Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD FM / A.O.R   |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : Ratt

Stephen PEARCY - View To A Thrill (2018)
Par MULKONTHEBEACH le 21 Décembre 2018          Consultée 824 fois

À peine plus d’an après son dernier effort en solo, Stephen PEARCY nous revient déjà avec un nouvel album sous le coude, quelle productivité le SEP ! Tout cela a une logique, puisqu’un éventuel, et énième retour de RATT semble plus que compromis. Carlos Cavazo et surtout le virtuose de toujours Warren DeMartini se sont fait la malle il y a quelques mois sans explications. Mais qui est fan du groupe sait que les dissensions ont toujours fait partie de son histoire.

À l'heure d’aujourd’hui, seuls Stephen et Juan Croucier font partie du line-up original, et tournent avec un backing band, insipide et inaudible, qui sonne comme un tribute d’un groupe duquel ils font partie, malaise… D’autant que sur l’une de ces dates, Pearcy s’est illustré (une fois de plus), dans une performance catastrophique, titubant, chantant (?) totalement faux, en restant assis devant le kit de batterie, laissant ainsi le pauvre bassiste et ami finir le set au chant. Nous apprendrons quelques jours plus tard qu’il souffrait d’un genou, en ayant eu la mauvaise idée de mélanger des médicaments avec de l’alcool, cocktail suicidaire garanti !
Le bougre a depuis reconnu son erreur en publiant un message d’excuse aux fans présents ce soir-là. Allez, on pardonne et on passe au vif du sujet, avec ce "View To A Thrill" qui vient juste de sortir.

Dès le bodybuildé "U Only Live Twice", on se rend compte que le son RATT amorcé avec parcimonie sur son précédent opus, est plus qu’assumé ici. Encore une fois, grâce notamment à l’adjonction du très talentueux Erik Ferentinos, guitariste complet et assez fin, qui plus est compositeur également. Mais cela suffit-il à réaliser un bon album ? Surtout sur une période de composition somme toute assez courte. Les premiers titres s’enchaînent plutôt bien malgré une similarité assez flagrante, à l’instar de "One In A Million" et "Secrets To Tell", standardisés, mais dans le bon sens du terme, avec leur structure simple, mais toujours avec un petit pont bien senti pour rebondir de plus belle sur un refrain entêtant. Le premier bon point est qu’on ne s’ennuie pas, et même si tous les titres ne sont pas indispensables, on ne zappe pas, happés par ces riffs incisifs et ces changements de rythmes et autres breaks salvateurs, qui laissent ainsi notre écoute en éveil.

Et puis, on ne change pas une équipe qui gagne, ou presque puisqu’à l’exception de l’excellent Scott Coogan, batteur au pedigree long comme le bras, qui remplace le néanmoins très bon Greg D’Angelo, les musiciens ayant enregistré "Smash" sont là, et en forme !
D’ailleurs, Coogan insuffle un nouveau souffle aux morceaux, avec son jeu nerveux et intuitif, notamment sur ce qui est sans doute le meilleur titre de l’album, "I’m A Ratt", ça ne s’invente pas, là où celui de D’Angelo était plus académique. Diantre, qu’il est bon d’entendre un morceau de cet acabit, speedé à l’adrénaline, qui aurait pu figurer sans honte sur le premier EP de RATT, rageur au possible ! Le solo de Ferentinos est incendiaire, chaque note est jouée avec doigté et cette fin de morceau, ramenée à quelques secondes de subtilité mélodique est merveilleuse. En extension, on retiendra également le plus léger et pop "Not Killin' Me", au déroulé parfait, qui nous démontre, si nous ne le savions pas déjà, que le SEP peut-être formidable quand il s’en donne la peine ! un titre plein de saveur et de mélancolie un peu amère, qui n’aurait lui aussi pas usurpé sa place sur le sous-estimé "Reach For The Sky" du RATT. Du bon boulot Stephen, tu vieillis, et c’est plutôt une bonne chose, toi l’égomaniaque au caractère difficile et ingérable, qui saborde souvent tes plus beaux travaux.

Pas le cinq étoiles de l’année, mais un nouvel album solo de Mr Pearcy qui fait franchement plaisir à entendre, avec parfois des petites étincelles, et même des petits frissons mélodiques, et rien que pour ça, je dis oui, oui, oui !

A lire aussi en HARD FM / A.O.R par MULKONTHEBEACH :


WHITE LION
Pride (1987)
Le Lion Blanc devient plus gourmet avec l'âge




SURVIVOR
Eye Of The Tiger (1982)
Le futur du passé du présent, et merde ! Écoutez!

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   MULKONTHEBEACH

 
  N/A



- Stephen Pearcy (vocals)
- Erik Ferentinos (guitars)
- Matt Thorne (bass)
- Scott Coogan (drums)


1. U Only Live Twice
2. Sky Falling
3. Malibu
4. One In A Million
5. Double Shot
6. Secrets To Tell
7. Not Killin' Me
8. Dangerous Thing
9. I'm A Ratt
10. From The Inside
11. Violator



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod