Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Judas Priest, Primal Fear
- Membre : Death Dealer
 

 Site Officiel (183)
 Myspace (128)
 Reverbnation (123)
 Chaîne Youtube (132)

CAGE - Unveiled (1999)
Par FREDOUILLE le 21 Août 2018          Consultée 320 fois

Ce premier album des Américains de CAGE (à ne pas confondre avec l’autre groupe américain du même nom, groupe de Hard Rock celui-là et qui avait sorti son unique album en 1997 – on ne peut pas le rater c’est une tête de cochon sur la pochette avec l’oreille droite tatouée CAGE !), je l’ai acheté dès sa sortie, en cette année 1999. Il faut dire que les magazines de l’époque vantaient pour beaucoup ce nouveau venu sur la scène Metal. Beaucoup de bonnes critiques lues ici et là. Et puis il faut dire que la pochette donnait envie ! Naannnnn ! Je déconne, on évitera justement de passer trop de temps sur cet artwork plutôt mal fichu, moche et un peu bricolé je dois dire. Ce n’est pas vraiment joli-joli, même si l’Alien présent sur cette pochette pourra rappeler un poil les pochettes des Américains d’AGENT STEEL. Cela tombe bien, CAGE évolue à quelque chose près dans le même registre musical que ses compatriotes avec un Power/Heavy Metal burné de chez burné, en moins Thrash ceci dit et tourné bien évidemment vers les années 80. On pourra également et éventuellement penser aux vieux SAVATAGE (le riff d’entrée de "E.B.S.") ou même à JUDAS PRIEST.

CAGE sonne très puissamment pour son premier opus. Fort de grosses guitares rugueuses, pêchues et agressives, la musique de CAGE est assez simple au final mais plutôt efficace à l’image de refrains fédérateurs et ultra-puissants tels que sur ce "I Live" plutôt bien ficelé ou ce "Shoot To Kill" furieux et plutôt efficace et qui ouvre d’ailleurs et brillamment cet opus. On retiendra également le super boulot effectué par la paire Dave Garcia/Eric Horton dont les soli font souvent mouche ("Shoot To Kill", "Modern Darkness" et son intro à la basse, "I Live", "Dancing Around The Fire"). Le tout transcendé par un vocaliste, Sean Peck, à la voix puissante et rageuse tendant souvent vers les aigus comme sur ce "Shoot To Kill" justement. Un chant qui tient la route certes, et qui pourrait être un mix entre le chant de Messiah Marcolin (CANDLEMASS) et celui de Midnight (CRIMSON GLORY), mais qui pourra toutefois rebuter sur le long terme.

Et c’est justement où le bât blesse. CAGE peut sincèrement s’avérer éreintant sur le long terme. Et les quinze titres présentés sur cette première galette (dont deux interludes pas indispensables) n’arrangent évidemment rien. C’est trop d’un point de vue quantitatif considérant le chant de Sean, un brin harassant donc, et au regard des compositions lourdes (parfois au sens propre comme au sens figuré), qui ont même tendance pour certaines à se ressembler et qui manquent singulièrement de relief. Il est bien difficile dans ces conditions d’aller d’une seule traite jusqu’au bout de la galette qui ne fait pourtant que 53 minutes. Et c’est vraiment dommage. Le groupe américain a pourtant beau s’époumoner, à multiplier les variations ("Devil Inside", "Dancing Around The Fire", "Release Me" un brin poussif celui-là, ou encore ce "Unveiled" titre le plus long de l’opus avec ses six minutes), à travailler sur les vocalises de Sean Peck ("E.B.S.", "Influence"), les changements de tempo et accélérations rythmiques parfois efficaces et c’est tout à leur honneur, mais rien n’y fait. CAGE ne parvient finalement pas à s’extirper de son Power/Heavy Metal encore un brin trop conventionnel, beaucoup trop stéréotypé et un tantinet monolithique.

Il n’en reste pas moins que CAGE possède un beau potentiel qui ne demande qu’à exploser. On verra par la suite que le groupe pourra faire bien mieux avec ce qui reste à mes yeux leur meilleur album, le bouillonnant "Darker Than Black" (2003) pour un résultat beaucoup plus digeste et convaincant. Reste donc ce premier effort, "Unveiled", honnête sans plus avec quelques étincelles du type "Shoot To Kill", "Influence", "E.S.B." à se mettre sous la dent. C’est pas l’extase mais c’est toujours mieux que rien.

Note réelle : 2,5/5 arrondi à un généreux et encourageant 3/5.

Morceaux préférés : "Shoot To Kill", "Influence", "E.S.B.", "Modern Darkness"

A lire aussi en POWER METAL par FREDOUILLE :


INMORIA
Invisible Wounds (2009)
Side-project d'un ex-MORGANA LEFAY et ex-TAD MOROSE




MANTICORA
Safe (2010)
Du très bon MANTICORA sans fioriture !


Marquez et partagez




 
   FREDOUILLE

 
  N/A



- Dave Garcia (guitares)
- Damian Arietto (batterie)
- Sean Peck (chant)
- Eric Horton (guitares)
- Mike Giordano (basse)


1. Shoot To Kill
2. Modern Darkness
3. I Live
4. Buried In The Box
5. Devil Inside
6. Dancing Around The Fire
7. Release Me
8. Unveiled
9. The Iron Priest
10. Influence
11. E.b.s.
12. Disaster
13. Sudden Death
14. Asta La Vista



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod