Recherche avancée       Liste groupes



      
BRUTAL DEATH  |  STUDIO

Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Bandcamp (291)

OF FEATHER AND BONE - Sulfuric Disintegration (2020)
Par DODO DILDO le 24 Novembre 2022          Consultée 530 fois

L'attente était grande, pour ne pas dire immense. Rappelez-vous ces mouches qui tournoyaient quelques secondes avant que la sale furie s’échappe de la première piste de "Bestial Hymne Of Perversion". La rafale de coups de pioche dans la gueule infligée en quelques secondes a suffi à changer ma vision de la vie. "À partir de maintenant, le Death Métal supplante le reste du monde", me suis-je dis. Fini le Black Metal, fini ma Clio Williams jantes or, le poulet rôti du dimanche avec mamie et le CBD en gouttes. A présent, le Death Metal est roi, point.

La mâchoire serrée, et les deux poings positionnés en protection, je lance l’album. Après ces 29 secondes d’échos caverneux et de violon c’est la surprise ! Ce qui saute aux oreilles lorsqu’on attaque "Regurgitated Communion", c'est l'éclaircissement des guitares, et par là, la compréhension facilitée des riffs. Ceux-là même qui, sur le précédent album, demandaient une plus grande concentration pour être appréhendés suintent maintenant de manière limpide jusqu'à nos tympans. Cependant, l’étouffement provoqué par le précédent album n’est pas retrouvé. Affaire à suivre.

Une fois l’hostie régurgitée, on passe à "Entropic Self Immolation". Pas totalement sûr d’en comprendre le titre mais rassuré par les riffs toujours aussi tortueux. Après un petit solo tournoyant bien placé le rythme accélère puis ralentit. Le petit Preston tambourine toujours aussi efficacement sur sa batterie. Ça va vite mais des breaks bienvenus sont systématiquement là pour apporter de la variété et de la consistance aux différents assauts auditifs.

On continue avec "Noctemnania" et son lyrique petit riff qui s’envole en progressant dans les aigus. Le chant, c’est comme avant mais en mieux. Alvino Salcedo gutture, Dave Grant crie. Alvino grogne et Dave incante. Quelques paroles chuchotées et autres grognements de douleur sont également de la partie. Le morceau est long, au dessus des 5min, mais ce n’est jamais lassant.

"Consecrated And Consumed" et "Sulfuric Sodomy (Desintegration Of God)" s’imposent comme les deux meilleurs titres de l’album. Pour les moins anglophones d’entre vous, pas d’inquiétude, il n’y a pas de faux-ami concernant la traduction. Nous parlons bien d’une sodomie tellement sulfurique qu’elle désintègre le cul du Christ, tout simplement. Le grand moment étant le boum sourd, intervenant à 3min53, et qui marque la disparition finale de Jésus et de ce qui lui servait de boîte à caca. Magnifique.

Quand vient "Baptized In Boiling Phlegm" qui clôture l’album, on se dit que si le mixage des guitares paraît en être l'évolution majeure, c'est en fait toute la production qui a gagné en qualité et en précision. Celles et ceux intégrants des gènes de grindeux vénères dans leur ADN penseront peut-être le contraire. Il est indéniable que l’album précédent avait laissé de la merde boueuse dans nos oreilles et cette merde a été partiellement récurée.

Un coup d'éponge sur la crasseuse cuvette des chiottes ayant été passé, la note de 5/5 est assurée.

A lire aussi en DEATH METAL :


SCAR SYMMETRY
Symmetric In Design (2005)
Death Progressif aux influences Soilworkiennes




CONDEMNED
Realms Of The Ungodly (2011)
Attente récompensée ?


Marquez et partagez




 
   DODO DILDO

 
  N/A



- Alvino Salcedo (basse, voix)
- Preston Weippert (batterie)
- Dave Grant (guitares, voix)


1. Regurgitated Communion
2. Entropic Self Immolation
3. Noctemnania
4. Consecrated And Consumed
5. Sulfuric Sodomy (disintegration Of Christ)
6. Baptized In Boiling Phlegm



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod