Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL ATMOSPHERIQUE  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel (33)

VOLA - Applause Of A Distant Crowd (2018)
Par JEFF KANJI le 21 Mars 2019          Consultée 1743 fois

Il est plutôt intéressant de constater le clivage représenté par les réseaux sociaux. On conviendra que la manière de les utiliser a une importance capitale sur ce qu'on va en tirer, tant au niveau des relations humaines que de son enrichissement personnel. Il se trouve que j'avais gentiment reçu le promo de cette femme photographiée sous l'eau en plein effort sans vraiment y porter beaucoup d'attention, les sorties intéressantes restant nombreuses malgré tout, et puis un jour où je n'avais aucune idée de quoi écouter, j'ai glissé le CD dans le lecteur. Et là bonne surprise dites donc ! Je ne sais pas d'où débarque ce groupe, mais il est toujours agréable de se faire cueillir de la sorte par du neuf. Et j'ai pu compter sur le soutien affiché de Brett Caldas-Lima, le magicien du Tower Studio, qui lui non plus ne s'y est pas trompé (attendez que je vous parle de 22, l'autre révélation 2018 découverte par le biais du créateur de "Cybion").

Douze ans après sa création, VOLA parvient à se glisser dans les oreilles des curieux, des amateurs de Prog moderne, des fans de TANGERINE DREAM ou de Rock Progressif. Il faut dire que la mixture du quartette danois n'est pas commune : mélangeant les meilleurs aspects d'un Ambiant riche en atmosphères spatiales (parfois limite futuristes) empruntant la plus grande partie de son langage à la musique électronique, tout en se montrant particulièrement doué pour garder l'auditeur connecté à son art, il l'agrémente de riffs profonds servis aux guitares sept-cordes pour parvenir à parfaitement équilibrer sa fusion des genres.

Le public Metal est-il prêt ? Sans doute davantage qu'à une certaine époque, mais on comprendra pourquoi la lyric-video (concept à la mode sans grand intérêt hélas, je suis nostalgique des AMV de mes vingt ans) a été consacrée à "Whaler" qui porte son nom admirablement, son riff de mammouth formant l'ossature de l'un des morceaux les plus foncièrement Metal de l'opus, lorgnant du côté d'un OCEAN MACHINE avec hardiesse. D'autres titres peuvent compter sur leur riff pour emporter l'adhésion, notamment l'ouverture "We Are Thin Air" et ses ruptures rythmiques qui raviront les fans d'HAKEN et consorts.

Ce sont toutefois les claviers de Martin Werner qui volent la vedette, chacun des dix titres de "Applause Of A Distant Crowd" disposant d'un gimmick instantanément identifiable, d'une ritournelle qui vous rentre dans le crâne en moins de deux, même si à titre personnel il m'a fallu m'habituer à ces sons dont je ne suis pas client de base, et qui par certains aspects me rappellent lointainement le travail sur les boucles d'un KΔVINϟKY, et un morceau comme "Ruby Pool" vous téléportera assez rapidement en plein cœur de "Drive", scrutant un sentiment dans le regard impassible de Ryan Gosling.

Pris dans son ensemble, "Applause Of A Distant Crowd" ne semble pas casser des briques, mais plus on l'écoute, plus on l'apprivoise, et son cocktail de mélodies éthérées, de riffs modernes sous-accordés, et de motifs de clavier, finit par se montrer irrésistible en plus d'être assez original à mes oreilles. Et on se rend alors compte que chaque titre possède à la fois une mélodie porteuse ou un riff qui revient instantanément. Un mot aussi sur le chant d'Asgeir Mygind, bien calé dans les hauts médiums, sensible mais en retenue, utilisé comme un instrument d'égale importance, ne dominant jamais les débats, comme souvent dans ce genre de Metal Atmosphérique.

L'importance accordée par VOLA à la connexion physique voire psychologique que peut avoir la musique sur une personne atteint selon moi son zénith sur les accords évanescents, la mélodie suave et le clavier aérien, reprenant le motif de guitare, de "Vertigo", respiration totalement synthétique de quatre minutes en plein cœur de cet "Applause Of A Distant Crowd" qui a désormais tous mes suffrages et que je réécouterai sans hésiter quand je voudrai me poser, sans risquer les sursauts d'un Devin perché, les images se fabriquant d'elles-mêmes avec VOLA, dans un mélange de majesté et de délicatesse où les riffs les plus gras ne troublent jamais la quiétude.

A lire aussi en METAL ATMOSPHERIQUE par JEFF KANJI :


AUTUMN
Stacking Smoke (2019)
Tout sauf un écran de fumée




ASTRONOID
Air (2016)
La suite du "Biomech" d'OCEAN MACHINE


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Asgeir Mygind (chant, guitare)
- Martin Werner (claviers)
- Nicolai Mogensen (basse)
- Adam Janzi (batterie)


1. We Are Thin Air
2. Ghosts
3. Smart Friend
4. Ruby Pool
5. Alien Shivers
6. Vertigo
7. Still
8. Applause Of A Distant Crowd
9. Whaler
10. Green Screen Mother



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod