Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM METAL  |  E.P

Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Style : The Gathering , Black Mirrors
- Membre : The Devil's Blood
 

 Site Officiel (116)

DOOL - Love Like Blood (2019)
Par DARK BEAGLE le 3 Juin 2019          Consultée 1058 fois

Après s’être présenté avec un premier album magnifique, "Here Now Here Then", DOOL s’apprête à effectuer son retour. Mais histoire de faire patienter les fans encore un peu, les Bataves proposent un court EP, "Love Like Blood", à la pochette qui risque de faire jaser, avec ce qui pourrait être un clin d’œil à l'affiche de "American Beauty". Une pochette un petit peu dérangeante, mais qui est intrigante et qui marque les esprits pour un EP. Elle en aurait jeté pour un véritable opus, provoquant certainement une polémique. De nos jours, tout peut provoquer une polémique, mais rarement les choses essentielles.

Ici, DOOL avancent trois morceaux : une reprise et deux titres captés au Rock Hard Festival 2018 de Gelsenkirchen, en Allemagne. Ces derniers passent très bien l’épreuve de la scène, ils ont du corps et ne perdent en rien leurs qualités mélodiques. "She Goat" est monstrueuse d’efficacité, tandis que "In Her Darkest Hour" se révèle totalement. En revanche, on peut reprocher aux prises live de ne pas laisser sa chance au public que l’on entend à peine au final. Il semble distant et le son manque parfois de rondeur. Le résultat n’est pas mauvais, mais c’est comme s’il manquait quelque peu de sincérité, ce qui est dommage, cela amoindri l’impact que pourraient avoir ces morceaux.

Il reste donc la cover. Là, pas de suspens, il s’agit du "Love Like Blood" de KILLING JOKE. Pour ceux qui ne connaissent pas le titre, il s’agit juste de la chanson la plus connue de la bande à Jaz Coleman, figurant sur l’album "Night Time" de 1985. Le groupe s’écartait alors du Post Punk des débuts pour se glisser dans la vague New Wave sans avoir l’air de trop s’incruster et il parvenait encore à faire rugir la guitare. Ici, DOOL va en livrer une relecture assez classique, tout en arrivant à se l’approprier complètement.

Il se dégage une mélancolie de ce morceau parfaitement palpable. Les Hollandais n’ont pas choisi ce morceau par hasard. Ce titre a bercé la jeunesse des musiciens, qui l’interprètent d’ailleurs souvent lors des concerts. Elle est dans leur ADN, dans leur background et ils ne font que lui rendre un vibrant hommage en la gravant en studio. La voix de Ryanne Van Dorst, éraillée, fonctionne à merveille sur cette mélodie douce amère. Elle amène un spleen bienvenu qui accroche tout de suite l’auditeur. Sans parler de la reprise du siècle, DOOL offre une belle vision de ce classique des années 80, respectueuse mais personnelle – elle se fondrait sans problème sur le premier album – et tout en finesse.

Seulement, l’appétit vient en mangeant et là, on devrait être rassasié alors qu’on en voudrait justement plus. Cet EP est d’une frustration ! Se contenter de seize minutes est presque un supplice de Tantale. On en voudrait plus, encore, toujours plus. Le jeune groupe sait très rapidement comment se rendre intéressant et, par ce biais, complètement indispensable. Aussi, il me tarde d’entendre ce que va donner le successeur de "Here Now Here Then", en espérant qu’il procurera des sensations similaires sans être tout à fait les mêmes. Mais une chose est certaine : ces Hollandais ont du talent.

A lire aussi en DOOM METAL par DARK BEAGLE :


SPIRAL SKIES
Blues For A Dying Planet (2018)
Petit théâtre de l'étrange

(+ 2 kros-express)



ORCHID
Capricorn (2011)
Sabbath bloody sabbath !


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Ryanne Van Dorst (chant, guitare)
- Nick Polak (guitare)
- Reinier Vermeulen (guitare)
- Job Van De Zande (basse)
- Micha Haring (batterie)


1. Love Like Blood
2. She Goat
3. In Her Darkest Hour



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod