Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1984 The Warning
1986 Rage For Order
1988 Operation Mindcrime
1990 Empire
1994 Promised Land
1997 Hear In The Now Front...
1999 Q2k
2011 Dedicated To Chaos
2013 Queensrÿche
  Frequency Unknown
2015 Condition Human
2019 The Verdict
2022 Digital Noise Allianc...
 

- Style : Crimson Glory, Fates Warning, Ivanhoe, King Misfit, Rough Silk, Tomorrow's Eve, Vicious Rumors
- Membre : Todd La Torre
- Style + Membre : Operation: Mindcrime
 

 Site Officiel (1636)

QUEENSRΫCHE [QUEENSRYCHE] - Digital Noise Alliance (2022)
Par FREDOUILLE le 28 Mars 2023          Consultée 1907 fois

On ne va pas trop se raconter d’histoire Messieurs Dames, ce dernier disque de QUEENSRΫCHE, même s’il tente à bien des égards de renouer avec l’âge d’or du groupe (je pense notamment aux albums "Rage For Order", "The Warning", "Empire" et à un degré moindre à "Operation Mindcrime"), "Digital Noise Alliance" ne se situe pas tout à fait au niveau de ses illustres ainés. Malheureusement. Je ne serais donc pas aussi dithyrambique que certains que j’ai pu lire ça et là sur la toile. Et pourtant, il y a quand même pas mal de motifs de satisfaction à relever sur ce nouvel effort. Je le reconnais. On saluera notamment la volonté avérée du groupe à vouloir faire perdurer l’ADN du groupe qui a fait de lui un incontournable des années 80’s et du début des années 90’s.

Car ce QUEENSRΫCHE nouvelle mouture, parce que oui il y a aussi un peu de sang neuf au sein de la formation américaine depuis le correct "The Verdict" sorti en 2019, - le combo voit en effet les arrivées du guitariste Mike Stone remplacer Parker Lundgren parti vaquer à d’autres projets, et du batteur Casey Grillo (ex-KAMELOT qui tourne avec le groupe depuis 2019 justement) remplacer Todd La Torre lui-même puisque c’est déjà le vocaliste qui s’était occupé des parties de batterie sur "The Verdict" à la place d’un Scott Rockenfield confronté à des problèmes personnels et qui ne reviendra a priori donc pas -, tente évidemment de capturer l’essence même du RΫCHE des années 80’s. C’est plutôt flagrant sur certains titres, et c’est même en partie réussi quand on voit la qualité de certaines des onze nouvelles compositions (j’enlève la cover de fin !) garnissant ce nouvel opus à l’artwork sobre mais assez classieux.

Globalement, les premières lectures de "Digital Noise Alliance" sont assez convaincantes. Au contraire de "The Verdict" son prédécesseur qui ne s’était pas aussi bien révélé au prime abord et qui m’avait plutôt laissé un première avis somme toute quelconque pour ne pas dire mitigé. Sur "Digital Noise Alliance", certaines compositions nous laissent cette fois une assez grosse impression ("In Extremis", "Behind The Walls" ou bien encore "Nocturnal Light" pour ne citer que celles-ci) et nous donnent à penser que le premier album post pandémique du groupe est un excellent cru. Et bien pas tout à fait. Ce nouvel opus comprend malheureusement quelques compositions bien en deçà de ce que l’on est en droit d’attendre de la formation américaine. Des titres parfois anecdotiques à l’image d’un "Chapters" très classique et à la limite trop propret, sans réelle magie et inspiration, tantôt mal fichues à l’instar de ce "Tormentum", assez sombre, surtout un peu long pour tout dire et qui emprunte des chemins progressifs un peu maladroits et poussifs (presque sans queue ni tête sur sa seconde partie), ou tout simplement soporifique si on s’en tient à cette ballade qu’est "Forest", un peu planante et qui ne me convainc décidément pas (je ne suis pas fan de la mélodie à vrai dire). Je vous épargne également la reprise qui termine l’album "Rebell Yell" de Billy Idol, juste convenable et fidèle à l’original mais qui est, je trouve, en déphasage complet avec le contenu de l’album.

A côté de cela, QUEENSRΫCHE parvient heureusement à redresser la barre avec des compositions de haut vol, redorant du même coup le blason de son Heavy Metal Traditionnel auquel il nous a habitués dans les années 80’s. On pensera notamment au titre d’ouverture qu’est le très dynamique "In Extremis" relativement puissant, fort de guitares mélodiques du plus bel effet, à la limite MAIDENiennes, et emmené par un Todd La Torre toujours aussi impressionnant au chant dans un registre toujours aussi proche de celui de Geoff Tate, peut-être moins travaillé mais plus puissant. On citera volontiers "Hold On" (titre qui aurait presque pu figurer sur un disque comme "Empire" avec ses guitares quelques peu aériennes) sur lequel Todd se montre très polyvalent et démontre l’étendue de ses capacités vocales. On soulignera la puissance et la sonorité des guitares très années 80’s sur le puissant "Sicdeth" et les quelques gimmicks chers au groupe que l’on peut entendre sur "Lost In Sorrow" avec là aussi ce son reconnaissable entre mille, ce son ‘QUEENSRYCHien' au niveau des guitares, et ce final un peu sombre où la menace et la lourdeur des riffs se font réellement sentir un peu comme ce que nous laissaient entrevoir autrefois quelques compositions présentes sur "Operation Mindcrime".

Car coté gimmicks justement, QUEENSRΫCHE n’a rien laissé au hasard puisque l’on retrouve par endroits, l’excellente introduction de "Realms" par exemple, le son du QUEENSRΫCHE des années 80’s, avec ces guitares si atypiques où la magie opérait véritablement autrefois. Un peu moins ici cependant. Mais encore une fois saluons l’effort à vouloir pérenniser l’identité du groupe. On mentionnera donc et entre autres les jolis effets de style présents tels que sur ce puissant "Behind The Walls" titre du plus bel effet et qui saura à n’en point douter raviver les flammes du passé (le chant de Todd y est vraiment magistral, les soli presque majestueux) malgré quelques sonorités de claviers un peu kitchs et d’un autre temps, ou bien la modernité du brillant "Nocturnal Light" qui démontre qu’en 2022, QUEENSRΫCHE sait encore être novateur et ingénieux.

Enfin, à l’écoute de "Digital Noise Alliance", on peut souligner aussi l’excellent travail du nouveau batteur Casey Grillo omniprésent sur le disque. Fort d’une production organique, claire et au final très soignée, son jeu est ici largement mis en exergue que ce soit au niveau des enchainements, la double pédale qui est largement mise à contribution ou au niveau du son des cymbales. Une batterie mise à l'honneur donc, et qui renforce du même coup la force de frappe des compositions et peut même s’apparenter au jeu que l’on peut entendre chez les Américains de FATES WARNING (sur "Nocturnal Light", ou bien encore plus spécifiquement sur le titre le plus Prog’ du disque à savoir "Tormentum" dont le début rappellera ni plus ni moins la bande à Jim Matheos époque "Parallels").

Alors oui cet opus de QUEENSRΫCHE, à défaut d’être le chef d’œuvre attendu (mais est ce que l’on est encore en droit d’attendre un chef d’œuvre de la part des Américains ?), regorge véritablement de jolies choses. A commencer par une énergie et un dynamisme qui font plaisir à entendre, des guitares qui sonnent plus que jamais comme à la belle époque (un son purement 'Queensrÿchien', des guitares un brin plus Heavy qu’à l’accoutumée) et des mélodies luxuriantes, sans compter cette touche un brin novatrice (sur "Nocturnal Light") si chère au groupe et qui a fait le succès et la renommée d’un album comme "Rage For Order". Globalement, c’est tout de même du bon boulot si on excepte les quelques compositions un peu plus anecdotiques ici présentes et qui m’empêchent réellement d’apposer une trop bonne note au disque.

Note réelle : 3,5/5 arrondi à 3/5.

Morceaux préférés : "In Extremis", "Behind The Walls", "Nocturnal Light".

A lire aussi en HEAVY METAL par FREDOUILLE :


SQUEALER [FR]
D.f.r. (1987)
Drinking, fucking, rocking ! Toute une époque !




KING DIAMOND
Conspiracy (1989)
Une pierre angulaire dans la disco du King !


Marquez et partagez




 
   FREDOUILLE

 
  N/A



- Todd La Torre (chant)
- Michael Wilton (guitare)
- Eddie Jackson (basse)
- Casey Grillo (batterie)
- Mike Stone (guitare)


1. In Extremis
2. Chapters
3. Lost In Sorrow
4. Sicdeth
5. Behind The Walls
6. Nocturnal Light
7. Out Of The Black
8. Forest
9. Realms
10. Hold On
11. Tormentum
12. Rebell Yell (cover)



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod