Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD FM / A.O.R   |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2017 Smash
 

- Style + Membre : Ratt

Stephen PEARCY - Smash (2017)
Par MULKONTHEBEACH le 14 Novembre 2017          Consultée 536 fois

Stephen Pearcy, 61 ans, vieux briscard de la scène Hard US avec RATT dans les 80s, vous le connaissez tous ! Grand fêtard devant l’éternel avec son défunt acolyte Robbin Crosby, junkie notoire, qui a malheureusement mal fini sa vie… Aujourd’hui doté d’un dentier, véridique, le chanteur revient peu à peu à la surface, avec un album de RATT en préparation avec le bassiste originel Juan Croucier, mais aussi avec la sortie de ce nouvel album solo, "Smash", qui dénote un peu de ses précédentes réalisations…

Frontiers, label italien qui a permis à de nombreux groupes issus des 80s d’avoir une seconde carrière dans la seconde moitié des 2000s, a cru en lui. Désormais, après tant d’années de lutte contre ses démons, l’homme est sobre, prend soin de sa jeune adulte de fille, et est toujours aux côtés de sa femme, qui depuis plus de vingt ans, a du certainement supporter ce qu’aucune épouse actuelle ne tolérerait… Pensez-donc, ce « Womanizer » a mis des « cartouches » à tout ce qu’il trouvait devant lui durant trente ans, quand il ne se droguait pas, ou qu’il n’était pas saoul ! Son autobiographie est d’ailleurs édifiante à ce sujet, toujours acoquiné de deux ou trois groupies « backstage » avant de prendre le devant de la scène !
L’âge aidant, l’homme s’est considérablement assagi depuis…

"Smash" est un album recelant des surprises, autant le dire tout de suite. D’abord parce qu’il fait revivre le son RATT au travers de nombreuses chansons, à commencer par "Rain", où le guitariste Erik Ferentinos s’en donne à cœur joie, avec ses riffs tout droit sortis des doigts de Warren et de Robbin, une belle réussite ! Car s’il y a un classicisme évident sur cet album que l’on peut le lui reprocher, "Lollipop" en étant un parfait exemple, comme sur le titre éponyme, les musiciens qui jouent dessus se font réellement plaisir, et cela s’entend ! La frappe de Greg D’Angelo, batteur originel de feu WHITE LION est immédiatement reconnaissable, et le bougre se fait allègrement plaisir, notamment sur l’excellent "Ten Miles Away". C’est bien simple, on croirait les cinq membres originels de RATT à nouveau au travail sur ce titre, avec toutes les qualités et les défauts que cela implique. Des guitares incisives, des mélodies « catchy », mais aussi empreintes d’une certaine linéarité. En ce sens, le chanteur a réussi son pari de raviver la flamme d’une certaine façon, puisque l’époque n’est évidemment plus la même, les 80s sont désormais loin, mais prenons le plaisir là où il est. Le single "Rain" nous confortant dans cette démarche, où l’on imagine le « Sunset Boulevard » des années glorieuses. Un titre imparable qui déploie un break fantastique, ainsi que des harmonies de guitares bien senties.

Alors tout n’est bien évidemment pas réussi, même si les schémas sont là, mais cela ne suffit pas à coller à l’excellence, ça se saurait ! "Want Too Much" est bien exécuté, les couplets sont solides, faisant penser à "You’re In Love", un parfait copier / coller en somme, mais il en va du charisme quand on vient à parler du chanteur de RATT. Car même si les musiciens excellent ici dans l’exercice qui leur est confié, Rien ne sera jamais comme avant, notamment dans un projet solo, aussi bon qu’il soit. "I Can’t Take It" semblant semer le trouble un instant, tellement ce titre est entraînant à souhait, mais Stephen, tu aurais du garder ce titre pour RATT qui prépare son retour discographique, avec ses membres qui donneront toute leur âme et leur personnalité pour en tirer le meilleur !

Ne boudons pas notre plaisir cependant, "Smash" est un album plutôt inspiré globalement, mélangeant modernité et classicisme avec une certaine réussite, qui plus est agrémentée de la participation du producteur historique de RATT, Beau Hill, sur quelques titres, la classe !
Et ce, même si Stephen ne sera jamais une grande voix, son timbre est particulier et immédiatement reconnaissable. Et le plaisir de le retrouver dans une certaine forme ne peut que nous réjouir, d’autant que ses prestations scéniques n’en sont que meilleures, ce qui n’est pas une sinécure le concernant ! Un disque plus que correct qui ne décevra pas les fans.

A lire aussi en HARD FM / A.O.R par MULKONTHEBEACH :


SURVIVOR
Eye Of The Tiger (1982)
Le futur du passé du présent, et merde ! Écoutez!

(+ 1 kro-express)



Kip WINGER
Songs From The Ocean Floor (2000)
Parfois il est bon de prendre de l'âge !


Marquez et partagez




 
   MULKONTHEBEACH

 
  N/A



- Stephen Pearcy (chant)
- Erik Ferentinos (guitare, chœurs)
- Frank Wilsey (guitare)
- Matt Thorne (basse)
- Greg D’angelo (batterie)


1. Know I’m Crazy
2. Ten Miles Wide
3. Shut Down Baby
4. Dead Roses
5. Lollipop
6. Hit Me With A Bullet
7. Rain
8. Want Too Much
9. What Do Ya Think
10. Jamie
11. I Can’t Take It (2017)
12. Passion Infinity
13. Summers End



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod