, il m’appartient de vous donner des nouvelles de ce côté-là.

Mené par Lori, il serait dommage de résumer "Beyond Vision" à un autre album de Metal à chanteuse. Déjà, on s’en fout un peu que la voix soit masculine ou féminine dans l'absolu. Ensuite, le chant est tout sauf primordial dans le son des Américains, qui mise davantage sur la lourdeur des instruments et les aspects planants de leurs compositions. Lori, en plus d’assurer à la guitoune, pointe donc le bout de sa glotte éthérée à l’occasion, mais c’est plutôt épars, ce qui me convient plutôt dans le style prodigué.

Légèrement Stoner, fortement Doom, assurément psychédélique, ACID KING nous balance sept pistes pour 42 minutes bien tassées à l’occasion de ce qui constitue seulement son 6ème LP studio. "Beyond Vision" débarque ainsi près de huit ans après "Middle Of Nowhere, Center Of Everywhere" et constitue en cela un petit évènement pour les fans de la formation. Et bien leur en a pris d’attendre, car la cuvée 2023 est de qualité, mes amis. S’il vous reste une petite tête au fond d’un pochon, c’est le moment de la sortir !

Doté d’un artwork soigné invitant notamment à la méditation transcendantale par delà les cieux, l’opus s’ouvre sur l’instrumental "One Light Second Away" qui pose les bases du son proposé tout au long de la galette. Lente, processive, la rythmique toute SABBATHienne ne se trouve troublée que par les leads hypnotiques de la gratte, dans la plus pure tradition. Les lignes mélodiques sont claires et bien senties et émergent de l’ambiance bien sombre de rigueur, appuyée par quelques claviers.

L’occasion pour moi de souligner le travail de Bill Bowman derrière les fûts, colossal. Car mine de rien, pondre une piste comme celle-là, avec si peu, il faut posséder en son rang un grand batteur. Le son de la charley est juste dingue, et ça tape bien au fond des temps, renforçant la pesanteur des morceaux. Lui et Rafa Martinez, qui signe ici son retour mais est tout de même le sixième bassiste à tenir la quatre-cordes, se complètent à merveille et posent un groove lancinant permanent qui sert de piste de décollage à Lori. Charge à elle de suivre les méandreuses circonvolutions posées ou de nous faire découvrir une harmonie nouvelle, par son chant, sa guitare délicieusement fuzzée, ou les deux.

Brumeux, répétitif, mais jamais chiant, "Beyond Vision" possède définitivement un certain cachet et séduira sans aucun doute les amateurs du genre. "Mind’s Eye" (rien à voir avec DARK TRANQUILLITY) est une belle illustration de ce que vous pourrez trouver sur ce disque, qui pourrait durer dix heures, on n’y verrait que du feu. Doté d’une production assez intouchable (ah ce son de cymbales, la grande classe…) plutôt old-school, mais tout à fait adaptée, on a le sentiment d’être dans le studio avec des zikos s’adonnant à une jam session bien inspirée (c’est le cas de le dire).

Après, tout cela reste ma foi plutôt convenu, il faut le reconnaître. Si "Color Trails", qui clôture les débats, montre une petite évolution dans le riffing, un chouïa plus saccadé, l’ensemble reste à mon sens un poil trop sage et générique pour mériter plus. C’est l’inconvénient lorsque l’on officie dans un créneau bien précis, mais en aucun cas on ne saurait reprocher aux protagonistes de respecter le cahier des charges. Et en la matière, il est plus que rempli à mon sens.

PS : étant d’un naturel besogneux, je vais repartir me servir un verre de jus d’agrumes pour comprendre en quoi cela aide à apprécier la musique d’ACID KING, en espérant trouver enfin une réponse à toutes mes questions. À moins que je ne passe à côté du problème…

A lire aussi en DOOM METAL :


YEARNING
Evershade (2003)
Perle rare, bouleversante et régénératrice !?

(+ 1 kro-express)



SHAPE OF DESPAIR
Shades Of... (2000)
Doom stoner psyche

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez







 
   KOL

 
   CHAPOUK

 
   (2 chroniques)



- Lori S. (chant, guitare)
- Bill Bowman (batterie)
- Rafa Martinez (basse)


1. One Light Second Away
2. Mind's Eye
3. 90 Seconds
4. Electro Magnetic
5. Destination Psych
6. Beyond Vision
7. Color Trail



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod