Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Beautiful Creatures, Night Ranger, Ace Frehley , Foreigner, Michael Lee Firkins , Wild Horses, Dio, Benedictum, Mr. Big
- Style + Membre : Whitesnake, Msg, The Mob, George Lynch , Dokken, Winger

BLACK SWAN - Shake The World (2020)
Par GEGERS le 14 Avril 2020          Consultée 1166 fois

Robin McAuley, 67 ans au compteur, est sans doute une des voix les plus sous-estimées du circuit Hard Rock. Alors que d'autres chanteurs de son âge, bien plus reconnus, sont en souffrance et peinent à faire bonne figure sur scène (David Coverdale, par exemple, semble désormais accuser le coup), l'ex-vocaliste du McAULEY / SCHENKER GROUP bénéficie d'un organe sur lequel le temps semble ne pas avoir d'emprise. La carrière en dents de scie de l'Irlandais ne parvient pas à amoindrir la puissance de cette voix taillée dans et pour le Rock. McAuley, néanmoins, a besoin de mélodies fortes pour permettre à son talent de s'exprimer. Offrez-lui le riff de "Save Yourself", le chanteur fait des merveilles. Donnez-lui les riffs patauds pondus récemment par Michael Schenker sur son album "Revelation", et voici que le volcan devient pétard mouillé. Robin McAuley est de cette race de chanteurs qui, comme Bruce Dickinson ou Bernhard Weiss, ont besoin d'une base solide pour laisser leur voix s'épanouir. Un morceau moyen, et c'est la catastrophe.

Reb Beach (WINGER, WHITESNAKE) et Jeff Pilson (FOREIGNER, DOKKEN), ont ainsi pris un risque non négligeable à s'associant au vocaliste-prodigue dans le cadre de ce nouveau projet, baptisé BLACK SWAN, auquel est également associé le batteur Matt Starr (Ace FREHLEY, MR BIG). Le pedigree des musiciens suffit à expliquer d'où vient et où s'en va ce "super-groupe" signé chez Frontiers. La musique, naturellement et résolument orientée guitares, se place dans une veine Hard Rock puisant son inspiration du côté des années 80. Pour autant, il y a chez ces vieux briscards au CV long comme un jour de confinement une énergie indéniablement actuelle, preuve en est la musculature débordante d'une "Shake The World" qui ouvre l'album du même nom avec une férocité somme toute inédite. Nous sommes là à la frontière du Heavy Metal, tant l'agressivité est tout sauf hédoniste. Il y a de la hargne sur ce morceau qui voit s'entrechoquer le mordant des guitares et la pureté vocale de Robin McAuley qui se balade, parfaitement à son aise. Un titre qui secoue.

"Shake The World" est une vitrine qui cache une arrière-boutique bien moins violente. "Big Disaster" reste un titre résolument rythmé, entraînant, mais nous retrouvons là des ambiances Hard 80s plus familières. Volubile, Reb Beach brille sur ce morceau une nouvelle fois magnifié par la richesse des mélodies et l'impact d'un refrain irrésistible. Il aurait été de bon ton que l'album poursuive sur cette lancée, alors que le mid-tempo "Johnny Came Marching", fortement teinté de Blues, met un coup d'arrêt à l'ambiance jusqu'alors débridée qui habitait l'opus. Pilson et Reb Beach savent néanmoins composer, et le prouvent en reprenant rapidement la main avec un "Immortal Souls" porté par le ronronnement appréciable d'une basse particulièrement mise en avant dans le mix. Plus sombre est moderne, ce morceau plus "adulte", qui s'étend sur plus de six minutes, est certainement une des grandes réussites de cet album.

Le reste de l'album alterne entre titres fun, portés par des riffs marquants et des refrains entraînants ("She's On To Us", "The Rock That Rolled Away"), titres agressifs se voulant porteurs d'une modernité appréciable ("Unless We Change", autre grand moment de l'album), et titres plus calmes, mettant en valeur la richesse vocale de Robin McAuley ("Sacred Place"). L'audace des rockers vieillissants se cristallise sur le morceau final, "Divided/United" qui, comme son titre offre deux visages : un ballade désabusée tout d'abord, introduite par un piano mélancolique, à laquelle se greffe des sonorités Hard Rock très énergiques, laissant un large espace d'expression à la guitare de Reb Beach, qui offre au morceau un solo dantesque. Une pièce savamment construite et brillamment interprétée.

Il n'y a, c'est une surprise, pas grand chose à reprocher à ce "Shake The World" autant délectable que surprenant. Construit autour de riffs percutants et de mélodies fortes, l'album met en valeur le talent de chacune des entités qui constituent le groupe, se faisant à la fois traditionnel dans l'esprit et moderne dans l'exécution. Un album authentique et audacieux, qui constitue une bien belle nouvelle étape dans le parcours foisonnant de ces musiciens de grand talent. Du Hard Rock efficace et percutant.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


SHAKRA
Moving Force (1999)
Les "hell" vètes s'affirment




The ANSWER
New Horizon (2013)
Spectaculaire


Marquez et partagez




 
   GEGERS

 
  N/A



- Robin Mcauley (chant)
- Reb Beach (guitare)
- Jeff Pilson (basse, claviers, guitare)
- Matt Starr (batterie)


1. Shake The World
2. Big Disaster
3. Johnny Came Marching
4. Immortal Souls
5. Make It There
6. She's On To Us
7. The Rock That Rolled Away
8. Long Road To Nowhere
9. Sacred Place
10. Unless We Change
11. Divided/united



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod