Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


FIRESPAWN - Abominate (2019)
Par MEFISTO le 10 Janvier 2020          Consultée 1213 fois

La renommée de la Suède en Death Metal n'est plus à faire. Aucune nation, à part les États-Unis, n'a enfanté autant d'artistes cultes du genre. Et quand on voit que de récents groupes formés de vétérans tels que FIRESPAWN continent de tirer leur épingle du jeu avec des albums en béton comme "Abominate", on peut se dire que les vieux loubards tiennent à leur héritage.

Comme vous l'ai déjà mentionné, FIRESPAWN est une émule de tous ces géants qui ont engraissé cet arbre généalogique si imposant. Certains de ses membres ont même déjà officié au sein de ces pointures, dont NECROPHOBIC, UNLEASHED et ENTOMBED. Il me fait aussi penser à VOMITORY et DEICIDE (si je triche géographiquement…) pour le riffing, à BLOODBATH pour l'agressivité et DEMIURG pour le côté catchy.

Ce qui est absolument irrésistible sur "Abominate", troisième album de FIRESPAWN depuis sa création en 2015, est la solidité du son Death classique, couplé à des soli et mélodies ultra accrocheuses et à une section rythmique aussi pachydermique qu'agréable. À la BOLT THROWER ! Écoutez la meilleure réussite du disque, "The Great One", et vous comprendrez que ces types n'ont pas encore dit leur dernier mot dans la crypte des oubliés… J'espère d'ailleurs que cet "Abominate" leur permettra de sortir du lot, car un tel Death carré, suave, violent et dévastateur en 2019 est presque une denrée rare.

Ainsi vogue la galère des Suédois pendant 41 minutes, sans trop de temps morts ni d'égarements. FIRESPAWN sait comment rendre sa musique intéressante et ne perd pas un seul morceau pour nous le prouver avec "The Gallows End" et ses petits accents arabiques et sa montée en puissance à mi-parcours. Chaque pièce de ce rejeton enflammé a un petit gimmick, soit un solo, une mélodie insidieuse, un riff déjanté ou une modulation de basse qui nous donne presque envie de danser ! Citons la vélocité et le superbe solo de "Death And Damnation", qui cassent tout, le tempo éléphantesque et l'ambiance diabolique de "Abominate", le solo de "Hunter", qui achève une création plutôt originale, le riff gras et cinglant de "Godlessness", le refrain costaud de "Blind Kingdom" ou le riffing classico-sémillant de "The Undertaker".

Et que dire de la voix de L.G. Petrov, qui, mes excuses, fait passer les Glen Benton ou Karl Willetts de ce monde pour des gamins en culottes courtes ! Vieux routier pour vieux routier, Petrov ferait partie de mon équipe sans hésiter ! Comme l'a mentionné Alex Friberg : « Il boit et fume plus que n'importe qui que je connais, mais sa voix sur "Abominate" me donne des frissons… »

Bref, je suis devenu un inconditionnel de ces enfants de salauds sur "The Reprobate" et "Abominate" confirme mes soupçons… Si je suis capable de m'ébahir sur le Metal le plus progressif et révolutionnaire, je plie volontiers les genoux quand du stock plus basique de cette pesanteur m'écrase la veine nostalgique… Mais attention, FIRESPAWN ne plaira pas qu'aux aficionados, je pense qu'il a le potentiel pour attirer des néophytes en manque de vibrations fortes !

J'avertis par contre les empêcheurs de moshpiter en rond, qui détestent ces groupes de papys malabars : si vous vous attendez à autre chose que du raw Death à la sauce moderne, hyper bien produit (les Suédois ont travaillé dans quatre studios différents !) et léché, passez votre chemin. Ça ne grésille pas, on entend tout et ça n'empeste pas l'humidité. C'est aussi limpide et serré que… ce que vous voudrez. Donc…

Avait-on besoin d'un FIRESPAWN dans notre univers métallique ? Non, pas vraiment. Est-on heureux de pouvoir headbanguer grâce à lui ? Absolument.

Podium : (or et une des meilleures pièces de Death que j'aie entendues) "The Great One", (argent) "Abominate", (bronze) "Blind Kingdom".

Indice de violence : 3,5/5.

A lire aussi en DEATH METAL par MEFISTO :


MEMORIAM
The Silent Vigil (2018)
Un parfum de nostalgie martiale...




The AMENTA
Occasus (2004)
Death indus hallucinant !


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- L. G. Petrov (chant)
- Victor Brandt (guitare)
- Fredrik Folkare (guitare)
- Matte Modin (batterie)
- Alex Friberg (basse)


1. The Gallows End
2. Death And Damnation
3. Abominate
4. Heathen Blood
5. The Great One
6. Cold Blood
7. The Hunter
8. Godlessness
9. Blind Kingdom
10. The Undertaker
11. Black Wings Of The Apocalpyse



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod