Recherche avancée       Liste groupes



      
OPERA ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Rainbow, Inglorious, Savatage, Jon Oliva's Pain , Cellador, Oliva, Sons Of Apollo, Vitalij Kuprij , Northtale

TRANS-SIBERIAN ORCHESTRA - Night Castle (2009)
Par JEFF KANJI le 29 Décembre 2019          Consultée 556 fois

Sans parler d'institution, le TRANS-SIBERIAN ORCHESTRA a connu une éclosion et une expansion rapide, la première phase des ambitions démesurées de Paul O'Neill s'achevant avec "The Lost Christmas Eve" le troisième chapitre d'une trilogie de Noël désormais terminée. Tout comme cette chronique que j'ambitionnais d'initialement sortir pour le soir du réveillon de la nativité, la trilogie ne s'est pas faite d'un bloc, Paul O'Neill étant un véritable monsieur "quinze mille idées à la seconde" (il faut l'écouter en interview pour se rendre compte de la prolixité du bonhomme capable de sauter du coq à l'âne en deux secondes cinq façon King Diamond tout en vous faisant boire ses paroles), il avait déjà l'idée d'écrire un conte sur la dernière nuit de Beethoven, imbriquant de nombreuses références artistiques.

Et cette nouvelle approche, qui s'écarte un peu des contes de Noël originaux initiaux, va caractériser le TRANS-SIBERIAN ORCHESTRA des années 2000, que "Night Castle" va incarner avec démesure.
Pensez-vous ! Deux cds pour DEUX heures de musique ! Rien que ça. Et on y croise à peu près autant de compositions originales que de relectures d'œuvres classiques, le tout saupoudré de quelques réinterprétations de l'œuvre du père SAVATAGE.
Et ça commence fort avec le "Dies Irae" du Requiem de VERDI (déjà utilisé par SYMPHONY X quelques années plus tôt) et on recroisera bien sûr "Mozart And Madness" (qui devient ici "Mozart And Memories" et "The Mountain" (qui revisite "Prelude To Madness", mais aussi le "Duo des Fleurs" du "Lakmé" de Léo DELIBES ou encore BACH bien sûr, sa musique étant un des éléments de l'histoire.

L'histoire parlons-en. Quant je suis tombé sur le site du TRANS-SIBERIAN ORCHESTRA, j'ai trouvé le contenu du livret de soixante pages du cd. Et je me suis retrouvé happé par cette fable fantastique qui mêle conflit en pleine terreur khmère rouge, love story à la fois pure et banale, relations familiales, notion de pardon et voyage entre rêve et réalité. J'observe souvent chez Paul O'Neill une tendance à amalgamer des éléments de différents contes, légendes, histoires et reportages (comme "The Wake Of Magellan" l'affichait ostensiblement) pour tisser une histoire. Mais son talent consiste à y insuffler une âme qui donne à ses concepts une saveur tout à fait particulière. En revanche, contrairement à un "Streets", il est un peu plus difficile de voir "Night Castle" comme un album-concept que l'on suit en même temps que l'histoire. En revanche, la connaissance du scénario m'aura fait porter une oreille différente sur ce cossu double-album, puisque j'arrive à relier des scènes du récit.

Car si l'histoire se tient d'elle-même, l'album pas forcément, ou alors pas d'une traite. Car il y a ici une telle quantité d'informations (d'autant qu'une portion non-négligeable d'instrumentaux garnit "Night Castle"), qu'il me paraît peu évident de pleinement intégrer la vibe de ce cinquième Opéra Rock du collectif américain. Déjà parce qu'une véritable dualité s'exprime ici : les mélodies issues du répertoire classique revisitées, où la facette orchestrale a la part belle, et l'approche comédie musicale façon Broadway, avec une narration très importante ("Dreams We Conceive" est un bon exemple). Cette façon de raconter les histoires est assez raccord avec la manière dont un Jon Oliva écrit ses mélodies. Il est d'ailleurs pour moi un grand absent au niveau vocal, car ce morceau, au même titre qu'un "Another Way You Can Die" auraient bien mérité un interprète de sa trempe (et je ne parle pas de "Believe" bien sûr).

Et c'est là que je vais parler des vocalistes puisque si Zak Stevens et Jon Oliva sont silencieux, Jeff Scott Soto est une recrue de choix, qui vient remplacer les deux avec brio sur une belle portion de titres, que je considère pour la plupart comme les meilleurs de l'album, à l'exception de "Sparks" qui est un pur monument SAVATAGE-ien bien servi par Tim Hockenberry (qu'on retrouvera trois ans plus tard dans "America's Got Talent" émission où il ira jusqu'aux demi-finales). En revanche, Rob Evan va incarner tout ce que je déteste dans le vocaliste de comédie musicale maniéré, dégoulinant d'émotions caricaturales (j'aurais été curieux d'écouter Zak Stevens sur "There Was A Life" par exemple).

Un aspect Metal renforcé déjà observé sur "Beethoven's Last Night", des titres foncièrement Rock ("Sparks" en tête), une interprétation qui parfois frôle la grâce (Jeff Scott Soto, Tim Hockenberry ou encore Alex Skolnick sur cette belle version d'un "Believe" revisité), Paul O'Neill et Bob Kinkel ne se sont pas foutus du monde avec "Night Castle" qui souffre sans aucun doute de son ambition (il est franchement trop long), dispersant ses quelques belles cartouches, une histoire forte n'y suffisant pas. D'ailleurs, le TRANS-SIBERIAN ORCHESTRA reviendra à des considérations plus raisonnables avec "Letters From The Labyrinth" en 2015. Mais sans nul doute un des opus les plus intéressants sur les six sortis par la formation américaine.

A lire aussi en DIVERS par JEFF KANJI :


TRANS-SIBERIAN ORCHESTRA
Christmas Eve And Other Stories (1996)
From the gutter to the stage




ULTRA VOMIT
L'olymputaindepia (2019)
Best ouf


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Paul O'neill (guitare)
- Bob Kinkel (claviers)
- Jon Oliva (claviers)
- Al Pitrelli (guitare)
- Chris Altenhoff (basse)
- Luci Butler (claviers)
- Chris Caffery (guitare)
- Tristan Avakian (guitare)
- Angus Clark (guitare)
- Alex Skolnick (guitare)
- Johnny Lee Middleton (basse)
- Shih-yi Chiang (claviers)
- Roddi Chong (violon)
- Angus Clark (basse)
- Jane Mangini (claviers)
- Johnny Lee Middleton (basse)
- John O'reilly (batteriepure)
- Anna Phoebe (cordes)
- Jeff Plate (batterie)
- Alex Skolnick (guitare)
- Derek Wieland (claviers)
- Dave Wittman (batterie, guitare, basse)
- -
- Jay Pierce (chant sur cd1-2 & 6)
- Tim Hockenberry (chant cd1-3, cd2-10)
- Jeff Scott Soto (chant cd1-5,8,11, cd2-2,7)
- Rob Evan (chant cd1-13, cd2-3)
- Jennifer Cella (chant cd2-5,6)
- Alexa Goddard (chant sur cd2-9)
- Valentina Porter (chant sur cd2-9)
- + Cordes
- + Chœur D'enfants, Gospel
- + Orchestre
- + Narrateurs Vietnamiens


1. Night Enchanted
2. Childhood Dreams
3. Sparks
4. The Mountain (instrumental)
5. Night Castle
6. The Safest Way Into Tomorrow
7. Mozart And Memories (instrumental)
8. Another Way You Can Die
9. Toccata – Carpimus Noctem (instrumental)
10. The Lion's Roar (instrumental)
11. Dreams We Conceive
12. Mother And Son
13. There Was A Life

1. Moonlight And Madness (instrumental)
2. Time Floats On
3. Epiphany
4. Bach Lullaby (instrumental)
5. Father, Son & Holy Ghost
6. Remnants Of A Lullaby
7. The Safest Way Into Tomorrow (reprise)
8. Embers (instrumental)
9. Child Of The Night (the Flower Duet)
10. Believe
11. Nutrocker (instrumental)
12. Carmina Burana
13. Tracers



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod