Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : The German Panzer , Accept, Fargo, Viva, The Order, Pure Inc.
- Style + Membre : Gary Moore

VICTORY - Gods Of Tomorrow (2021)
Par GEGERS le 22 Novembre 2021          Consultée 940 fois

L’intention était bonne. Reformer VICTORY. Il faut dire en effet que, malgré la publication d’un album live en 2017, le groupe allemand semblait bien silencieux depuis la publication de son dernier opus en date, "Don’t Talk Science", il y a dix ans déjà. Malgré un succès prometteur dans les années 80, permettant à la formation d’espérer un succès à la SCORPIONS, à la BONFIRE ou à la ACCEPT, le groupe s’est vu contraint de jeter l’éponge dans le milieu des années 90 faute de succès. Ses différents retours depuis 2003 sont placés sous le signe du plaisir pur et simple, sans autre prétention que proposer un Hard Rock, parfois quasi-Heavy Metal, énergique et racé, en atteste le déterminisme de Herman Frank, seul dénominateur commun de l’ensemble des diverses incarnations du groupe (même pas, puisqu’il a intégré la formation après la sortie de son premier album, en 1985).

Le timing n’aurait pas pu être pire, puisque c’est fin 2019 que ce bon Herman décide d’insuffler une vie nouvelle dans son VICTORY de cœur. Le confinement et le COVID en embuscade, voici le guitariste déjà forcé de mettre son projet en suspens, préférant se concentrer sur sa carrière solo. La lumière pointant au bout du tunnel, le musicien décide de redonner sa chance à VICTORY, recrutant pour l’entourer, notamment le guitariste Mike Pesin, qui l’accompagne en solo depuis de nombreuses années et fait également partie du formidable groupe THOMSEN (conseillé trois fois par jour, débouche toutes les canalisations). Le recrutement le plus surprenant est néanmoins celui de Gianni Pontillo, chanteur suisse auteur de plusieurs albums de grande qualité avec ses groupes PURE INC. et The ORDER.

Et force est de reconnaître qu’Herman Frank aura eu le nez creux en faisant appel à Pontillo, dont la voix puissante et rugueuse, qui lui a valu le surnom de "The Throat", se rapproche de celle de Steve Lee (regretté chanteur de GOTTHARD) et de Jioti Parcharidis, à qui il succède au sein de VICTORY. Le vocaliste helvète semble parfaitement à son aise sur ce Hard Rock particulièrement musclé (une constante chez VICTORY) et doté d’un très gros son. On ne demande pas à Herman Frank, ancien bûcheron d’ACCEPT, de jouer sur le côté séducteur ou d’enrober de miel ses créations. La musique qu’il propose est brute, dotée d’une énergie savamment pesée, et ne se répand pas à tous les vents. Il y a ici une intransigeance typiquement germanique qui confère à ces treize morceaux une délectable authenticité. Les arrangements sont réduits au strict minimum pour favoriser l’impact des guitares, qui effectivement flamboient et nous donnent à déguster quelques riffs et mélodies particulièrement réussis. Le riff faussement Blues, percutant et irrésistible de "Cut To The Bone", participe à mettre en valeur un des morceaux les plus réussis de l’album (quel refrain !), tandis que le rythme très rapide de "Gods Of Tomorrow", introduit par un solo dantesque, nous cueille sans prévenir. Tout ici bastonne et séduit, et ce morceau s’impose naturellement comme le titre-phare d’un album qui s’articule autour de cette indéniable réussite. D’autres morceaux œuvrent dans une veine similaire, à savoir un Hard Rock furieux et rapide, et beaucoup font mouche, à l’image de "Into The Light", ou de "Rising Force", dont la lourdeur du riff se rapproche des réalisations solitaires de Herman Frank.

Sans réellement varier les ambiances, l’album apporte tout de même quelques nuances, se faisant ainsi plus mélodique sur "Dying In Your Arms", porté par les superbes mélodies vocales de Gianni Pontillo, ou sur "Unconditional Love", véritable machine à remonter le temps qui sonne plus années 80 que les années 80 elles-mêmes. Il est dommage que l’album s’achève sur "Leave You Alone", dont les ambiances un peu niaises tombent assez vite à plat et en font le seul morceau moyen de l’album. Car par ailleurs, ce "Gods of Tomorrow" est un sans-faute, s’inscrivant parfaitement dans la discographie de VICTORY malgré la présence d’un nouveau chanteur à l’identité vocale très forte. Plus inspiré que sur ses propres albums solo, Herman Frank nous délivre une douzaine de morceaux Hard Rock à la fois nostalgiques et dotés d’un son très actuel, sans fioritures ni superflu. Du Hard Rock 100% germanique, brillamment interprété. Mine de rien, voici qui se fait rare !

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


FACE TO FACE
After The Storm (2016)
Come-back sur la pointe des santiags




DANKO JONES
A Rock Supreme (2019)
Le Rock'N'Roll comme nécessité


Marquez et partagez




 
   GEGERS

 
  N/A



- Gianni Pontillo (chant)
- Herman Frank (guitare)
- Mike Pesin (guitare)
- Malte Frederik Burkert (basse)
- Michael Stein (batterie)


1. Love & Hate
2. Gods Of Tomorrow
3. Cut To The Bone
4. Dying In Your Arms
5. Hold On To Me
6. Into The Light
7. Mad
8. Unconditional Love
9. My Own Desire
10. On Fire
11. Rising Force
12. In Rock We Trust
13. Leave You Alone



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod