Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK GOTHIQUE/ATMO  |  STUDIO

Lexique metal gothique
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Phantom, Schammasch, Farsot
 

 Myspace Officiel (654)

SECRETS OF THE MOON - Black House (2020)
Par MEFISTO le 20 Juin 2020          Consultée 1055 fois

On avait été surpris par "Sun", qui signait en 2015 un tournant majeur pour les Allemands de SECRETS OF THE MOON. Leur Black/Dark Metal migrait désormais vers une musique toujours aussi sombre et menaçante, mais plus calme et ambiancée. "Black House" confirme la réorientation du quartette et établira de nouveaux standards dans le Rock Gothique grâce à une performance des plus inspirées, digne de la Forêt Noire et d'un conte de fées qui a un peu mal tourné...

"Black House" est bon de bout en bout et transpercé d'une ambiance cauchemardesque douce-amère, parfaitement décrite dans l'artwork. Je n'irais pas jusqu'à utiliser les termes funéraire ou dépressif pour dépeindre son caractère, car SOTM est plus angélique que démoniaque, mais il danse constamment sur le fil de fer, ne reniant pas ses racines Black et son penchant Post Ambiant. Le résultat est fameux et plaira indéniablement aux fans de Metal Gothique, oui, mais je parierais que les purs blackeux se feront prendre au jeu comme moi…

Le groupe innove aussi en offrant une vidéo de chaque plage en bonus, un concept aussi noir que le titre de l'album développé par le duo d'artistes visuels Metastazis et Dehn Sora. Identifiez les neufs artefacts dans chacun des neuf morceaux, autant de symboles représentant l'ambiance générale de l'album, et plongez davantage dans cet univers lugubre, "Cotardien". Ne vous attendez pas à des coups d'éclat graphiques, on s'en fout, la musique prévaut… Et juste le fait d'avoir eu cette initiative est digne de mention, devrait vous inciter à sombrer. Le génie de ce concept est sa simplicité et la mer de potentialités dans laquelle les Allemands pouvaient nager pour lui rendre justice rugit vigoureusement.

Au niveau des guests nichant dans cette maison ébène, on est servi. Citons en tête de liste V. Santura de DARK FORTRESS et TRIPTYKON, qui a notamment fourni les inquiétants samples de l'excellente "Don't Look Now", le chanteur d'ENEMY OF THE SUN et PROFANE OMEN, Jules Näveri, qui fait sentir sa présence sur les plages 1 et 4, Thomas Helm (EMPYRIUM) sur les 8 et 9, ainsi que le maître du Black allemand, Alexander Meilenwald (The RUINS OF BEVERAST), qui prête ses hurlements sur "Heart", permettant à cette septième compo de se terminer dans un pesant crescendo.

Il faudra désormais considérer SECRETS OF THE MOON comme un meneur de la scène Gothique moderne, car "Black House" possède absolument tous les atouts pour pousser ce genre mal-aimé au firmament. Les volets sont rapidement baissés sur "Sanctum" pour laisser filtrer le moins de lumière possible sur les cordes mielleuses, huileuses et mordantes, la batterie cotonneuse parfaitement dosée et le chant si singulier et merveilleux de Phil Jonas. Cette draperie tergiversant entre le rare blanc laiteux et l'omniprésent carbone effleure absolument tout comme une lame couperait des liens ; la magie opère comme si nous étions à l'opéra, la fragilité du propos vient fracasser la façade dure de cette maison.

Nous sommes en plein paradoxe, perdus dans les limbes que SECRETS OF THE MOON écoule goutte par goutte, inflexion après inflexion, brique par brique, vapeur après vapeur…

Dans ces limbes, il y a du riff qui vous harponne, du refrain catchy, du grain vocal à vous déchirer l'âme, un souci du détail quasiment ahurissant pour une musique issue de ce type d'entrailles !

Comme souvenir, il y a la créativité sans bornes qui dégoutte des planches de cette "Black House", l'envie de réinventer le Rock Gothique en le rebaptisant, hallucinons-nous, jusque dans son ADN tellement on y croit. On veut y croire et penser que la beauté dispose désormais d'un nouvel alter ego.

SECRETS OF THE MOON est l'élu, après une courte traversée du désert, où il a pu voir son vrai reflet dans le miroir.

Un gros, gros 4, boosté par autant d'amour que de surprise.


Podium : (or) "Don't Look Now", (argent) le duo "Veronica's Room" - "He Is Here", (bronze) "Black House".

Indice de violence : 0,5/5.

A lire aussi en METAL GOTHIQUE par MEFISTO :


SOULGRIND
The Tuoni Pathway (2010)
Tout ce qu'un coucher de soleil peut cacher...




GHOST BRIGADE
Until Fear No Longer Defines Us (2011)
Bipolarité ou savante jonglerie ?

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Lars Plegge (basse)
- Phil Jonas (guitare, chant)
- Michael Zech (guitare)
- Alessandro Delastik (batterie)


1. Sanctum
2. Don't Look Now
3. Veronica's Room
4. He Is Here
5. Cotard
6. Black House
7. Heart
8. Mute God
9. Earth Hour



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod