Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH TECHNIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2009 Cosmogenesis
2011 1 Omnivium
2016 Akróasis
2018 Diluvium
2021 A Valediction
 

- Style : Exocrine, Ophidian I, The Faceless, The Ritual Aura, The Zenith Passage, Spectrum Of Delusion, First Fragment, Irreversible Mechanism, Virvum, Exivious, Cynic
- Membre : Thulcandra, Eternity's End, Paradox, Hate Eternal, Panzerballett
- Style + Membre : Obsidious, Alkaloid, Mayan, Necrophagist
 

 Myspace (796)

OBSCURA - A Valediction (2021)
Par MEFISTO le 19 Mars 2023          Consultée 1152 fois

Et bien, Rafael Trujillo n'aura pas fait long feu aux côtés du tyran Steffen Kummerer ! Un album et basta ! Le voilà reparti pour jouer avec OBSIDIOUS, combo international mangeant au même râtelier qu'OBSCURA. Mais attendez… Trujillo officie sur OBSIDIOUS avec… les mêmes batteurs et bassistes que sur "Diluvium", avant-dernier album d'OBSCURA sorti en 2018 ! Putain de relations incestueuses dans le micromilieu du Death Tech… Et que dire des départs et des retours incessants de musiciens de premier ordre qui, semble-t-il, sont condamnés à être interchangés entre les bands de ce sous-genre si particulier ? C'est comme ça, diront les réalistes…

Sur "A Valediction", c'est au tour de Christian Münzner et Jeroen Paul Thesseling de se repointer dans le giron OBSCURien. Ça promet ! Mais est-ce que ce sera payant ? Car après la quadrilogie entamée avec l'excellent "Cosmogenesis" et clôturée avec le solide "Diluvium", Kummerer se retrouve devant son destin avec une nouvelle page blanche à noircir. On relance une quadrilogie ou on envoie la sauce sans machiavélisme ?

L'affreux cover pourra nous mettre sur la piste d'une possible « réorientation » (mineure à n'en pas douter) du groupe. Et on ne se trompe pas. Car si la musclée première plage "Forsaken" nous offre un melting pot du OBSCURA classique, on navigue par la suite entre de la prise de risques et du beau gros confortable. Comme si Kummerer s'était acheté de nouvelles chaussures et qu'il avait précisément choisi ce moment pour les mettre à son pied, alternant avec ses vieilles pantoufles (la pièce-titre, "Devoured Usurper", "The Neuromancer", "Heritage"). Si j'ai un léger penchant pour ces godasses usées sur "A Valediction", je salue quand même l'envie des Allemands d'en découdre sur d'autres plateaux.

Le premier extrait, l'épileptique "Solaris", montre la voie aux autres brûlots qui forment l'alternance avec les pièces plus commodes. OBSCURA est en mode démolition, version intello évidemment, rares sont les répits ou les pauses santé pour nos pauvres neurones. Exit les bidouillages fantasques, le visage Prog et les samples extraterrestres, on a les deux pieds sur terre et on sort les cornes bourdonnantes pour fretlesser tout ennemi se tenant devant cette entreprise périlleuse.

En résulte un album en titane comme d'hab', bourré à ras-la-gueule de riffs bouillonnants et de mélodies-harpons, mais sans âme vraiment définie. Vous me direz : « Ého, c'est du Death Tech !» Et là, je vous répondrai : (merde, ce que je m'ennuie des livres dont vous êtes le héros, quand on suivait nos convictions profondes et qu'on bravait le serpent à trois têtes tout en sachant qu'on périrait bêtement…) "A Valediction" est ce livre dont vous êtes le zéro, car à tout coup, il vous assénera le coup fatal pour vous renvoyer d'où vous venez avec vos préavis de merde. Kummerer est ainsi constitué, c'est une machine de guerre qui ne laisse aucune chance à ses amis, encore moins à ses adversaires.

Donc, allez-vous prendre votre pied dans cette pantoufle trouée laissant entrer les courants d'air pour chasser la chaleur nostalgique ? Ou, pauvres néophytes qui n'avez jamais entendu OBSCURA de votre chienne de vie, allez-vous simplement penser que cette shit est la meilleure chose qui existe sur la planète Metal en raison de cette multicolore branlette technico-véloce qui décoiffe ?

Faites votre choix, headbanguez à qui mieux-mieux, snobez le truc, baisez ou pissez dessus s'il le faut, écoutez les premiers assauts du groupe ou non, mais laissez-moi en dehors de vos délibérations. Car je ne sais pas si je saurai un jour dans quel camp me ranger. Je suis diverti, mais pas ravi. J'attends la suite comme un con.

Note : 3,5/5, arrondi au supérieur, parce que donner moins de 4 à OBSCURA, c'est nier que la Terre est ronde.

Podium : (or) "Heritage", (argent) "Devoured Usurper", (bronze) "Solaris" - The Neuromancer".

Indice de violence : 3/5.

A lire aussi en DEATH TECHNIQUE par MEFISTO :


OBSIDIOUS
Iconic (2022)
Plézir avec un grand P




BEYOND CREATION
Earthborn Evolution (2014)
OBSCURA se fait chauffer le cul

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Steffen Kummerer (chant, guitare)
- Christian Münzner (guitare)
- Jeroen Paul Thesseling (basse)
- David Diepold (batterie)


1. Forsaken
2. Solaris
3. A Valediction
4. When Stars Collide
5. In Unity
6. Devoured Usurper
7. The Beyond
8. Orbital Elements Ii
9. The Neuromancer
10. In Adversity
11. Heritage



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod