Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH MELODIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Dark Tranquillity, Soilwork, In Flames, Carnal Forge
 

 Site Officiel Du Groupe (405)

The DUSKFALL - Where The Tree Stands Dead (2014)
Par FENRYL le 5 Juin 2018          Consultée 296 fois

Alors là, je dois bien avouer que je ne pensais pas un jour vous reparler de The DUSKFALL…
Ce ptit groupe suédois – peu connu hors du secteur des mordus de Mélodeath il faut l'avouer en toute objectivité – est très spécial à mes yeux… C'est en effet l'un des tous premiers groupes que j'ai découvert suite à mon arrivée sur le site et leur précédent album était à l'époque une de mes toutes premières kros en "nouveauté".
Pourquoi tant de nostalgie ? Tout simplement car quelques semaines plus tard j'écrivais le seul commentaire dans la rubrique de la page pour annoncer laconiquement le split du combo suite au départ du membre fondateur et tête pensante Mikael Sandort (4 août 2008).

Rideau…

Mais tel le Ikki (référence Saint Seiya inside), nos gaillards ont un peu surpris tout le monde en remettant le couvert au début de l'année 2014. Un retour aux affaires qui pouvait poser quelques questions : même créneau ? Même Line-up ? Même envie ?

Produit par Ahti Kortelainen (SONATA ARCTICA, MOONSORROW, SENTENCED), "Where The Tree Stands Dead" constitue donc le cinquième LP du groupe qui débaroule en novembre de la même année en Europe (début janvier 2015 pour les États-Unis). Histoire de repartir à zéro, Mikael a corrigé son alcoolisme et sa dépression, dégoté une signature chez les Allemands d’Apostasy Records et obtenu un artwork de Gustavo Sazes (déjà vu chez ARCH ENEMY, MORBID ANGEL, The FORSAKEN, NIGHTRAGE entre autres…). Accrocheur globalement ?
Il en profite pour repartir avec un groupe totalement nouveau : que des musiciens de seconde zone, sans grandes références au palmarès…
Avec une connaissance donc des épisodes précédents, on note de suite que le combo se réoriente vers un Death Melo ultra classique, délaissant son côté Death. C'est clairement affiché notamment avec le changement de frontman : là où Kai Jaakkola faisait dans le presque guttural, on est ici dans un chant screamé trop proche voire singeant le maītre Tomas Lindberg (AT THE GATES). C'est criant de vérité sur "I Can Kill You", copycat de "Slaughter Of The Soul", aussi bien au chant que sur la construction du riff saccadé (puis "Endgame").
L'ouverture est ainsi aguichante : on s'oriente vers un Médlodeath made in Göteborg, penchant côté AT THE GATES donc mais avec une approche plus mélodieuse à la IN FLAMES voire un AVATAR ("Where The Tree Stands Dead", criant avec cette basse qui claque). Très (trop) calibré certes mais musicalement efficace, lorgnant assurément vers un Metalcore moderne, avec le refrain chant clair du titre éponyme là encore, sans compter "We The Freaks" qui soulève le cœur avec sa construction Heavy Metal/Popcore…
C'est assez consternant après avoir dégusté en ouverture un "To The Pig" rageur de tombé dans un Mélodeath mielleux, formaté pour des stations radio qui n'existent pas !! Du easy listening en somme dans le genre Death Mélodique ! Sic...

Avec "Farewell", on subit une voix qui déraille ! Le refrain de Magnus part dans des suraigus totalement improbables qui feront rire les connaisseurs mais fuir des novices en criant à l'hérésie (ou le contraire, allez savoir), tout comme sur "I Can Kill You".
On illustre ainsi le point noir de cette galette qui devait annoncer le retour aux affaires d'un mouton noir du genre : le casting raté au chant. Magnus Klavborn délivre une prestation aseptisée et poussive, gavée d'approximations qui ne pardonnent pas.
La seconde partie de la galette sombre ainsi dans la médiocrité et l'ennui… Quand musicalement on mesure la qualité agréable du travail de Sandorf, musicien donc maudit.

43 minutes de retour aux affaires qui tournent à la grosse déception… Après une coupure sans aucun doute trop longue, Mikael et sa bande sont de retour dans un paysage qui a densifié son jeu autant que sa mode est passée. Ayant fait son temps, le Death Mélodique ne pardonne plus le moyen et la concurrence encore présente agit comme un bulldozer. Ici, le chant est un élément essentiel qui ne peut être aussi décevant quand les compositions sont carrées…
Une copie à revoir.

Note réelle : 1,5/5.

A lire aussi en DEATH MELODIQUE par FENRYL :


HELIOSS
Antumbra (2017)
Devenir une référence hexagonale du genre...




AT THE GATES
At War With Reality (2014)
Un retour éblouissant 19 ans après !

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   FENRYL

 
  N/A



- Magnus Klavborn (chant)
- Mikael Sandorf (guitare)
- Ronny Edlund (guitare)
- Jonatan Storm (basse)
- Fredrik Andersson (batterie)


1. To The Pigs
2. Farewell
3. I Can Kill You
4. Where The Tree Stands Dead
5. We The Freaks
6. Endgame
7. Hate For Your God
8. The Charade
9. Burn Your Ghosts
10. Travesty
11. We Bleed



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod