Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel Du Groupe (638)
 Myspace Officiel Du Groupe (452)

ANGELUS APATRIDA - Cabaret De La Guillotine (2018)
Par FREDOUILLE le 5 Avril 2020          Consultée 668 fois

Mine de rien les Thrashers d’ANGELUS APATRIDA continuent de poursuivre leur petit bonhomme de chemin. On sait les gus hyper bons et talentueux, sans conteste l’un des meilleurs combos de Thrash Metal actuel si l’on en juge leur discographie. On ne va pas revenir en détails sur les trois excellents opus sortis depuis 2010, à savoir "Clockwork", l’explosif "The Call" (2012), ou encore "Hidden Evolution" (2015) lequel, et même s’il n’atteignait pas les sommets de "The Call" justement, était un putain d’album de Thrash. Tant et si bien qu’on ne tarit pas d’éloges sur le combo originaire d’Albacete. A juste titre. Et bonne nouvelle, on ne risque pas de s’arrêter puisque ce sixième opus qu’est "Cabaret De La Guillotine", à la pochette aussi élégante que sanguinolente, compte une nouvelle fois une flopée de titres de la mort qui tue.

Et c’est "Sharpen The Guillotine" qui ouvre les hostilités de manière tout à fait exquise avec quelques notes acoustiques de toute beauté avant que les guitares ne surgissent tout en douceur et ne transforment bientôt le morceau en une vraie déflagration métallique. La machine hyper huilée qu’est ANGELUS APATRIDA est déjà lancée à plein régime et vous balance avec brio des rythmiques à couper le souffle, les riffs galopants de David G. Alvarez, et les vocalises toujours aussi hargneuses de l’ami Guillermo Izquierdo accompagné de chœurs relativement vigoureux. "Sharpen The Guillotine" agressive comme il faut, l’influence de la scène Thrash de la Bay Area y est d’ailleurs palpable, démontre d’emblée tout le savoir faire et la maîtrise du quatuor espagnol qui nous délivre là et assurément un très grand titre de Thrash Metal, presque classieux pour le coup, où l’aspect mélodique y est d’ailleurs et particulièrement travaillé.

Car s’il y a bien un point sur lequel le combo a progressé c’est bien sur l’aspect mélodique. Je ne sais pas si c’est avec l’âge et/ou si la maturité est à l’origine de cette évolution (positive!) mais on sent que les Espagnols ont ici, véritablement peaufiné cet aspect pour paraitre un poil plus sages et un tantinet plus lisses. Prenez par exemple le très nerveux "Betrayed" morceau un peu plus lourd et agrémenté de guitares pour le moins rugueuses et catchy… et bien ANGELUS APATRIDA parvient à y poser de la mélodie que ça soit via un solo, soit via le refrain tout en mélodie (et pour le coup très MEGADETH-esque) qui contrebalance véritablement la facette hargneuse du morceau (dixit le chant de Guillermo). Même cas de figure pour l'excellent "The Die Is Cast" qui derrière ses allures Thrash, possède non seulement une touche NWOBHM-esque, mais aussi un refrain particulièrement accrocheur et mélodieux, plutôt easy-listening au bout du compte pour ne pas dire Pop. Dans un autre registre, le single et ballade "Farewell" du long de ses six minutes montre une autre facette du groupe et notamment au niveau du travail d’écriture. Après une bonne grosse partie calme et particulièrement mélodique (chant clair à l'appui), le morceau va atteindre une toute autre dimension avec un break plutôt bien amené et une belle montée en puissance. Un titre un peu étonnant je dois dire, le groupe ne nous avait pas trop habitués à ce genre de composition, mais de mon point de vue ce "Farewell" plutôt classieuse au bout du compte est finalement une belle réussite. Et elle ajoute qui plus est de la variété à l'album.

Bien évidemment, ANGELUS APATRIDA n’en oublie pas moins son Thrash viril et virulent, et sait toujours sortir la grosse artillerie. Par exemple, "The Hum" envoie véritablement du lourd avec cette rythmique blastée au possible, ces riffs particulièrement pêchus et agressifs, et le chant de Guillermo qui prend ici les apparences du chant de Chuck Billy (TESTAMENT). Sur le toniturant "One Of Us" qui pourra évoquer le "Motorbreath" de METALLICA, ANGELUS APATRIDA renvoie tout le monde à ses chères études en un peu plus de trois minutes. Le morceau est en effet une pure tuerie Thrash, dévastateur, pas très éloigné non plus d’un EXODUS ou d’un HAVOC, avec des guitares relativement incisives, une rythmique relativement solide et rapide, et le chant hargneux et presque époustouflant de l’ami Guillermo. Le mastodonte qu’est "Downfall Of The Nation" véritable démonstration de puissance là aussi ne ralentit vraiment pas le tempo avec justement cette rythmique complexe et particulièrement saccadée, agrémentée des grunts de Guillermo proches vocalement et une nouvelle fois de Chuck Billy. Enfin, "Ministry Of God" moins séduisant, apparait un peu plus classique et plus éculé, mais nous envoie néanmoins quelques mines dans les esgourdes à coup de riffs percutants pour ne pas dire des tirs de mitrailleuses lorsque l’ami Victor Valera martèle avec abondance ses fûts.

ANGELUS APATRIDA nous délivre là un album de pur Thrash, haut de gamme, avec un bon nombre de compositions particulièrement savoureuses car non seulement mélodieuses pour certaines mais aussi dotées de quelques fulgurances bienvenues. Musicalement intéressant, on regrettera juste "Witching Hour" titre qui ressemble un peu trop à du TESTAMENT pataud (la basse y est en tous les cas mise en exergue), techniquement très fort, on vantera une nouvelle fois les prouesses des musiciens (décidément la paire Alvarez/Izquierdo est toujours aussi dévastatrice, et Victor Valera toujours aussi impressionnant) et on s'attardera aussi sur les vocalises de Guillermo Izquierdo lesquelles semblent s'être étoffées (chant clair, hargneux et vocalises à la Chuck Billy). Un très bon disque de Thrash Metal qui confirme une fois de plus tout le bien que l'on pensait des Espagnols. ANGELUS APATRIDA est définitivement une valeur sure qu'on se le dise ! On attend désormais la suite avec impatience !

Morceaux préférés : "Sharpen The Guillotine", "Farewell", "Betrayed", "One Of Us".

A lire aussi en THRASH METAL par FREDOUILLE :


WITCHERY
Symphony For The Devil (2001)
Thrash metal

(+ 1 kro-express)



BONDED BY BLOOD
The Aftermath (2012)
Yeah! Toujours aussi talentueux ces jeunes loups !


Marquez et partagez




 
   FREDOUILLE

 
  N/A



- Victor Valera (batterie)
- Davish G. Alvarez (guitares)
- Guillermo Izquierdo (chant, guitares)
- José J. Izquierdo (basse)


1. Sharpen The Guillotine
2. Betrayed
3. Ministry Of God
4. The Hum
5. Downfall Of The Nation
6. One Of Us
7. The Die Is Cast
8. Witching Hour
9. Farewell
10. Martyrs Of Chicago



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod