Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Mob Rules, Scorpions, Victory
 

 Facebook (3)

FARGO - Constellation (2018)
Par GEGERS le 31 Mai 2018          Consultée 515 fois

On nous rebat les oreilles avec ABBA, qui prévoit de signer prochainement son grand retour discographique 35 ans après sa dernière réalisation en studio. 35 ans, c'est long, mais il y a mieux. FARGO. 36 ans d'absence. Et bim, les Suédois peuvent aller se rhabiller. FARGO, je sens poindre chez vous une certaine circonspection à l'évocation de ce nom oublié de la scène Hard Rock allemande. Essentiellement connu pour avoir un temps compté en ses rangs Matthias Jabs, futur et actuel SCORPIONS (près d'un an, en 1976), le groupe de Peter Knorn a accouché de quatre albums somme toute traditionnels, pas vraiment fantaisistes ni remarquables, entre 1979 et 1982, dont le plus représentatif (et recommandable) et "Frontpage Lover", sorti en 1981.

Très certainement lassé par son manque de succès, FARGO jette l'éponge en 1984 et sur ses cendres naît la même année VICTORY, constitué des mêmes musiciens, et qui connaîtra un succès bien plus important, notamment à l'international, le groupe rejoignant le giron des groupes allemands ayant réussi à percer (même modestement) aux États-Unis, à l'image de SCORPIONS, BONFIRE ou ACCEPT. Le groupe devenu moribond en 2011 (seul Herman Frank continue de faire vivre le nom), le bassiste Peter Knorn, sa tête pensante, décide de remettre sur pied FARGO, après avoir publié son autobiographie en 2016, dans laquelle il tente de répondre à la question suivante : comment FARGO pourrait-il bien sonner aujourd'hui ?

Pour étayer sa réponse, le musicien s'est entouré d'un autre membre d'origine, le chanteur et guitariste Peter Ladwig, tandis que batteur Frank Tolle, qui faisait lui-aussi partie de la première incarnation du groupe, officie en invité sur deux titres. Pour compléter le line-up, Knorn a fait appel au guitariste Arndt Schulz (HARLIS, JANE) ainsi qu'au batteur Nikolas Fritz (MOB RULES). Le résultat, à la frontière entre Hard Rock et Rock, nous donne l'impression que FARGO aurait pu rester en sommeil sans que la face du monde en soit changée. "Constellation" est un album relax, de vieux rockers qui n'ont plus rien à prouver, mais qui, c'est là le problème, ne parvient pas à prouver grand-chose.

L'album est doté, c'est une évidence puisque Helge Engelke (FAIR WARNING, DREAMTIDE) est aux manettes, d'une production particulièrement claire et percutante. C'est un album de groupe véritablement, et certains chœurs plutôt bien placés ("Cross To Bear") ne parviennent pas à entamer cette dynamique. Le Rock ici proposé est tranquille, en aucun cas démonstratif, et teinté d'influences Blues qui prennent souvent le pas sur le Hard Rock, certains titres pouvant évoquer ZZ TOP. "Buzz Buzz", par exemple, fait son petit effet grâce à une guitare slide résolument virtuose, si l'on parvient à mettre de côté les paroles indigentes, narrant une après-midi au soleil gâchée par un moustique. Allez, ne parlons pas d'indigence, mais plutôt d'un hommage aux rockers des 60s, que des paroles anodines n'ont pourtant pas empêché de signer de grands succès.

L'album souffre d'une certaine torpeur, apportée par un chant lancinant, sans vie, et si la guitare se démène pour rendre l'ensemble plus vivant, des titres Rock, même énergiques, tels que "Boozie Vivienne" ou "Leave It", pourtant doté d'un riff percutant, tombent rapidement à plat. À choisir, on préfère lorsque le groupe évolue dans des sphères Rock plus calmes et mélodiques. Il se fait par exemple intéressant sur "Cross To Bear", dont les ambiances, façon power-ballad, sont appréciables. Pour le reste, Knorn, qui a été manager d'artistes tels que Michael SCHENKER, UFO ou Glenn HUGHES, tente de rendre un hommage à un passé révolu, en trouvant par exemple que c'est une bonne idée que d'utiliser dans les paroles de "Southern Winds" vingt noms de tubes du répertoire d'Elvis, ou en pensant que la ballade acoustique et niaise qui clôture l'album, "Good Night", est une conclusion qui donnera à l'auditeur un goût de reviens-y. Laissons de côté ces emprunts effectués çà et là (le riff de "Step Back", largement inspiré du "Armed and Ready" de MSG), qui ne rendent pas l'album plus réussi.

Ne nous voilons pas la face, je fais partie de ces nostalgiques du Hard Rock "de papa", mais il est évident que "Constellation" s'adresse avant tout aux rockers bedonnants devenus commerciaux chez BMW, désireux de ressentir de nouveau les frissons de l'époque où ils avaient encore des cheveux. C'est eux et eux seuls que FARGO réussira à convaincre que son retour valait la peine, alors que plus nombreux sont ceux qui auraient repris une nouvelle dose de VICTORY. S'il faut savoir se faire plaisir dans la vie, il faut également avoir la présence d'esprit de ne pas toujours le partager.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


UNISONIC
Light Of Dawn (2014)
Laissez, laissez, entrer le soleil

(+ 2 kros-express)



220 VOLT
Walking In Starlight (2014)
Vivre avec son temps

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   GEGERS

 
  N/A



- Peter Ladwig (chant, guitare)
- Peter 'fargo-pedda' Knorn (basse)
- Frank 'franky' Tolle (batterie)
- Arndt Schulz (guitare)
- Nikolas Fritz (batterie)


1. Step Back
2. Leave It
3. Mind Your Own Business
4. Loser's Blues
5. Buzz Buzz
6. Cross To Bear
7. Don't Talk
8. Southern Breeze
9. Boozy Vivienne
10. What's Wrong
11. Goddess Of Destiny
12. Goodnight



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod