Recherche avancée       Liste groupes



      
SCREAMO/POST ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


ENVY [JAP] - The Fallen Crimson (2020)
Par ISAACRUDER le 16 Mars 2020          Consultée 1590 fois

À la fois traditionnel et en perpétuel mutation, ENVY est à l'image du Japon post-Seconde Guerre Mondiale. Il aura tenu vingt-cinq ans avec le même line-up, renouvelant sans cesse sa musique. Tetsuya Fukagawa, le chanteur iconique, quitta le groupe en 2016, laissant ENVY dans une stase dont on le pensait prisonnier à jamais. Pourtant, en 2018, Tetsuya reprend le lead d'un groupe mythique, avec deux nouveaux membres, et "The Fallen Crimson" vient représenter tout ce qu'ENVY a pu vivre en vingt-cinq ans, mais aussi ce qu'il a perdu après une telle période de stabilité. Il faut bien comprendre qu'ENVY a failli disparaître après "Atheist's Cornea", et que cette résurrection est un miracle. Il en résulte un album qui conjugue à merveille tout ce qu'ENVY représente, soit le Screamo intense de leurs débuts et les éléments plus Post Rock qui ont pu diviser leur fanbase. Ici pourtant, nulle division, tout transpire l'unité, la cohésion, le ciment plus solide que jamais. Un album qui symbolise les retrouvailles d'un groupe qui a partagé vingt-cinq ans de vie, j'insiste sur ce nombre impressionnant, car il fait d'ENVY non pas un projet lambda, mais bien une entité unique, un chœur, dont la voix est travaillée par les membres d'une seconde famille. En un sens, "The Fallen Crimson" est un nouveau départ pour les Japonais, qui signent là leur meilleur album depuis plus d'une décennie.

"The Fallen Crimson" frappe fort en ressuscitant une intensité qui avait tenté de refaire surface avec "Atheist's Cornea" mais se trouve bien décuplée sur cet album aux riffs rappelant la belle époque de "All The Footprints You've Ever left And The Fear Expecting Ahead". "Statement Of Freedom", s'il offre un riff un peu trop mou en début d'album, entraîne à mi-parcours l'auditeur vers un Post Hardcore superbe, où Tetsuya semble retrouver une puissance vocale oubliée. "A Faint New World", avec son riff final, renoue avec les titres les plus chaotiques d'ENVY. Après vingt-cinq ans, il est dingue de se dire que ces types continuent à envoyer du lourd comme au temps de leur prime jeunesse, où leur musique représentait à merveille la folie d'un Tokyo saturé d'activités humaines. On a cru ENVY enfermé dans des tentatives Post Rock mais leur Screamo imparable est bien de retour, plus fort, et plus beau encore. Que dire de "Fingerprint Mark", incroyable titre aux riffs Crust impitoyables magnifiés par des leads Post célestes et des arpèges salvateurs ? Ce morceau à lui seul ressuscite le génie d'un groupe capable de représenter une gatling à lumière, avec un batteur épique, dont les parties sont à saluer comme des morceaux de bravoure permanents.

ENVY ne renie rien, mais embrasse toute sa vie. "The Fallen Crimson" est sans concession. Il est Screamo tout autant que Post Rock, mais il réalise la prouesse de ne pas séparer les tentatives et de fusionner deux aspects de l'art des Japonais, ce qu'ils n'avaient jusque-là jamais réussi à pleinement exécuter. Pour s'en convaincre, il suffit d'écouter "Swaying Leaves And Scattering Breath", superbe morceau mid-tempo, avec ses arpèges divins, son spoken-word légendaire, son chant clair qui nous plonge dans les plus beaux rêves d'un Ghibli et, en définitive, la lumière intense qu'il dégage. Oui, ENVY est beau, il l'a toujours été, mais "The Fallen Crimson" semble bâtir une échelle vers le Paradis, tant il irradie d'un soleil apaisant, le tout en conjuguant riffs épiques et Post-Rock cosmique.

L'album pourrait être divisé en deux segments, qui comportent chacun leur acmé. Tout le début de l'album n'est qu'un superbe ascenseur séraphique menant à "Rhythm", un des meilleurs morceaux d'ENVY, où la voix d'Achiko vient apporter une douceur féminine hallucinante de poésie. Et comment ne pas parler de "HIKARI" - littéralement "lumière" - bouleversant Post Hardcore tout en délicatesse et en puissance introspective ? ENVY n'a pas son pareil pour inonder l'espace d'un halo surnaturel. Toute peur disparaît, toute souffrance s'apaise, on croirait voir Gandalf qui débarque sur Gripoil, pile à l'heure, Deus Ex Machina à la rescousse d'une vie en souffrance. Le bâton bien dressé sur la gueule de Saruman, qui ploie sous la puissance de la lumière suprême, et pousse des petits cris de victime face à l'aveuglant pouvoir ultime du Bien. AUX CHIOTTES SARUMAN ! Voilà la traduction de "HIKARI"! Voilà la traduction de "The Fallen Crimson", un album bâti sur les larmes et le sang, mais surtout l'amour d'humains qui ont déjà partagé vingt-cinq ans de leurs vies.

Toute la fin de "The Fallen Crimson" est un monument de poésie et d'illumination. La bande-son d'un long-métrage de Ghibli avec Gandalf en personnage principal qui dissipe les ténèbres avec son style incandescent. "Dawn And Gaze", avec ses voix d'ange du futur, vient apporter la révélation dernière, l'Apocalypse : aimez-vous les uns les autres bordel de merde ! Il faut le Screamo d'ENVY pour rappeler la vérité universelle de la toute-puissance de l'Amour ! J'ai envie de chialer d'être une telle fiotte, mais "The Fallen Crimson" est beaucoup trop beau, ce n'est plus le moment de jouer les durs, ENVY est de retour putain ! Je sens que la gatling à lumière des Japonais me frappe de plein fouet, on se croirait dans une guerre cosmique avec ENVY en première ligne, qui sulfate du démon avec des canons à éclats divins, qui éclate de la succube avec des bombes astrales, Satan en PLS face à la Champion's League angélique venue tout droit du Japon ! Et quand "A Step In The Morning Glow" vient achever cette guerre totale, Tetsuya se promène avec ses bros le long du champ de bataille. Les pertes démoniaques sont énormes, la victoire est parfaite, il regarde sa famille d'adoption avec un grand sourire et s'exclame : "J'aime l'odeur du napalm purificateur au petit matin !".

A lire aussi en HARDCORE par ISAACRUDER :


BIRDS IN ROW
Cottbus (2010)
Dans la sueur, la rage et le sang




INFANT ISLAND
Infant Island (2018)
Audace et tradition


Marquez et partagez






 
   ISAACRUDER

 
  N/A



- Tetsuya Fukagawa (chant, claviers)
- Nobukata Kawai (guitare)
- Manabu Nakagawa (basse)
- Yoshi (guitare)
- Yoshimitsu Taki (guitare)
- Hiroki Watanabe (batterie)


1. Statement Of Freedom
2. Swaying Leaves And Scattering Breath
3. A Faint New World
4. Rhythm
5. Marginalized Thread
6. Hikari
7. Eternal Memories And Reincarnation
8. Fingerprint Mark
9. Dawn And Gaze
10. Memories And The Limit
11. A Step In The Morning Glow



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod