Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH MELODIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : At The Gates, Dark Tranquillity, Dissection, Excretion, In Flames
- Membre : Frozen Night

SDREAMEXPLORERS - Erasing The Enigma (2017)
Par ANIMA le 20 Août 2019          Consultée 1366 fois

Pour vous qui venez de cliquer sur cette chronique et qui avez, j’en suis sûr, moult questions, laissez-moi vous donner quelques réponses. Alors oui, comme vous pouvez le voir avec la cover de l’album chroniqué, son imagerie, ainsi qu’une partie de ses lyrics, se basent sur My Little Pony. Et non ce n’est pas une blague, c’est un visuel totalement assumé par Soul String, l’homme (ou le poney si on va à fond dans le délire) derrière le projet SDREAMEXPLORERS. Et pour les plus curieux, oui, il existe une communauté de fans de ce cartoon pour enfant, et elle est suffisamment au taquet pour avoir sa propre scène musicale qui est d'ailleurs plutôt bien fournie (avec dedans des projets Metal, allez checker des trucs comme SCREAMS FROM EQUESTRIA, PONYSPHERE, EQUESTRIAN LORDS, THE L-TRAIN ou encore METAL CORE PONY si vous êtes curieux). Voilà, maintenant que ça, c’est posé, passons à la chronique en elle-même.

"Erasing The Enigma" se pose donc comme un album de Mélodeath rendant hommage à la scène suédoise des années 90. Posez toutes les réfs de l’époque IN FLAMES, AT THE GATES, DARK TRANQUILLITY (dans une interview Soul String cite aussi des trucs un peu moins connus comme A CANOROUS QUINTET, EXCRETION ou encore GATES OF ISHTAR) et vous avez déjà une très bonne idée de ce que vous allez entendre avec cet album. Et sur ce point, l’album tient plutôt bien sa promesse sans tomber dans du pâle copier/coller. Si vous aimez ce style de Metal, vous serez très rapidement en terrain familier.

L’album passe tout seul, aucun moment n’est véritablement en-dessous de l’autre et chaque instant semble exister pour faire partie d’un tout, ce qui est assez impressionnant pour un album qui dépasse l’heure. À tout instant, j’ai le sentiment que la musique fait tout son possible pour chercher la meilleure mélodie possible qu’elle soit vocale, à la guitare ou même avec la basse. J’ai personnellement un faible pour le refrain de "Song Of The Fire", les introductions de "Enigma" et "Ghost" ainsi que les riffs de "The First Alicorn", "D.O.E.S." et "Tower Of Endlessness". Il en va de même pour les solos de guitares qui sont eux aussi dans l’envie d’apporter un maximum de mélodie.

Vous l’aurez compris, cet album est extrêmement accrocheur et plutôt facile d’accès. N’allez cependant pas croire qu’il n’a que de belles mélodies à proposer. L’album se montre assez varié et est plutôt riche. On retrouve cette variété dans le chant, principalement criard et plus proche du Black que du Death (et qui fut pendant un certain temps un frein à mon appréciation de l’album) qui se permet très souvent de faire des growls ou bien de partir dans quelques chants clairs voir des spoken words, on a même droit à du chant féminin de toute beauté sur "Selena". Et de manière plus générale, on a des morceaux qui vont se démarquer un peu de la formule de base de l’album comme "The Weaver Of Time" qui lorgne énormément vers le Black Mélodique et qui se montre furieux du début à la fin, je peux aussi citer "Selena" qui montre une certaine douceur, "Tower Of Endlessness" quant à lui a un très fort goût de DISSECTION période "Reinkaos" (ce n’est pas négatif, j’aime bien cet album), "Curse Of Atlantis Pegasus" est une instru qui montre quelques sonorités typés Technical Death et le morceau bonus "Heaven & Hell" (qui est une reprise d’un morceau de Pop des années 80) est très fun avec un refrain presque dansant.

Enfin voilà, je pense énormément de bien de cet album et je le recommande vraiment à tous ceux suffisamment curieux pour s’y intéresser. Néanmoins, je sens que mon enthousiasme pour celui-ci est d’une certaine manière liée à son imagerie et ses thématiques. Alors même s'il ne faut pas non plus se farcir plusieurs saisons d’un cartoon pour enfant afin de comprendre cet album, il y a un je ne sais quoi pour moi qui se dégage de la musique et qui me renvoie automatiquement à ces fameux équidés multicolores et qui apporte une charge émotionnelle supplémentaire, je pense par exemple au morceau "Ghost" qui se montre suffisamment explicite dans ses paroles pour être compris par tout le monde, mais le fait de comprendre à quel personnage fait référence le morceau ajoute un truc en plus selon moi.

Au final, j’appréhende un peu les retours sur cette chronique, d’un côté on a un album de Mélodeath vraiment réussi et très plaisant à écouter mais toute l’imagerie qui l’entoure, tout ce délire à base de petits poneys tout mignons me fait imaginer que ça n’apporterait pas grand-chose sinon des haussements de sourcils empreint de scepticisme ou des commentaires bien bas du front sur le fait que c'est trop pas Metal. On verra bien.

A lire aussi en DEATH MELODIQUE par ANIMA :


BLOOD STAIN CHILD
Idolator (2005)
Goûtez aux nouveaux marshmallow IN FLAMES™




BLOOD STAIN CHILD
Amateras (2019)
C'est bon de vous revoir en forme !


Marquez et partagez




 
   ANIMA

 
  N/A



- Soul Strings (tout)
- Daria Intoxicated (chant et guitare sur la piste 2)
- Velvet R. Wings (chant sur la piste 12)
- Romanovsky Dmitry (guitare sur la piste 13)


1. Counting Steps
2. 12th Floor
3. D.o.e.s.
4. The First Alicorn
5. Enigma
6. The Darkness
7. Cheerful (the Fifth Wall)
8. Song Of The Fire
9. Ghosts
10. The Weaver Of Time
11. Tower Of Endlessness
12. Selena
13. Curse Of Atlantis Pegasus
14. Erased
15. Heaven & Hell (c.c.catch Cover)



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod