Recherche avancée       Liste groupes



      
NEOFOLK  |  STUDIO

Commentaires (11)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Chelsea Wolfe
- Membre : Tribulation

Jonathan HULTÉN - Chants From Another Place (2020)
Par DARK BEAGLE le 20 Mai 2020          Consultée 2031 fois

Je vous vois venir. Vous vous dites « ça y est, le Beagle se fout franchement de notre gueule en proposant du Neofolk sur Nightfall In Metal Earth, après qu’il nous ait inondé de Rock Prog. Quand vont-ils le virer, lui qui dénature notre site chéri ? ». Je vous vois déjà affûter vos faux et fourbir vos fourches pour me poursuivre jusqu’au moulin où vous me piégerez et où vous pourriez mettre le feu afin de vous débarrasser de moi et de ma créature. Mais quelle est cette fameuse créature ? Jonathan Hultén ? C’est qui lui ? Il s’agit du guitariste de l’excellent TRIBULATION, qui se livre ici en solo, après un premier EP ma foi fort prometteur. Et je vous le dis net : le Neofolk, ce n’est pas ma tasse de thé, limite je déteste ça. Je suis un sale imposteur, ce devrait être Positron qui vous parle de ce disque, il le ferait certainement mieux que moi. Mais apprécierait-il l’album ? Je vais vous parler avec mon cœur et mes tripes et je vous enc… Euh, je vous emm… Je vous enquiquine, quoi.

La pochette est à l’image du géniteur de cette musique : énigmatique. Jonathan Hultén est ce que l’on peut communément appeler un être androgyne. Mince, le visage comme découpé à la serpe, avec toutefois une certaine délicatesse, une nuée de cheveux qui tombent gracieusement sur ses épaules. Il interpelle, forcément. Au sein de TRIBULATION, il est le guitariste qui trouve le riff qui tue. C’était d’autant plus vrai à l’époque de "The Horror", où la formation pratiquait un Death fortement marqué par le Thrash qui ne faisait pas de quartier, avant de virer vers un Metal Gothique à la fois accessible et terriblement violent pour le genre. Alors oui, vous allez dire que je suis de parti-pris, mais ce garçon, quand il travaille en solo, fait vraiment quelque chose que l’on n’attend pas de lui.

Oui, il est facile de sortir un album solo. Mais combien d’artistes se contentent de rester dans une certaine zone de confort pour faire de façon différente ce qu’ils font habituellement avec leur groupe attitré ? Ils sont nombreux, mine de rien et franchement, la plupart de sont pas intéressants quand ils évoluent loin des musiciens qu’ils fréquentent habituellement et l’ADN de leur groupe est trop gravé en eux pour réellement proposer autre chose. Concernant Hultén, allez écouter TRIBULATION et passez sur son album juste après : dépaysement garanti. "Chants From Another Place" est une petite merveille acoustique, sur laquelle Jonathan nous guide de sa voix chaude et envoûtante.

Il est parfois difficile de trouver forcément l’émotion dans le dépouillement musical. Tout est à l’image de cette pochette, qui est une œuvre du guitariste, qui s’avère franchement doué avec un crayon entre les doigts. Imaginez : une guitare acoustique, un clavier utilisé avec une jolie parcimonie, une voix chaude, que l’on n’attendait pas ainsi, que l’on imaginait volontiers plus aiguë, à l’image de l’androgynie de l’artiste. Mais qu’est-ce qu’elle fonctionne bien ! Elle est pour le coup un instrument soigneusement utilisé. Elle arrive et s’installe tranquillement, elle occupe l’espace sonore sans le coloniser, elle laisse de la place pour le reste, aussi minimaliste soit-il.

Le fait que l’artiste soit signé sur K-Scope est déjà un signe de qualité en soi, rares sont les productions décevantes que propose ce label. Et nul doute que ce "Chants From Another Place" va devenir un très bel étendard pour cette maison de disque qui aime se heurter à l’excellence (bon, si avec ça ils ne me filent pas de promos…). Et l’excellence, nous la tenons, là. À travers cette simplicité qui se transforme en œuvre transcendante dans le sens où elle nous conduit doucement, lentement, avec douceur, dans une transe mystique. Inutile d’en demander plus, tout est dans l’émotion qui se dégage, dans cette évocation forte, qui fait appel à la nature sans pour autant écarter totalement des sonorités Rock qui s’invitent à cette fête intimiste sans la dénaturer.

Il y a une espèce de langueur qui se dessine tout du long, sans qu’elle ne soit pénalisante ; Jonathan HULTÉN parvient à rester passionnant tout du long, que ce soit dans une candeur manifeste ("The Call To Adventure") ou quand il cherche quelque chose de différent, plus rythmique, mais sans détruire l’aspect général de cet album ("Next Big Day", toujours en équilibre précaire, mais qui se tient très bien tel un funambule habile). Hultén mène sa barque sans défaillir, prenant des risques, ne se complaisant jamais dans la facilité. Il serait si facile de gratter un accord sympa et de le répéter à l’infini en y apportant une vague variation, mais ici chaque titre possède une personnalité qui lui est propre, chacun est une invitation au voyage. Mais pas un voyage où l’on va de pays en pays en fonction des sonorités, non, je parle du plus beau des voyages, le voyage intérieur (bon, si vous êtes psychopathe, ça risque d’être laid, mais franchement, ce n’est pas mon affaire).

Dès le début de l’album, nous sommes emportés. Entre la douceur suave d’un "A Dance In The Road" et la volonté mystique de "The Mountain", nous ne savons déjà plus sur quel pied danser et c’est ça qui est exceptionnel. Il n’y a pas de facilité, au contraire ! Le canevas mélodique est en constante évolution, Hultén évite la redite et au travers de chansons assez courtes, il dépeint un univers onirique, mélancolique sans être forcément triste, forcément mystique sans sombrer dans le cliché. Il se lâche, il humanise tout lui qui a toujours évité de le faire avec TRIBULATION pour se centrer sur l’aspect horrifique et torturé. Là, nous avons un artiste libéré, qui se montre juste brillant, tout simplement.

À titre d’exemple, je me contenterai de citer "Östbjörka brudlåt", qui est une reprise d’un compositeur suédois contemporain (Pers Hans OLSSON) sur laquelle Hultén se livre à des vocalises. Et c’est loin d’être sans intérêt puisqu’avec une arrogance aussi folle qui brillante, il va reproduire vocalement les mélodies de violon. Plus on écoute ce morceau, plus l’aspect bluffant arrive comme une évidence et à travers un exercice qui a l’air con comme la lune, on tient un moment qui présente une espèce d’intensité à laquelle nous ne nous attendions pas et qui finit par nous émouvoir. Et là nous tenons l’esprit de ce disque, nous comprenons que cette œuvre est d’une sensibilité rare et qu’elle est belle, tout simplement.

Voilà, vous êtes juges à présent, je vous ai dit ce que je pense de cet album. Tant pis si vous n’aimez pas, j’aurai essayé de vous présenter quelque chose de différent fait par un musicien typiquement Metal. Personnellement, c’est pour moi un des albums de l’année. Le genre de disque qui surprend, qui s’avère efficace et puissant malgré son aspect entièrement acoustique. Jonathan HULTÉN fait preuve ici d’une grande sensibilité et surtout, il parvient à la retranscrire sans qu’elle ne paraisse artificielle. "Chants From Another Place" deviendra très certainement un disque référentiel dans son genre et l’âme damnée derrière va certainement être reconnue comme un grand artiste, hors des frontières parfois étriquées du Metal. En tout cas, moi, je suis conquis. Et au final, c’est peut-être ça le plus important.

A lire aussi en DIVERS par DARK BEAGLE :


DOOL
Here Now Here Then (2017)
Et non, pas TOOL, mais DOOL !




ME AND THAT MAN
Songs Of Love And Death (2017)
On dit "that man and me" quand on est poli !

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
   POSITRON

 
   (2 chroniques)



- Jonathan Hultén (tout)


1. A Dance In The Road
2. The Mountain
3. Next Big Day
4. The Call To Adventure
5. Wasteland
6. Outskirts
7. Holy Woods
8. Where Devils Weep
9. The Fleeting World
10. Östbjörka Brudlåt
11. The Roses
12. Deep Night



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod