Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK / BLUES METAL  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel (2)

ZEAL AND ARDOR - Stranger Fruit (2018)
Par VOLTHORD le 30 Juillet 2018          Consultée 873 fois

ZEAL & ARDOR avance dans le bon sens.
D’une démo que notre ex-Canard des caniveaux aura jugé parfaite mais qui pour ma part a tinté dans un de mes tympans sans aguicher le second, Manuel Gagneux est sur la voie d’une inspiration toujours plus florissante.
"Devil Is Fine" posait une ambiance : alors que l’artiste proposait de "marquer" au fer rouge son public, le concept avait de quoi marquer les esprits : un Black Metal qui sent les champs de coton et les prisonniers en rébellion, sorte de bande-son énervée du "Django" de Tarantino. Pas assez pour en faire la saveur de l’été et encore moins la trouvaille du siècle, mais avec "Stranger Fruit", ZEAL & ARDOR va dans le sens que je souhaitais : plus de Black, moins d’artifices. Plus de détermination, moins de distractions.

Le projet prend une forme étrange, sorte de Blues Rock moderne croulant sous le soleil de Louisiane, sur lequel s'accordent une distorsion nocturne à la saveur du Post Black américain et des trémolos européens.
"Stranger Fruit" peut s’écouter d’une traite, de ses chants mystiques d’introduction, puis sa guitare dans "Gravediggers" à son générique final vaporeux empruntant autant à DEAFHEAVEN qu’à de la Soul habitée.

On retiendra le dissonant "Servants", le sauvage (et réellement Black Metal) "Don’t You Dare", un "Row Row" entre mysticisme et entrain sur un rythme Funk, l’épique et dramatique "Ship On Fire" (sûrement le plus beau texte et le blast le plus intense). Autre exploit notable mais en demi-teinte, ce "You Ain’t Coming Back" et son brouillard de guitares présente un Manuel Gagneux poussant son chant clair jusqu’à essoufflement, suffisant pour passer au-delà d’une composition à l’armature branlante.

Contrairement aux fillers Electro de "Devil Is Fine", "The Fool" sonne comme une vraie interlude, parsemé de claviers (l’influence de Brian ENO n’est plus un secret pour qui a entendu parler l’hélvéto-américain en interview) brodant une toile toujours aussi délicieusement anachronique, jonction entre l’atemporalité du Black Metal et les problèmes d'hier portés habituellement par le negro spiritual. Ces problématiques regagnent néanmoins un nouvel attrait à l’aune d’une époque qui ferme ses frontières sur la compréhension de l’autre. ZEAL & ARDOR fait foi sans moralisme, sa formule crée un discours à la fois fort et sans prétention.

"Like a strange fruit out of season, you are bound to die alone"
nous dit ce final merveilleusement écrit.

On aurait forcément voulu apprécier "Stranger Fruit" encore davantage. Passé les titres cités, l'album demeure inégal. La brièveté de chaque titre est toujours problématique. Le Black Metal, par la lenteur de ses riffs et de ses ambiances, tend organiquement vers les morceaux-fleuves. Sans forcément parler de pavés de dix minutes, qu’aucune des compositions de "Stranger Fruit" ne dépassent les cinq (un seul dépasse les quatre !) me laisse souvent une impression d’incomplétude. "Fire Of Motion", "Waste" ou "Coagula" en font les frais, comme ils se reposent sur une base Black Metal sans construire de leitmotiv convaincant.
La démarche n’est pas tant "FM" qu’elle semble simplement vouloir trop vite passer à autre chose. Manuel Gagneux, dans ses interviews, semblait dire qu’il composait pour les hyperactifs. C’est, dans une moindre mesure, ce qui lui fait toujours défaut.

Après avoir trouvé l’harmonie entre deux genres aux mouvements contraires, il faut encore pour Manuel Gagneux parvenir à un stade d’écriture qui écartera définitivement l’idée que sa musique reste un gimmick. En quelque sorte, réussir à côtoyer les pontes du genre qui parviennent à renouveler et enrichir leur écriture tout en restant iconiques (ENSLAVED, NOKTURNAL MORTUM, WITTR, MGŁA…).
On reste à se délecter du meilleur de cet opus, et toujours et encore, on suit ce groupe de très près.

A lire aussi en BLACK METAL par VOLTHORD :


PENSÉES NOCTURNES
Vacuum (2009)
Variations sur le thème de la nuit




MGŁA [MGLA]
Exercises In Futility (2015)
Another footnote on a postcard from nowhere

(+ 5 kros-express)

Marquez et partagez




 
   VOLTHORD

 
  N/A



- Manuel Gagneux (tout)


1. Intro
2. Gravedigger's Chant
3. Servants
4. Don't You Dare
5. Fire Of Motion
6. The Hermit
7. Row Row
8. Ship On Fire
9. Waste
10. You Ain't Coming Back
11. The Fool
12. We Can't Be Found
13. Stranger Fruit
14. Solve
15. Coagula
16. Built On Ashes



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod