Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK/POWER POP  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 


2019 Squares
 

2019 Squares
 

- Membre : Joe Satriani

SQUARES - Squares (2019)
Par T-RAY le 15 Décembre 2019          Consultée 1089 fois

J'ai toujours aimé Joe Satriani, même si je ne suis pas incollable sur sa longue et riche carrière solo, d'autant que le Metal Instrumental n'est pas parmi les genres musicaux que j'écoute le plus. Mais parmi les guitar heroes, il est certainement l'un de ceux qui parviennent le plus à m'embarquer dans leurs délires. Jusqu'ici, je n'aurais su affirmer pourquoi les riffs et soli de gratte du bonhomme parvenaient à me toucher davantage que d'autres. Mais à présent que le gaillard a fait paraître "Squares", la compilation d'extraits des démos de son premier groupe, l'éponyme SQUARES, tout est désormais plus clair… Car les influences Pop de Satch y sont exposées en long, en large et en travers sur ces enregistrements de la toute fin des années 70 et du début des 80s, remasterisés comme ils le méritent.

Mais attention, pas n'importe quelle Pop : celle que j'aime le plus, celle des années 60, elle-même bien influencée par le Rock'N'Roll des origines et le Rockabilly, notamment celui de Buddy HOLLY. Il faut dire que, dans SQUARES, Satriani avait à ses côtés un batteur, Jeff Campitelli, le même qui le suivra dans ses aventures solo, dont l'apparente simplicité du jeu évoquait aisément le relatif dépouillement du jeu des batteurs de l'époque. Et il avait à ses côtés un chanteur (et bassiste), Andy Milton, dont l'ingénuité de la voix rappelait sans mal les voix d'alors. À eux trois, ils se montraient capables d'offrir des harmonies vocales fort agréables qui transportent aisément l'auditeur une bonne quinzaine d'années avant l'enregistrement des morceaux de cette compil'.

Un exemple de ce côté furieusement Sixties ? Pas besoin d'aller plus loin que le premier morceau, "Give It Up" encapsulant parfaitement toutes les influences que je viens de citer. Malgré un son de gratte un brin plus Hard qu'à cette époque, SQUARES nous transporte bel et bien à l'époque du jukebox triomphant et du Scopitone. Et ce titre-là n'est pas le seul à transpirer les années 60 : "Everybody's Girl" également. Un petit tube en puissance que ce dernier, d'ailleurs, dont les paroles sont finalement moins ingénues que la voix de Milton et les harmonies vocales de ses compères laissent supposer de prime abord. Sur ces deux titres, les parties de gratte peuvent évoquer aussi bien le Surf Rock éminemment californien – logique, SQUARES vient de là – que la Power Pop née quelques années plus tard.

Preuve, toutefois, que ce n'est pas la seule guitare de Satch qui nous transporte à cette époque, un morceau tel que "B-Side Girl" trouve sa force quasi uniquement dans les parties vocales, le chant d'Andy et les chœurs des deux Italo-américains qui l'accompagnent faisant resurgir le spectre des EVERLY BROTHERS. En moins bien, certes, mais tout de même : une telle chanson se laisse écouter avec grand plaisir et un soupçon de nostalgie pour cette période que, finalement, bien peu d'entre nous, chroniqueurs et journalistes musicaux en activité, ont connu. À me lire et à l'écoute des trois premiers morceaux de cette compilation, l'on pourrait penser que SQUARES n'est qu'une ode à une époque révolue de la musique populaire, qui était déjà révolue au moment où le power-trio composait ses chansons.

Mais non, SQUARES semblait également à l'aise avec son époque à lui. Le groupe n'est pas si éloigné de la démarche de The CARS sur le premier album des Bostoniens, sorti en 1978, par exemple, même si ceux-ci se projetaient davantage vers les années 80 avec leurs sonorités plus synthétiques. Il l'est encore moins des premiers soubresauts AOR, comme peuvent en témoigner des morceaux tels que "So Used Up" et le plus soft "You Can Light The Way" qui, veuillez m'en excuser, me font penser à TOTO… En moins bon, là encore. C'est aussi à The POLICE – un groupe pas du tout AOR, je vous l'accorde – que ce dernier titre peut faire penser lorsque les trois voix s'expriment en harmonie. Plus soft encore, SQUARES en était capable, comme le démontre la ballade "Never Let It Get You Down" qui, elle aussi, sent bon l'AOR…

SQUARES paraît, de même, relativement à l'aise avec les sonorités Punk contemporaines de sa musique. "I Need A Lot Of Love", malgré son harmonica et ses inspirations ouvertement Rockabilly, est envoyé avec une urgence et une énergie toutes Punk, et les parties de gratte et de basse le confirment. Mais du Punk ensoleillé, hein ? Du genre dont la Californie s'est fait la spécialité à partir du début des années 80 et qui explosera dans sa forme la plus Pop au milieu des années 90. Un autre exemple pour confirmer cette inclination du trio pour ce mélange d'intentions à la fois Pop et de Punk ? "Follow That Heart", assurément, qui aurait pu servir de matériau de base à un GREEN DAY période "Dookie" par exemple.

Bien sûr, sans atteindre le niveau de qualité de chacun des groupes cités ci-dessus pour situer la musique de SQUARES, cette compilation de morceaux de quasiment quarante ans d'âge est extrêmement agréable par sa diversité, la fougue de son interprétation et la capacité d'accroche de la plupart des titres. Surtout des plus poppy parce que ceux plus typés AOR font partie des moins intéressants. SQUARES maîtrisait suffisamment bien son sujet principal – l'acoquinement d'influences Rockabilly, Surf et Power Pop sur des grattes un poil plus Hard – pour faire passer un très bon moment à ceux qui sont clients de ces genres-là. D'ailleurs, c'est sur l'excellent "Tonight", enjoué et candide comme pas deux, que ce melting-pot d'inspirations fait le plus mouche.

Alors évidemment, ceux qui attendaient de ce disque l'occasion d'entendre leur guitar hero favori balancer du solo ébouriffant de technique sur de véritables chansons et non sur des instrumentaux en seront pour leurs frais… Car Joe Satriani, dont l'on identifie les capacités guitaristiques de-ci de-là, ne nous gratifie de soli prenants qu'à quelques reprises seulement. Sur "Never Let It Get You Down" par exemple, où la gratte du bonhomme se fait langoureuse. Sur "So Used Up". Sur "Follow That Heart". Et surtout sur la superbe reprise du "I Love How You Love Me" de The PARIS SISTERS, repris dès 1968 par le chanteur de variété américain Bobby Vinton ! C'est sur ce titre, certainement l'une des meilleures reprises Metal qui soient d'un tube d'amour Pop, que Satch se lâche enfin et fait étalage de son savoir-faire guitaristique, celui qui le fera connaître du grand public dès qu'il aura remisé les démos de SQUARES au placard.

Des démos que Satriani a bien fait de dépoussiérer quarante ans après la formation du trio qu'il formait avec Jeff Campitelli et Andy Milton, parce qu'elles ouvrent une nouvelle perspective sur la carrière du bonhomme, qui n'a finalement jamais été un simple homme de guitare, ni un simple soliste, d'ailleurs. SQUARES est la démonstration, au même titre que CHICKENFOOT, que Satch sait se fondre dans un collectif et se mettre au service de la musique en premier lieu, de la technique en second. Ce dont l'on pouvait déjà un peu se rendre compte au regard de sa carrière en solo, mais qui se confirme à l'écoute de la musique de son premier groupe. Écoutez donc cette compil' de SQUARES, vous passerez un bon petit moment.

A lire aussi en POP ROCK / METAL :


Mark LANEGAN
Bubblegum (2004)
Mark arrive en ville




RED HOT CHILI PEPPERS
Stadium Arcadium (2006)
Les Red Hot ont rebranché les guitares !


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- Andy Milton (chant, basse)
- Joe Satriani (guitares, chœurs)
- Jeff Campitelli (batterie, chœurs)


1. Give It Up
2. Everybody's Girl
3. B-side Girl
4. I Need A Lot Of Love
5. Can't Take It Anymore
6. So Used Up
7. You Can Light The Way
8. Tonight
9. Never Let It Get You Down
10. Follow That Heart
11. I Love How You Love Me (cover The Paris Sisters)



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod