Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : M.z.
- Style + Membre : Nightmare
 

 Site Officiel (14)

ÖBLIVÏON [OBLIVION] - Resilience (2018)
Par JEFF KANJI le 4 Novembre 2018          Consultée 980 fois

On ne va pas revenir sur la période houleuse qui a vu les frères Amore divorcer du reste de l'effectif de NIGHTMARE, dont Jo était membre depuis les débuts en 1981. Il reste un gros ressentiment de part et d'autre et chaque formation est désormais amenée à ne pas se croiser sur le circuit. NIGHTMARE peut désormais noircir son Heavy tant qu'il le veut maintenant qu'il a trouvé la perle rare en la personne de Magali Luyten, pas encore exploitée à son meilleur à mon humble avis, mais le prochain album saura j'espère transcender le talent dont NIGHTMARE est capable avec sa vocaliste à couilles.

Et Jo Amore, qui cherchait une motivation, un élan, une stimulation pour entretenir sa flamme pour le Heavy Metal, a pu enfin accorder suffisamment de temps à NOW OR NEVER, groupe qu'il avait déjà formé en 2012 en compagnie de deux ex-PRETTY MAIDS (la formation a déjà deux albums à son actif) et surtout former un nouveau projet personnel en compagnie de son frère David qui l'a accompagné dans son sillage après le split d'avec NIGHTMARE. Cette formation, qui a mis plusieurs années à prendre forme, répond au nom d'ÖBLIVÏON et compte bien reprendre la marche en avant des "Insurrection" et autres "Burden Of God". Et L'on y retrouve également un autre ex NIGHTMARE en la personne de Steff Rabilloud, qui avait tenu les claviers de 1999 à 2001, mais aussi Markus Fortunato, l'émérite tête pensante d'un M.Z. mis au repos en 2011, qui avait lui aussi on l'imagine la niaque, et le besoin d'un challenge à la hauteur.

Si ÖBLIVÏON a pris son temps, on ne va pas lui en vouloir car le premier album qu'il nous livre – "Resilience" – est particulièrement réussi ! Alors coupons court tout de suite à de possibles protestations : oui le groupe basé sur Grenoble pratique un Heavy Metal tirant parfois sur le Power (la magistrale "In The Arms Of A Queen") qui ne brille pas par son originalité. Mais c'est le cas de bien d'autres formations du coin… Et du moment que la volonté et l'envie se manifestent avec la même intensité qu'ici, perso j'en redemande. La production est assurée par le partenaire privilégié de Jo, Patrick Liotard, qui a su une nouvelle fois s'acquitter avec brio de la tâche qui lui incombait. Les guitares sont particulièrement puissantes (à la NIGHTMARE, même si elles sont plus aérées chez ÖBLIVÏON), et la batterie de David Amore traitée avec tous les égards dus au jeu précis et plein d'à-propos du bonhomme. La basse reste bien audible, et Markus profite même, sans toutefois exagérer, de quelques espaces pour délivrer quelques licks pas piqués des hannetons ("Facing The Enemies").

"Resilience" est un album qui coule de source, facile d'écoute malgré la diversité des idées posées sur la table par le combo français. Les compositions ne sont pas toujours des tubes ultimes du genre, mais possèdent toujours cet enthousiasme et cette patate que l'on recherche chez les formations amateur et qui tend à se lisser quelque peu avec la professionnalisation. Nous avons ici un groupe de briscards qui s'amusent comme s'ils avaient vingt ans et venaient de composer leur premier album, et Dieu que ça fait plaisir !

L'objectivité n'est pas toujours reine en Metal, et si je devais m'arrêter sur ce manque d'originalité, je ne pourrais pas noter dignement ce disque. Mais les performances d'un Jo Amore fidèle à lui-même (et bien plus inspiré que sur "The Aftermath"), ces guitares puissantes, généreuses et peu avares en riffs cochon, même si j'objecterais qu'un travail plus détaillé pourrait être effectué sur les soli, afin de les rendre aussi mémorables que sur un "Dreamers, Believers"). De même les lignes vocales, qui empruntent toujours autant aux modèles de Jo Amore, avec Dio bien évidemment, Russell Allen ou encore une approche parfois pas éloignée du sens mélodique d'un AVANTASIA, pourraient être encore plus accrocheuses, comme "Race Is On" le montre bien, avec ce jeu de question-réponse plus qu'efficace sur le refrain.

À titre personnel, je trouve le groupe particulièrement redoutable lorsqu'il accélère le tempo, les speederies "In The Arms Of A Queen" et "Evil Spell" se hissant sans coup férir dans le haut du panier. ÖBLIVÏON vient de frapper un grand coup, faisant une arrivée fracassante sur la scène Heavy française qui semble particulièrement bien se porter, nonobstant une fréquentation des concerts pas toujours géniale pour supporter la cause. Bravo à tous ceux qui, comme les organisateurs du Raismes ou du Rising, se mettent en quatre pour nous proposer des affiches valeureuses, où le Heavy reste à l'honneur !

Note réelle : 3,5/5.

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


Jon Oliva's PAIN
'tage Mahal (2004)
Jon Oliva libéré et inspiré, révèle son génie




STRYPER
The Covering (2011)
Anthologie du hard/heavy à la sauce white metal


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Jo Amore (chant)
- Markus Fortunato (basse, chœurs)
- Steff Rabilloud (guitare, chant)
- Florian Lagoutte (guitare)
- David Amore (batterie, machines)


1. Spectral Warrior
2. Honor And Glory
3. In The Arms Of A Queen
4. Bells From Babylon
5. Shine In My Galaxy
6. I Thought I Was A King
7. Evil Spell
8. Punished By The Crowd
9. Facing The Enemies
10. Race Is On
11. Dreamers, Believers



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod