Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Soulhealer
- Style + Membre : Freternia

CRYSTAL EYES - Starbourne Traveller (2019)
Par GEGERS le 12 Janvier 2020          Consultée 1956 fois

Alors que CRYSTAL EYES célèbre en 2019 ses 25 années d’existence, il aura fallu cinq ans au groupe suédois et en particulier à son leader, Mikael Dahl, pour mettre sur pied un successeur au très réussi Killer (2014). Alors que le groupe compense sa rareté par des albums très réussis, portés par une énergie communicative et une capacité inaltérée et concevoir des morceaux fédérateurs, "Starbourne Traveler" vient célébrer avec brio ce quart de siècle d’existence. Ce huitième album, dont le visuel évoque ostensiblement le dernier album en date de Blaze BAYLEY, "The Redemption of William Black", est également une célébration en soi, puisqu’il se voit en bonne partie de vieilles idées grappillées ça et là dans les cartons et sur les premières démos du groupe. En résulte un album particulièrement solide, riche en références, créé par et pour des fans de Heavy/Speed à l’européenne.

La passion qui anime Mikael Dahl est la clé de voute de cet opus sans temps mort. Le chanteur/guitariste, galvanisé par ses fouilles dans le vieux répertoire du groupe, propose en effet des structures de morceaux et des mélodies qui auraient sans conteste été portées aux nues si elles avaient été estampillées HELLOWEEN ou GAMMA RAY dans le courant des années 90. Fan nostalgique mais résolument convaincu que le style a encore des choses intéressantes à proposer, le bonhomme et ses acolytes offrent en guise de mise en bouche un "Gods Of Disorder" qui illustre parfaitement la démarche du groupe sur cet album : rendre hommage aux grands noms qui les ont inspirés. Porté par une rythmique aux allures de rouleau compresseur et un riff dévastateur, le morceau propose de nombreuses références aux héros des années 80 dans ses paroles : TWISTED SISTER, WASP, JUDAS PRIEST, IRON MAIDEN… Porté par un mixage équilibré, le morceau est sans conteste un des meilleurs titres d’ouverture du groupe.

Le tubesque "Side By Side”, qui succède à cette introduction délectable, se fait à la fois plus lent et plus percutant encore. La filiation avec RUNNING WILD est ici évidente et assumée, et on la retrouvera sur l’épique titre final, "Rage On The Sea", réenregistrement d’une démo de 1997 qui trouve finalement une place de choix sur un album du groupe. L’évocation facile de la piraterie, les longs solos et les duels de guitare sont autant d’éléments qui rendent ce titre à la fois cliché et particulièrement savoureux. Titre le plus rapide de l’album, "Extreme Paranoïa" s’inscrit pour sa part dans la plus pure tradition helloweenienne. Déjà présent sur le premier album du groupe, "Word Of Black And Silver", publié en 1999, il se voit dépoussiéré avec conviction, Mikael Dahl étant entre temps devenu un chanteur particulièrement percutant. Cette nouvelle version confirme que ce titre fondateur est une pièce-maîtresse dans le répertoire du groupe.

Variant une nouvelle fois son propos, CRYSTAL EYES offre avec "Starbourne Traveller" un titre plus lent, néanmoins très efficace, qui rappelle le "Take On The World" de Judas Priest. On préfèrera ce morceau-titre au moins marquant "Corridors Of Time", dont le riff introductif est une référence au "Crazy Train" d’OZZY, ou au plus passe-partout "Paradise Powerlord", sur lequel on apprécie surtout la volubilité vocale du sieur Dahl qui n’hésite pas à singer Udo DIRKSCHNEIDER.

Si la fin d’album est raisonnablement galopante ("Into The Fire" sonne comme du MAIDEN), le groupe a la bonne idée d’offrir avec "In The Empire Of Saints" une respiration bienvenu. Dédié à un ami musicien disparu, ce titre propose une belle utilisation de la guitare acoustique, et évoque le morceau "Farewell" de GAMMA RAY de par son ambiance et son thème (le départ, la fin de l’innocence, l’amitié). La fin, agrémentée de chœur, parvient à ne pas tomber dans le mièvre.

"Midnight Radio", fun comme du FREEDOM CALL, est finalement le morceau le moins percutant de l’album et la seule petite déception. Car en 10 titres, sans proposer des plans rappelant éhontément ses héros musicaux, CRYSTAL EYES est parvenu à créer un album une nouvelle fois agrémenté de riffs marquants et de refrains aux mélodies soignées, qui s’impose comme un hommage réussi à ces groupes qui font que vous lisez aujourd’hui ces lignes. Un album multi-générationnel et foisonnant d’idées.

A lire aussi en HEAVY METAL par GEGERS :


TRANCE
The Loser Strikes Back (2017)
L'évasion, deuxième




Tobias Sammet's AVANTASIA
Ghostlights (2016)
Tic tac, tic tac, Tobias de nouveau d'attaque


Marquez et partagez




 
   GEGERS

 
  N/A



- Mikael Dahl (chant, guitare)
- Claes Wikander (basse)
- Jonatan Hallberg (guitare)
- Henrik Birgersson (batterie)


1. Gods Of Disorder
2. Side By Side
3. Extreme Paranoia
4. Starbourne Traveler
5. Corridors Of Time
6. Paradise Powerlord
7. Into The Fire
8. In The Empire Of Saints
9. Midnight Radio
10. Rage On The Sea



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod