Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Ayreon
- Membre : Hacride, Kronos, Wormfood
 

 Facebook (244)
 Myspace (131)
 Chaîne Youtube (129)

MELTED SPACE - Darkening Light (2018)
Par JEFF KANJI le 22 Avril 2018          Consultée 691 fois

Fort du bel accueil réservé à "The Great Lie" qui a vu le collectif se produire en live assez régulièrement depuis sa sortie, Pierre Le Pape n'a pas traîné pour proposer un nouvel Opéra Metal, parvenant à conserver certaines des pointures à l'œuvre sur l'album de 2015, en particulier Guillaume Bideau, Mikael Stanne ainsi que la sexy Ailyn qui incarnait Titania. Lucie Blatrier et Clémentine Delauney sont également de retour dans des rôles un peu plus importants. Et c'est aussi l'occasion d'entendre pour la première fois Pierre Le Pape lui-même au chant ! Et il se débrouille sacrément bien le bougre ! Il a toujours chanté en réalité, et la difficulté de délivrer des prestations live avec les protagonistes l'a souvent amené à remplacer Guillaume Bideau, tout en assurant ses parties clavier.

Utilisant toujours comme contexte son melted space, cette sorte d'espace-temps où les divinités se retrouvaient confrontées à leur rôle et le sens de leur existence sur "From The Past", Pierre Le Pape s'est attaqué cette fois-ci à un aspect fascinant à savoir la création de la Terre faisant intervenir les forces qui l'ont régi, personnifiées par des nouveaux intervenants talentueux (en particulier la mezzo-soprano Catherine Trottman qui commence à avoir une belle carrière lyrique) avec en point de mire l'apparition de l'Homme, incarné par un Jeff Scott Soto au top de sa forme ! Quel plaisir de retrouver son timbre rocailleux et son chant plein de feeling habiter cet album ; il contribue à élever le niveau de chacun des titres sur lesquels il intervient et on retiendra bien évidemment le tubesque "The Dawn Of Man (I'm Alive)", brillant single sorti en lyric-video avec un duel avec Guillaume Bideau au sommet, le titre qui se démarque le plus de cet album avec "Newborns" où le chant dominateur de Catherine Trottmann est à l'honneur et "Trust In Me" et son riff obsédant pavant la voie pour un Mikael Stanne toujours remarquable d'intensité.

Il y a un peu de changement niveau instrumentistes, puisque cette fois-ci pas de guest à la Arjen Lucassen pour apporter une couleur différente, et surtout pas d'Adrien Grousset, trop occupé pour se consacrer pleinement au projet. C'est ainsi l'autre homme de l'ombre Adrian Martinot (DISCONNECTED) qui s'y colle et le travail est efficace à défaut d'être transcendant. La section rythmique demeure solide avec la paire Guillon/Saccoman. Pierre se risque même à un solo de clavier bien senti sur "The Meaning Of This Place" et à des arrangements de clavier aux inspirations JARRE qui viennent colorer avec élégance "Trust In Me". Il laisse également transparaître ses influences AYREON-iennes sur "No Regrets" et son atmosphère à la "Into The Black Hole".

D'une manière générale, tout en étant plutôt bon, "Darkening Light" retombe un peu dans les travers de "From The Past", avec ces mélodies souvent un peu semblables (moins catchy) et très narratives qui sont un peu l'une des marques de fabriques du collectif français. Ce sont d'ailleurs les morceaux les plus chargés en vocaux extrêmes qui tirent leur épingle du jeu je trouve, ce qui peut paraître surprenant quand on a une telle palette de vocalistes à disposition, et d'ailleurs c'est marrant d'écouter comme le choix de Sakis Tolis semble tomber sous le sens avec ces passages à la ROTTING CHRIST sur "Man And Future". Ce qui avait autant distingué "The Great Lie", au-delà de son casting quatre étoiles, c'était ce dynamisme et cette théâtralité qui rendaient l'histoire passionnante à suivre. Les orchestrations sont une nouvelle fois particulièrement soignées ("From The Beginning", "Man And Future"), enregistrées une nouvelle fois par le City Of Prague Philarmonic Orchestra mais étrangement en retrait, la section Metal étant clairement privilégiée.

J'avoue que j'aurais beaucoup aimé dire davantage de bien de ce quatrième opus longue-durée de MELTED SPACE qui met un peu de temps à vraiment démarrer et qui ne renferme pas autant de morceaux de bravoure dans la veine d'un "No Need To Fear", d'un "God Is Dead" (je regrette beaucoup l'absence de Manuel Munoz) ou encore de "Titania". Il y a de quoi faire, et je vous enjoins à vous repaître de "The Dawn Of Man", "Trust In Me" (ma favorite) ou encore "Newborns" clairement du même niveau que ce qu'on pouvait trouver de mieux sur l'opus précédent.

Note réelle : 2,5/5.

A lire aussi en METAL PROG par JEFF KANJI :


VANDEN PLAS
Accult (1996)
Pochette Surprise




VANDEN PLAS
Colour Temple (1994)
Kaiserslautern et son groupe de Prog


Marquez et partagez







 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Catherine Trottmann (chaos)
- Clémentine Delauney (harmony)
- Sakis Tolis (time)
- Pierre Le Pape (space)
- Guillaume Bideau (air)
- Lucie Blatrier (water)
- Black Messiah (fire)
- Øyvind Hægeland (death)
- Silje Wergeland (life)
- Jeff Scott Soto (man)
- Mikael Stanne (lie)
- Aylin Giménez Garcia (earth)
- -
- Pierre Le Pape (piano, claviers, orchestrations)
- Brice Guillon (basse)
- Michael Saccoman (batterie)
- Gildas Le Pape (guitare solo sur 6)
- Adrian Martinot (guitare)
- City Of Prague Philharmonic Orchestra


1. The Void Before (intro)
2. Newborns
3. The Meaning Of This Place
4. From The Beginning To The End
5. The Dawn Of Man (i'm Alive)
6. Trust In Me
7. Regrets
8. Man And Future
9. Missing Creed
10. Fallen World



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod