Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY MÉLODIQUE  |  STUDIO

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Amaranthe, Serenity
 

 Site Officiel (44)
 Facebook (22)

TEMPERANCE - Of Jupiter And Moons (2018)
Par JEFF KANJI le 15 Janvier 2019          Consultée 589 fois

Après déjà trois albums, TEMPERANCE vit son premier changement d'ampleur avec le départ en 2017 de Chiara Tricarico. La remplaçante n'est pas tout à fait une inconnue, car ça fait un moment qu'elle accompagne la troupe en live, elle est d'ailleurs présente sur le Live "Maschere" dans les chœurs. Et voilà un changement à mon avis bénéfique, car Alessia Scolletti éclipse sa prédécesseur avec maestria (écoutez rien que le break de "Broken Promises"). L'autre changement c'est un peu celui que j'espérais également.

Car après un premier album frondeur et catchy, le groupe a été pris en flagrant délit d'AMARANTHE-isation de sa musique sur "Limitless" qui allait jusqu'à copier l'esthétique des Suédois, chant grogné y compris. Et je ne peux pas dire avoir trouvé que "'The Earth Embraces Us All" redressait la barre. Il aura donc fallu quatre albums pour que TEMPERANCE reprenne un peu de hauteur par rapport à ces séduisantes approches modernes et synthétise ce qui lui plaisait assez là-dedans pour l'incorporer au son du groupe sans copier bêtement sur AMARANTHE à qui tout semble réussir, me laissant toujours de marbre.

Le Power Metal de TEMPERANCE s'appuie avant tout sur des mélodies vocales ultra accrocheuses (parfois bien téléphonées aussi il faut le dire), dynamiques, et dont la dualité chant masculin/chant féminin a réussi à devenir un véritable atout, même si j'avoue ne pas beaucoup goûter ce chant plus écorché qu'adopte par touches Michele Guaitoli, même s'il faut lui reconnaître qu'il a une couleur bien personnelle qui le rend instantanément identifiable. Les deux voix se répartissent équitablement le travail, sur fond de Power aux orchestrations de clavier et de cordes volontairement un peu synthétiques sur la forme, mais pas tellement inventives sur le fond.

Pour autant, la mise en son est luxuriante, et le tranchant massif donné par Jacob Hansen ne sacrifie jamais ces éléments mélodiques qui donnent sa couleur si particulière à "Of Jupiter And Moons". Musicalement, c'est chiadé, les guitares n'ont pas peur d'aller remuer la terre, tâtant des graves sous-accordés ("Alive Again") et les claviers sont toujours bavards sans être si envahissants qu'on pourrait le penser ; loin d'un ROYAL HUNT par exemple.

Il n'y a pas beaucoup de titres qui ne retiendront aucune attention, si ce n'est la power-ballade moisie qu'est "Everyhthing That I Am". TEMPERANCE n'est pas SECRET SPHERE loin de là. Et ça me permet d'arriver sur le sujet qui pourra fâcher : les paroles. Oh mon Dieu… Je sais que le Heavy est régulièrement connu pour sa légèreté, en particulier dans le Power, mais là on atteint quand même un sacré niveau de niaiserie. Sous ses atours épiques, TEMPERANCE ne nous sert que des poncifs vus et revis et abordés cent fois (et mieux) par tout un tas de formations. D'un côté je préfère largement les histoires de dragons façon RHAPSODY, ça n'est pas moins ridicule, mais au moins on sait qu'on travaille sur de l'imaginaire.

Toutefois, je ne me vois pas saquer l'album pour ça, car il faudrait être assez bleu dans le style pratiqué pour y accorder une importance au moins égale à la musique. Et la musique, heureusement qu'elle est là : TEMPERANCE n'a plus l'effet de surprise du premier album, mais il sait écrire des hymnes efficaces, qui, il faut le dire, prennent véritablement corps dès qu'Alessia nous fait profiter de ses vocalises habitées et débarrassées de toute tentation lyrique inepte. J'aime ce genre de chanteuse à la Sara Squadrani, pas prétentieuses pour deux sous, mais qui peuvent en remontrer aux meilleures. Si vous avez comme moi envie de réécouter "Of Jupiter And Moons" il y a fort à parier que ce sera grâce à elle et à des refrains comme celui de "Broken Promises", intelligemment choisi comme single promotionnel par les forges à Power épique italiennes de Scarlet Records.

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


PRIMAL FEAR
Primal Fear (1998)
Comme la plume d'acier au vent

(+ 2 kros-express)



STRYPER
To Hell With The Devil (1986)
Le chef d'œuvre coincé entre deux grands albums


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Liuk Abbott (basse)
- Marco Pastorino (guitare, choeurs)
- Alfonso Mocerino (batterie)
- Michele Guaitoli (chant)
- Alessia Scolletti (chant)
- -
- Luca Zanon (hammond sur 7)
- Giovanni Anandi (cordes)
- Caterina Piccolo (choeurs)
- Marco Rosa (choeurs)
- Mattia Martin (choeurs)


1. The Last Hope In A World Of Hopes
2. Broken Promises
3. Of Jupiter And Moons
4. Everything That I Am
5. We Are Free
6. Alive Again
7. The Art Of Believing
8. Way Back Home
9. Empires And Men
10. Daruma's Eyes (pt. 1)



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod