Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PHILO  |  STUDIO

Commentaires (9)
Questions / Réponses (1 / 4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

1993 Undertow
1996 1 Aenima
2001 1 Lateralus
2006 10 000 Days
2019 Fear Inoculum
 

2019 Fear Inoculum
 

 Myspace Offciel (511)

TOOL - Fear Inoculum (2019)
Par JAZ le 25 Septembre 2019          Consultée 2848 fois

Treize années. Il aura fallu Treize années pour que ce groupe refasse parler de lui et revienne dans les tendances actuelles, pire que METALLICA. On ne s’y attendait plus ! Et étonnamment, on a l’impression qu’il n’a jamais disparu, qu’il nous avait laissé sur quelque chose d’inachevé. Alors certes, le groupe a mûri et il serait idiot de ne pas prendre en compte cette variable lors de cette analyse musicale.

Arrêtons-nous quelques instants sur la version physique de l’album, elle a beau avoir trois pistes instrumentales de moins que la version numérique, elle demeure magnifique en terme de packaging. C’est-à-dire qu’elle a, tout d’abord, un écran HD de quatre pouces agrémenté de deux enceintes de quatre watts (oui dans un album) diffusant des sonorités assez semblables avec les pistes supplémentaires présentes dans la version numérique, un chargeur intégré, un livret de trente-six pages très détaillé ainsi qu’une carte de téléchargement pour l’album. Si ça c’est pô beau ? Il vous faudra sortir quatre-vingt euros mais vous en aurez pour votre argent, bon après vu l’heure où paraît cette chronique, l’album est en rupture de stock, et il sera d’autant plus cher lorsque sortira la deuxième édition.

Maintenant revenons sur le groupe en lui-même et la philosophie qu’il proclame et défend depuis ses débuts, la "lacrymologie", d’ailleurs le groupe se veut être un outil pour amener à la compréhension de ce mode de pensée. Ce courant repose sur le postulat que l’Homme doit comprendre sa douleur innée pour avancer dans sa vie, et tout cela proviendrait d’un ouvrage de Ronald P. Vincent qui est en réalité un auteur fictif imaginé de toutes pièces par le guitariste Adam Jones : génie de la com, réalisateur de clips, de quelques films et aussi illustrateur officiel du groupe, il a notamment conçu les packagings pour plusieurs albums avec par exemple les lunettes 3D pour l’album "10.000 Days" et l’écran HD pour celui qui vient de sortir.

Posons-nous quelques instants pour décortiquer les différents morceaux de l’album : sept pistes dont six dépassent les dix minutes. Les paroles de Maynard ne sont pas trop présentes mais demeurent pleines de sens et font référence à la vieillesse et à la condition d’accepter ce qui nous arrive, c’est que les admirateurs du groupe doivent faire en premier lieu pour (com)prendre ce disque comme il est. Prenons le morceau d’ouverture, l’intro est juste exceptionnelle, je n’arrête pas de l’écouter (le combo cithare/tam-tam !) ! Il dure dix minutes et vingt-deux secondes, et dès que nous arrivons à la moitié (donc cinq minutes et onze secondes), le mot "mitosis" est employé. Et une mitose, en biologie, ça revient à une duplication d’une cellule identique, si ça ce n’est pas recherché. Et c’est là où les personnes peuvent tiquer et qualifier le groupe d’"intello", à force de vouloir en faire trop il dessert sa cause en quelque sorte. Et nous reviendrons sur ce point à la fin de la chronique.

Pour le moment revenons à la maturité acquise du groupe, Maynard ne hurle plus comme avant mais son chant a considérablement gagné en profondeur, et les compositions proposées ne sont plus aussi vives qu’auparavant (juste dans "7empest", "Invincible" et encore), mais c’est là tout le principe de l’album, prendre son temps et nous offrir une musique riche en s’éloignant énormément des standards Metal.

Comme je l’ai dit au départ, l’intro et l’outro nous laissent sur une merveilleuse impression. Et la pièce la plus intéressante est la dernière dans la version physique : "7empest" qui aurait mis treize ans à être composée par Adam Jones… Bon là je vous avoue que j’ai un peu de mal à y croire, le morceau à beau être très réussi, ce n’est pas ce qu’il y a de plus complexe non plus, pour comparer avec d’autres groupes on peut prendre "Anesthetize" de PORCUPINE TREE ou "Empire Of The Clouds" d’IRON MAIDEN, ce sont de longues pièces bien travaillées avec énormément de détails qui fourmillent et qui nécessitent beaucoup d’écoutes supplémentaires pour tous les déceler, et ils ont mis moins de treize ans pour les faire. Alors ne vous moquez pas trop de nous ok, on est patient mais pas de là à tout autoriser non plus !

Deux autres morceaux très recherchés sont  :"Invincible" que je trouve très intéressant de A à Z, avec une seconde partie où on peut bien headbanguer, le temps de comprendre le rythme par contre ; néanmoins ça aurait pu envoyer un tout petit peu plus comme pour "The Grudge" ou "Lateralus". Et on a "Pneuma" qui est beaucoup plus atmosphérique et très intéressante en terme de structure. Pour ce qui est de "Descending" la piste m’a beaucoup moins marqué car très, voire trop lente, c’est peut être le but recherché mais je n’ai été trop réceptif. Enfin on a "Culling Voices" qui propose quelques innovations, qui est très entraînant et bien hypnotique comme il faut, bon je manque un peu d’arguments là mais vous avez saisi.

Pour compléter le tout et un peu comme sur "Aenima", nous avons droit à plusieurs interludes sur la version numérique qui prolongent l’expérience mais qui sont assez vaines finalement : "Legion Inoculant" ; "Litanie Contre La Peur"…

En conclusion, on a droit à un album complexe, hypnotique, mystique mais aussi long, très progressif et difficile d’accès. Bref, aujourd’hui TOOL a détrôné Taylor SWIFT en ventes d’albums sur une semaine et sur les plateformes de téléchargement, le jour où j’ai appris ça, ma journée s’est ensoleillée, et pourtant il flottait pas mal dans ma ville ce jour-là. La musique progressive n’est pas morte, loin de là. Et de là découle une question majeure : TOOL est-il devenu ce qu’il refusait d’être ? À savoir un "troll", un groupe commercial, à la mode qui se refusait jusqu’alors à diffuser sa musique au grand public ? Qu’est-ce que vous en pensez ? Désormais vous avez les clés, maintenant TOOL est entre vos mains. 4/5 !

A lire aussi en METAL PROG par JAZ :


PORCUPINE TREE
Deadwing (2005)
Trop près du Soleil !




PORCUPINE TREE
In Absentia (2002)
Aussi enivrant qu'une bonne absinthe !


Marquez et partagez




 
   JAZ

 
  N/A



- Maynard James Keenan (chant)
- Adam Jones (guitare)
- Justin Chancellor (basse)
- Danny Carey (batterie, synthé)


1. Fear Inoculum
2. Pneuma
3. Litanie Contre La Peur (version Numérique)
4. Invincible
5. Legion Inoculant (version Numérique)
6. Descending
7. Culling Voices
8. Chocolate Chip Trip
9. 7empest
10. Mockingbeat (version Numérique)



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod