Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Questions / Réponses (1 / 5)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Benediction
- Style + Membre : Memoriam

BOLT THROWER - Realm Of Chaos/slaves To Darkness (1989)
Par MOX le 17 Avril 2003          Consultée 5423 fois

Lâchant leur ancien label, Vinyl Solution, Bolt Thrower entre chez Earache Records et ce n'est pas le seul
changement qui survint entre In Battle there is no Law et ce nouvel album: Realm Of Chaos/Slaves To Darkness.

Première chose bien visible: l'artwork, et voici le fameux sigle de Bolt Thrower ainsi que les jolis dessins signés Games Workshop (qui ne sont autres que les producteurs de Warhammer pour ne citer que celui-là).
Le deuxième changement notoire est le son, même s'il n'est guère meilleur qu'avant, il donne l'avantage de suivre à peu près la guitare pendant les parties grind des morceaux. En fait il commence à devenir la marque de fabrique du groupe: vrombissant. Mais vu la piètre qualité du résultat c'est plus dérangeant qu'agréable.
Enfin, Bolt Thrower propose des morceaux où les riffs énormes de Gavin ont la part belle sur la rapidité des autres instruments.

Et l'histoire pouvait commencer.
C'est après une intro sans grand intérêt que les choses se mettent à bouger. Et sur ce point-là Bolt Thrower change: chaque morceau est le siège d'un riff principal lourd, joué en général assez lentement, sur lequel se joignent la martèlement de la batterie, les lignes impeccables de la guitare et de la basse, que l'on entend désormais. Finies les chansons uniquement grind. Loin de renier totalement ses premières amours, Bolt Thrower joue sur une alliance parties lourdes/parties rapides (grind quoi). Si ces dernières ne sont pas d'un intérêt inégalable, les parties lourdes s'en tirent superbement bien. Un death-metal technique, loin d'être linéaire (parfois même un peu confus pour Eternal War), agrémenté de transitions où seuls les riffs géniaux de Gavin Ward s'expriment. le son de cette guitare et les notes jouées les différencient de beaucoup d'autres formations. Entre rythmes qui s'accélèrent progressivement (les excellents All That Remains et Lost Soul Domain) et plombage insolent de guitares pesantes, la batterie devient une sorte de machinerie infernale, tantôt bigrement entraînante, tantôt totalement excitée.

Rajoutez par dessus des solos carrés et tournoyants (celui de All That Remains est une vraie tuerie) et la voix toujours plus grave et menaçante de Karl Willets et hop vous obtenez la sauce de Bolt Thrower: un war-metal comme on pourrait l'appeler. Car le thème de la guerre est bien sûr un passage obligé de tout album de ces anglais, même s'il est toutefois nuancé par certains morceaux (World Eater, Plague Bearer) dont la source provient directement de...Games Workshop:

les principaux membres de la formation sont friands de leurs jeux. Bolt Thrower va rapidement comprendre que ces parties grindcore sont dispensables. Mis à part celà et le son décidément bien chiche, le reste est une pure tuerie digne de toute leur discographie.

A lire aussi en DEATH METAL par MOX :


NILE
Amongst The Catacombs Of Nephren-ka (1998)
Death metal

(+ 1 kro-express)



VADER
Reborn In Chaos (1997)
Death metal


Marquez et partagez




 
   MOX

 
   POSSOPO

 
   (2 chroniques)



- Karl Willetts (chant)
- Barry Thomson (guitare)
- Gavin Ward (guitare)
- Jo Bench (basse)
- Andrew Whale (batterie)


1. Intro
2. Eternal War
3. Through The Eye Of Terror
4. Dark Millenium
5. All That Remains
6. Lost Soul Domain
7. Plague Bearer
8. World Eater
9. Drowned In Torment
10. Realm Of Chaos
11. Prophet Of Hatred



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod