Recherche avancée       Liste groupes



      
MÊME PAS CHRISTMAS METAL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Rainbow, Asia, Archon Angel, Adagio, Doctor Butcher, Northtale, Vitalij Kuprij , Sons Of Apollo, Oliva, Cellador, Jon Oliva's Pain , Savatage, Inglorious, Joe Lynn Turner

TRANS-SIBERIAN ORCHESTRA - Letters From The Labyrinth (2015)
Par JEFF KANJI le 25 Décembre 2021          Consultée 1117 fois

À l'approche de Noël, j'ai beau ne pas avoir la culture américaine autour de Noël, je suis comme beaucoup de Français resté aux "Maman, J'Ai Raté L'Avion", mon amour déraisonnable pour SAVATAGE m'amène toujours en période de fête à me tourner vers le TRANS-SIBERIAN dont quasi chaque année je découvre en profondeur une réalisation. Cette année je pars à la fin du catalogue studio des Américains, avec ce qui risque de rester la dernière sortie du genre : "Letters From The Labyrinth".

Et là c'est tout un enchaînement d'évènements qui permet de se le dire. En 2015, Paul O'Neill et Jon Oliva annoncent avec fierté la tenue d'un évènement à voir une fois dans sa vie, et pour cause : SAVATAGE, en sommeil depuis treize ans allait investir l'une des scènes principales du Wacken Open Air, avant que le TSO ne fasse de même sur la deuxième et que ce petit monde finisse par une prestation ébouriffante et démesurée sur les deux scènes en simultané. Les deux maîtres à penser y annonçaient la sortie du sixième opus du collectif américain, dont plusieurs extraits auront été joués ce soir-là…
Depuis, non seulement nous n'avons jamais eu de sortie officielle de cette performance unique, Jon Oliva nous a fait une crise cardiaque (quand bien même il s'était repris en main pour la préparation du Wacken), et pour finir, 2017 fut une année noire, puisqu'en quelques mois, Paul O'Neill décède d'une réaction à ses médocs (le bougre avait une santé fragile) suivi par le bassiste Dave Z. Certes Johnny Lee Middleton est toujours de la partie, mais le TSO doit pour assurer ses prestations doubler les effectifs pour pouvoir tourner et sur la côte Est et la côte Ouest en simultané, sa période de tournée, axée sur la période de Noël étant, de fait, limitée.

Une donnée essentielle, que "Letters From The Labyrinth" vient démontrer de par son statut d'album quelque peu hybride, c'est que la pleine dimension du TRANS-SIBERIAN ORCHESTRA doit être appréhendé par le biais de ses prestations, qui non seulement intercale les pièces musicales les unes dans les autres, mais propose un spectacle visuel loin d'être négligeable. Comme aimait le dire Paul O'Neill, les artistes qui bossent dans le music-hall et la comédie musicale possèdent une rigueur rare à trouver dans le milieu du Rock, et il a toujours cherché le meilleur de la combinaison des deux univers.

"Letters From The Labyrinth" revient à des considérations carrément plus humbles que l'ambitieux "Night Castle" en se tenant au format simple déjà. Et surtout, pour la première fois, aucun titre n'évoque clairement la thématique de Noël, ce qui peut être perturbant, car c'était selon moi l'un des aspects les plus sympas du projet. Il n'en reste qu'une version dépassée et un peu fatiguée de ce que le collectif avait accompli sur "Beethoven's Last Night". Alors on a toujours cet alliage d'arrangements de pièces classiques, revues et corrigées avec basse, batterie et guitare (et claviers, BEAUCOUP de claviers), mais la magie n'opère quasi jamais.

Alors avant de jeter le bébé avec l'eau du bain, je dirai quand même que quelques satisfactions se dégagent au milieu de ce rendez-vous quelque peu manqué ; la facette Rock aux avant-postes, avec une ouverture d'album plutôt efficace, et le plaisir de retrouver, bien qu'assez tardivement, Jeff Scott Soto, qui avait illuminé "Night Castle" de sa grâce. De façon tranquille, mais sans faire de vagues, l'album se tient bien jusqu'à la revisite du "Prince Igor" de BORODINE. "The Night Conceives" commençant à déclencher quelques bâillements, ce qui est dommage, compte tenu de la prestation de haut niveau de Kayla Reeves qui donne tout ce qu'elle a pour insuffler de la vie à un titre, et globalement à un album qui en manque cruellement. Pour que même la sulfureuse Lzzy Hale paraisse si effacée sur la version molle du genou de "Forget About The Blame", c'est dire s'il y a des erreurs commises en amont (ou trop de monde pour donner son avis aussi, c'est possible).

Et puis surtout, ce qui fait plonger "Letters From The Labyrinth" et achève de ne plus lui donner sa chance, c'est sans conteste cet enchaînement de ballades toutes plus insipides les unes que les autres (déjà que "Stay" n'est pas l'une des meilleures de SAVATAGE, ici elle finit de nous endormir), "Who I Am" pas mal foutue essayant de nous tenir en haleine. Et j'ai beau adorer le beau et simple "Prélude en Do Majeur" de Jean-Sébastien BACH, le fait de l'avoir transposé et tenté de l'arranger à renforts de violons un peu vulgaires et de cloches relève davantage de la faute de goût qu'autre chose.

Alors "Letters From The Labyrinth" n'est que rarement complètement nul, mais il était sans aucun doute totalement inutile pour permettre au TRANS-SIBERIAN ORCHESTRA de continuer son exploration scénique et thématique, lui qui restera sans doute toujours prisonnier de son premier succès qui lui laisse un espace d'expression peut-être plus limité qu'il n'y paraît.

A lire aussi en DIVERS par JEFF KANJI :


TOTO
Dune (1984)
Replier l'espace




BLIND GUARDIAN
Twilight Orchestra - Legacy Of The Dark Lands (2019)
Vingt ans de gestation


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Dave Z (basse)
- Paul O'neill (guitare)
- Bob Kinkel (claviers)
- Jon Oliva (claviers, guitare, batterie)
- Al Pitrelli (guitare)
- Luci Butler (claviers)
- Chris Caffery (guitare)
- Roddi Chong (violon)
- Angus Clark (guitare)
- Mee Eun Kim (claviers)
- Vitaliy Kuprij (claviers)
- Jane Mangini (claviers)
- Derek Weiland (claviers)
- Asha Mevlana (violon)
- Johnny Lee Middleton (basse)
- John O'reilly (batterie)
- Jeff Plate (batterie)
- Dave Wittman (batterie, guitare, basse)
- -
- Jeff Scott Soto (chant sur 3)
- Kayla Reeves (chant sur 7,12, chœurs)
- Robin Borneman (chant sur 8)
- Adrienne Warren (chant sur 11, chœurs)
- Lzzy Hale (chant sur 15)
- + Cordes
- + Cors
- + Choristes


1. Time And Distance (the Dash)
2. Madness Of Men
3. Prometheus
4. Mountain Labyrinth
5. King Rurik
6. Prince Igor
7. The Night Conceives
8. Forget About The Blame (sun)
9. Not Dead Yet
10. Past Tomorrow
11. Stay
12. Not The Same
13. Who I Am
14. Lullaby Night
15. Forget About The Blame (moon)



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod