Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Bandcamp (22)

WARRIOR PATH - Warrior Path (2019)
Par JEFF KANJI le 12 Août 2019          Consultée 1498 fois

J'essaie de m'imaginer à la place d'Andreas Sinanoglou, qui a composé ce premier album de WARRIOR PATH en marge de son travail de consultant, sans doute animé par la ferme conviction de tenir quelque chose avec ses compositions. Il avait le batteur sous la main pour l'enregistrer mais comment allait-il faire pour mener son projet à bout ? La scène grecque est franchement passionnante, et c'est son compatriote Bob Katsionis qui va voler à sa rescousse et apporter avec lui toute son expérience. Restait à trouver le chanteur idéal… Sur ces compos Heavy traditionnel, style qui a acquis sa spécificité depuis l'essor du Power Metal, on ne peut pas se planter. Il faut des couilles, de l'expressivité mais aussi un caractère. Et tout cela WARRIOR PATH l'a trouvé chez Yannis Papadopoulos.

Le chanteur de BEAST IN BLACK est ici tellement à sa place qu'on aurait envie de lui demander de laisser tomber le Power Disney d'Anton Kabanen (quoique, à ce stade de mes écoutes, on devrait éviter la catastrophe de "Berserker"). WARRIOR PATH débarque de nulle part, avec des musiciens aguerris certes, mais ce projet athénien n'existait pas avant la sortie début mars de cet album éponyme. Mais je serais en revanche très surpris qu'il reste un one-shot. Car ce disque est tout simplement jouissif.

Fabuleux, oserai-je dire, si ce ne sont quelques écueils que je vais évacuer d'emblée. On peut être assez surpris par cette approche des vocaux sur les premiers titres, qui voit Yannis singer (assez efficacement il faut reconnaître) un certain Bruce Dickinson époque "The Number Of The Beast". Pas si déroutant que cela en vérité, le Heavy traditionnel tétant abondamment aux mamelles de la NWOBHM et en particulier de la Vierge de Fer, son plus éminent représentant. Et c'est presque dommage d'avoir un peu forcé le trait à ce niveau-là, car les compos n'en avaient absolument pas besoin pour briller, ce qui a tôt fait de voir des liens assez évidents entre "Riders Of The Dragons" et un certain "Rime Of The Ancient Mariner"... D'un autre côté, et pour une des rares fois, on préfèrera ne pas avoir le bonus japonais en fin de parcours, "Valhalla I'm Coming" ne pouvant conclure de meilleure manière ce disque traversé d'un souffle épique comme seules des formations de ce genre comme GRAND MAGUS peut les accomplir. Un JB qu'on aurait bien vu en guest d'ailleurs pour assurer les graves de "Black Night", même si Yannis Papadopoulos est une nouvelle fois surprenant. Et il l'est tout le long du disque, comme quand il révèle une rocaille que je ne soupçonnais pas forcément, et une voix finalement chouette dans les médiums-aigus, même s'il n'oublie pas de balancer quelques pralines bien senties ("Black Night" encore une fois).

Il est incontestablement le grand gagnant de ce disque avec son compositeur Andreas Sinanoglou, qui a eu le don d'écrire des motifs et des riffs au charme immédiat. Le meilleur exemple tient dans la pièce-titre "The Path Of The Warrior" qui ne doit surtout pas vous effrayer avec ses dix minutes. Car cette mélopée demande à ne jamais finir en réalité, le mariage des sonorités acoustiques et électriques fonctionnant du tonnerre (de Zeus)… Et d'ailleurs le morceau est le seul à finir en fade-out, le volume s'éloignant progressivement pour enfin passer à autre chose. L'album débute étrangement comme expliqué plus haut, et j'ai tendance à considérer qu'il ne démarre réellement que sur "The Hunter" où les qualités du compositeur vont commencer à se révéler. Et passé "Sinnersworld" où l'on retrouve Yannis dans un registre plus proche de BEAST IN BLACK, avec ces riffs façon PRIEST meets MAIDEN, l'album prend lentement mais sûrement son ascension, le trio central "Black Night" / "The Path Of The Warrior" / et le speedé "Fight For Your Life" achevant de mettre "Warrior Path" sur orbite.

On pourrait trouver curieux le choix de deux titres plus acoustiques en fin de parcours et pourtant… Avec étrangement des côtés mélancoliques presque finlandais, "Dying Bird Of Prey" et surtout, SURTOUT "Valhalla I'm Coming", ce disque se termine en beauté avec un violon magique de Hristos-Valentinos Petevis et une interprétation une nouvelle fois éclatante de nos artistes. Excellente surprise du premier trimestre, WARRIOR PATH n'a peut-être pas inventé la poudre, mais il sait sacrément bien comment la faire parler, tout en ne se laissant pas dompter si facilement. Mais il vous le rendra, au centuple.

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


SABATON
Heroes On Tour (2016)
To Wacken and back




ASTRAL DOORS
Evil Is Forever (2005)
Trinquons à la margarita


Marquez et partagez






 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Andreas Sinanoglou (guitare)
- Dave Rundle (batterie)
- -
- Hristos-valentinos Petevis (violon)
- Bob Katsionis (guitare, basse, claviers)
- Yannis Papadopoulos (chant)


1. Riders Of The Dragons
2. The Hunter
3. A Sinnersworld
4. Stormbringers
5. Black Night
6. The Path Of The Warrior
7. Fight For Your Life
8. Mighty Pirates
9. Dying Bird Of Prey
10. Valhalla I'm Coming



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod