Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel (75)

Nozomu Wakai's DESTINIA - Requiem For A Scream (2014)
Par JEFF KANJI le 30 Juin 2019          Consultée 788 fois

Après Syu, Akio Shimizu, Akira Takahashi, hide ou encore Norifumi Shima, qui sera le prochain guitar-hero japonais à mener sa formation aux sommets ? Le jeune Nozomu Wakai s'est dit que ça pourrait très bien être lui et il a pour cela peaufiné son art patiemment et su s'entourer de fines gâchettes pour l'accompagner. Avoir à ses côtés Yukhi, l'organiste fou de GALNERYUS était déjà prestigieux, mais Nozomu est guitariste et il n'est pas question qu'il chante sur sa musique. Tel un Malmsteen des temps modernes il engage donc quelqu'un pour s'occuper du poste. Et là il a carrément opté pour trois chanteurs prestigieux !

On ne présente plus Rob Rock que l'on peut de nouveau écouter au sein d'IMPELLITTERI depuis son retour au bercail en 2008 et qui délivre sur ses titres des performances racées, entre agressivité maîtrisée et sens mélodique inné. Masatoshi Ono vient donner un coup de main lui aussi à son pote de GALNERYUS et sa prestation sera peut-être la plus surprenante, éloignée du néo-classicisme qu'on est habitué à l'entendre pratiquer avec sa formation principale, optant pour un chant un peu plus rauque. Et puis il y a cette légende du Metal japonais qu'est Yukio Morikawa ! Pensez : le chanteur d'ANTHEM en personne, à la carrière de plus de trois décennies, qui l'année même de la sortie de "Requiem For A Scream" réintègre la formation qui l'a fait connaître après le second départ d'Eizo Sakamoto. Et d'ailleurs Nozomu n'a pas pu s'empêcher d'enregistrer une deuxième version de sa pièce-titre avec Yukio.

Œuvrant dans le giron Heavy Metal, DESTINIA, comme beaucoup de formations du style issues du Pays du Soleil Levant, a un goût immodéré pour la vitesse qui mène très vite Nozomu Wakai sur les terres du Power Metal. Et là il faut avoir une sacrée personnalité pour se démarquer, surtout quand on embarque deux chanteurs aussi populaires au Japon, connus pour chasser sur les mêmes plates-bandes. Et c'est là que le guitariste fait étalage de son arsenal, révélant un jeu certes inspiré par Satriani (sur sa manière de construire certains soli c'est saisissant, notamment sur les plans en tapping assez nombreux), mais aussi Ritchie Blackmore ou encore John Norum, avec des phrasés Blues qu'on ne trouve pas souvent chez ses compatriotes de la même génération, souvent beaucoup plus portés sur le shred néo-classique d'obédience Malmsteen-ienne. Et de fait ses compos sont riffues mais très mélodiques néanmoins, puissamment produites (en cela on est déjà largement au niveau qu'aura le deuxième album avec Ronnie Romero).

Si l'aspect Power est particulièrement présent, bien aidé il est vrai par les vocaux de Rob Rock qui dispose d'un terrain de jeu sur mesure, on ne peut pas être fondamentalement surpris par l'orientation que prendra la musique écrite par Nozomu Wakai, car sorti des plans flashy, il y a derrière cette tambouille une écriture Hard qui aurait davantage à voir avec un RAINBOW sous amphétamines qu'un HELLOWEEN ou un MALMSTEEN.

La principale force de "Requiem For A Scream" est aussi sa faiblesse majeure dans le sens où l'énergie déployée ne parvient pas à nous tenir complètement en haleine même si la qualité reste au rendez-vous sur chaque morceau. Le trop-plein de vitesse et de notes fait saturer mes capacités d'assimilation, et ce même avec plusieurs écoutes, car la musique de DESTINIA est délivrée avec tellement de déférence et de prolixité que l'on peine (c'est un problème récurrent des formations japonaises pour nous autres) à percevoir les émotions qui nous feraient lever le poing en l'air ou croire aux textes de Masatoshi Ono ou Yukio Morikawa (qui n'a par ailleurs rien perdu de ses capacités, avec toujours ce registre à la Graham Bonnet qui a fait sa réputation). L'album manque de respirations, poussant les rapports à peine les morceaux entamés. Cette politique "All Killer, no filler" a du bon car l'album est délesté des ballades, des pièces à rallonge inutiles et autres introductions daubées, mais il en devient trop dense.

A lire aussi en POWER METAL par JEFF KANJI :


JUDICATOR
Sleepy Plessow (2013)
Sans souci




MANIGANCE
Récidive (2011)
MANIGANCE nous a (trop) gâtés


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Nozomu Wakai (guitare)
- Yuhki (claviers)
- Satoshi Miyawaki (batterie)
- -
- Rob Rock (chant sur 1,4,8)
- Yukio Morikawa (chant sur 2,5,9,11)
- Masatoshi Ono (chant sur 3,7,10)


1. Requiem For A Scream
2. Sweet Vengeance
3. End My Sorrow
4. Ready For Rock
5. Still Burning
6. Dearest Pain
7. Believing
8. The Trigger
9. Despair Caprice
10. Fight To Win
11. Requiem For A Scream



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod