Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Bandcamp (5)

OF FEATHER AND BONE - Bestial Hymns Of Perversion (2018)
Par T-RAY le 25 Octobre 2018          Consultée 522 fois

Bbbbzzzzzzzzz… Vous les entendez ? Oui, en ouverture et en clôture de cet album. Ce sont les mouches, vertes et goulues, venues se repaître d’une toute fraîche dépouille de plume et d’os. Elles virevoltent et grouillent, s’abattant çà et là de manière désordonnée sur les parties les plus grasses et charnues de ce qui était encore, il y a trois ans tout juste, l’une des plus originales formations de Death Metal de l’ouest des États-Unis, riche d’un passé crusty et punky qui faisait de son art une sorte de bâtard entre Sludge et Death qui fleurait bon le dégoût de l'humanité. Cet OF FEATHER AND BONE n’est plus : occis de l'intérieur par les trois organes qui lui permettaient de s’accrocher encore à la vie dans ce corps-là.

Son cœur, la batterie de Preston Weippert ; ses poumons, la basse d’Alvino Salcedo ; son cerveau, la guitare de Dave Grant… Trois organes qui, pris de soudaines mutations génétiques déclenchant rapidement toute une série de réactions néoplasiques, ont abouti au décès par cancer généralisé d’une enveloppe charnelle dont l'existence ne tenait finalement qu'à quelques perfusions, selon les dires de ceux qui les tenaient entre leurs doigts, tels des généticiens sans grande pitié pour leur créature. Par un improbable phénomène de métempsycose, ces odieux marionnettistes s’en sont allés donner vie à une nouvelle incarnation de leur monstre osseux et emplumé.

En effet, un nouvel OF FEATHER AND BONE est né, sans presque aucun lien de parenté musicale avec celui qui l’a précédé, bien qu’il soit animé par des organes en tout point semblables à ceux qui agitaient son corps d’avant. La batterie de Preston Weippert. La basse d’Alvino Salcedo. La guitare de Dave Grant. Toutes trois sont là, réunies de nouveau, gonflant le poitrail, turbulant les vaisseaux sanguins, parcourant de signaux électriques le corps désormais plus musclé de la bête. Parce qu’elle n’est plus si humanoïde que ça, l’apparence d’OF FEATHER AND BONE. Elle s’apparente désormais à quelque engeance démoniaque, dont les flatulences méphitiques et les éructations profondes embaument l’air ambiant d’une putridité bien connue.

Une pestilence digne des abysses agités par d’augustes aînés dans le Death Metal infernal, tels qu’INCANTATION, voire IMMOLATION. Désormais, OF FEATHER AND BONE rue tête baissée en direction de quiconque daigne l'approcher, prêt à écraser de toute son énorme masse et à brutaliser de ses sabots tout impromptu qui brave son souffle de mort. Un souffle que l’on ne ressent nulle part mieux que sur "Mockery Of The Ascension", pinacle de "Bestial Hymns Of Perversion", puîné des trois brutes de Denver. Il s'extrait du mufle de la bête, puissamment expulsé par la furie de celle-ci, riche d’un groove AUTOPSY-ien qui ferait presque taper du pied s’il n'était pas aussi menaçant. Avant de retomber, comme si la créature finissait par s’assoupir… Non sans avoir arraché un membre goûteux au plus téméraire que courageux venu la chatouiller.

Ce qu’est devenu OF FEATHER AND BONE ne se dompte pas, ne s’apprivoise pas, ne s’approche que sous conditions ou aux risques et périls de celui qui en prend la responsabilité. Les inspirations et expirations de l'être rené, réincarné, sont tellement assourdissantes qu’elles peuvent décourager même ceux habitués à descendre aussi profond dans les entrailles du monde du dessous. Cette respiration basse et épaisse comme pas possible couvre parfois outrageusement les sons pourtant articulés que le cerveau – cette guitare sournoise et malicieuse – essaie de faire entendre au mieux. Un effet à double tranchant car la créature impressionne plus souvent qu’elle ne stupéfie. C'est regrettable mais c’est ainsi.

Il faut que ce soient les sonorités les plus tranchantes qui sortent de sa gueule – par exemple les guitares de la fin de "Repulsive Obscurity", la bien-nommée, ou de "Resounding From The Depths" – pour avoir enfin une idée claire de ce que la bête nous exprime avant de nous piétiner puis de nous dévorer. Mais attention : une fois que l’on a compris son message, il est clair et net que ce qui va s’ensuivre est une mort atroce, broyé vivant comme l’augurent "Lust For Torment" ou "Pious Abnormality", entre autres. Point de circonlocutions dans l’expression de cet être malfaisant qu’est devenu OF FEATHER AND BONE. Même s’il est parfois ardu de comprendre la façon dont il veut nous écrabouiller, le résultat final est le même : il le fait. Sale et pas net du tout.

A lire aussi en DEATH METAL par T-RAY :


BENIGHTED
Brutalive The Sick (2015)
Ça valait le coup d'attendre !




BENIGHTED
Necrobreed (2017)
Cinq tueurs en opération commando


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- Dave Grant (guitares, vocaux)
- Alvino Salcedo (basse, vocaux)
- Preston Weippert (batterie)


1. Repulsive Obscurity
2. Resounding From The Depths
3. Lust For Torment
4. Mockery Of The Ascension
5. Hymn Of Perversion
6. Pious Abnormality
7. Throne Of The Serpent



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod