Recherche avancée       Liste groupes



      
GRINDCORE  |  STUDIO

Lexique grindcore
L' auteur
Acheter Cet Album
 


DEATH TOLL 80K - Harsh Realities (2011)
Par POSITRON le 1er Juillet 2020          Consultée 312 fois

Ok c'est du Grindcore ça tue, vite, très vite, dire quelque chose, tu peux pas laisser les lecteurs en plan, non ne parle pas du deuxième album qui est quand même moins bien en plus c'est l'intro du premier c'est idiot, parle pas de blasts c'est du Grind tout le monde est au courant, parle pas de bêtise, même remarque, parle pas du vocaliste en soit il est pas génial mais il passe bien dans le contexte de l'album (moins dans le second), ne parle pas de la prod qui était supposée être plus bruyante et heureusement elle ne l'est pas tout le monde s'en fout, pareil pour les paroles tout le monde voit bien au premier coup d’œil que c'est la version politique et pas la version gore, trouver une idée, ah je sais j'ai trouvé j'ai qu'à parler des

THRASH
BREAKS

Voilà ce qui distingue ce disque au milieu de plein de disques qui sont sortis après "World Extermination" c'est, outre une culture qui ne s'arrête pas à INSECT WARFARE et tous les groupes que toi lecteur tu peux connaître (ASSÜCK, ND.... peut-être ROT ?), c'est les gros breaks Thrash, le moment ou tu reposes tes oranges invisibles pour aller casser la gueule de ton voisin, des petites influences SLAYER, CELTIC FROST ou BOLT THROWER qui répondent agréablement aux breaks plus hardcore et aux parties blastées.

Du reste voilà, ARGHGHGHBLAST, une version du Grind qui garde assez de neurones pour riffer convenablement. Un peu Death mais pas assez pour être considéré comme du Death Grind (minimum 40% pour cette AOC). J'ai vu des gens mentionner WORMROT et si je peux comprendre le lien entre deux groupes qui ont sorti du Grind post-"Insect Warfare" avec des parties un peu Thrash dans leur album de 2011 je ressens une différence fondamentale à l'idée de les comparer, différence que je n'arrive hélas pas à bien saisir au-delà du simple "DT80K est quand même un peu au-dessus".

Que dire de plus ?
Je pense qu'il s'agit d'un des meilleurs albums de Grind de la décennie passée et certainement un des meilleurs disques pour approcher le "vrai" Grind au-delà de la surface du genre. Cet avis est, du reste, partagé par grand nombre de SICK GRIND FREAKS, individus fort charmants dont les borborygmes incohérents ne devraient pas vous effrayer outre mesure !

A lire aussi en GRINDCORE par POSITRON :


GRIDLINK
Longhena (2014)
Des larmes de joie




DISCORDANCE AXIS
The Inalienable Dreamless (2000)
Le bleu est une couleur chaude.


Marquez et partagez




 
   POSITRON

 
  N/A



- Tomi (guitare)
- Oula (argggg)
- Jori (batterie)
- Ville (basse)


1. Nothing In Common
2. Control
3. Taught To Consume
4. No Escape
5. Modern-day Slavery
6. Piss-stained Press
7. Purchased Happiness
8. Crippled And Dead
9. Cycle Of Misery
10. False Comfort
11. Shepherd
12. Colleteral Murder
13. Drunk On Authority
14. Empty Pose
15. Traditions
16. Bleak
17. Commodities
18. Profiting On Fear
19. Maskmen
20. Sickened
21. Civilian Targets
22. Manipulated
23. Harsh Realities



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod