Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK/CRUST   |  STUDIO

Commentaires (4)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


YOUNG AND IN THE WAY - When Life Comes To Death (2014)
Par ISAACRUDER le 15 Février 2018          Consultée 866 fois

Vous les avez vus rôder dans les rues, le sourire comme une lame de couteau dans la nuit, le poing américain en extension cruelle, la capuche portée comme un signe de ralliement tribal. Individus épars ils se regroupent bien vite en meutes, ils rôdent, ombres fantomatiques, chacals du désert affamés, crocs à venins sur pattes. La jeunesse arrive, braves gens, et elle va reprendre ce qui lui est dû. Tapie dans les ténèbres elle n’est plus, il est temps de sortir au grand jour. L’arme à la ceinture, la bave aux lèvres, le pas vif, l’œil sauvage. La jeunesse arrive.

Elle veut du Nutella.

Le Nutella, symbole de la Révolution. Avec sa saveur délicate, quel mets de choix. En tartiner ses biscottes vaut bien quelques coups de serpette, quelques genoux dans les boules, quelques femmes volées, dépecées de leurs trente pots dédiés à la famille. C’est la véritable Révolution qui se joue ici, la jeunesse reprend ses droits, le Nutella est l’étendard de cette conquête. Fini les discours ironiques des anti-jeunes, les accusations de passivité, la mise au pilori d’une population bafouée ! Voilà que la France montre de nouveau sa ferveur, sa puissance, son courage ! Les étalages seront violés, les magasins explosés, les villes reprises par l’assaut des nutellavores, ces révolutionnaires du XXIème siècle magnifique. Et pour cette marche victorieuse, point de Marseillaise, trop désuète, mais du YOUNG AND IN THE WAY, fort à propos.

Car le couteau porté sur l’artwork est à la fois le couteau de combat de ces guerriers bientôt légendaires et l’outil pour tartiner ces brioches bien méritées. Il faudra du Black/Crust sans concession pour un peuple sans concession. Il y eût la Révolution Française au XVIIIème, les grandes révolutions sociales au XIXème, sociétales au XXème : nous avons notre Grande Révolution. Le Roi est mort, vive le Consommateur-Roi ! "Betrayed By Light" démarre comme le XXIème avec cette phrase : "When Life Comes To Death". Quand notre monde n’est peuplé que de morts-vivants à la dégaine de rappeurs décérébrés par quarante années de Jack Lang, il ne reste plus que le Crust pour nettoyer cette vermine.

YOUNG AND IN THE WAY c’est un peu la bande-son du cancer terminal de notre "civilisation". Un brûlot décadent, dégueulasse, pervers. Sécrétion Black Metal, venin Crust qui imprègne les balles de ce sniper posté en hélicoptère pour une tournée mondiale exceptionnelle, qui se produira aux quatre coins du monde. La fin de "Betrayed By Light", piano sorti tout droit d’un film de zombies bien connu, rappelle que la fiction post-apocalyptique n’est jamais trop imaginaire justement. Lorsque YOUNG AND IN THE WAY en a fini avec le sniper, il doit passer à la gatling, et rendre hommage au siècle qui nous a lancé, celui des deux guerres mondiales, des idéologies rampantes qui tentent de faire ressortir une gloire passée – et enterrée – de la Fin de l’Histoire. "Fuck This Life", "Be My Blood" ou le Black Metal mitrailleuse aux 600 coups par minute Las Vegas style. On assiste à un déluge de .45 mm, qui charcute la populace, l’élite, les infrastructures mêmes, et fait accourir Gérard Depardieu qui pense être invité à un banquet traditionnel de la Gaule disparue.

S’il reste des corps suppliants dans ce désastre contemporain, la main tendue vers le pot de Nutella éventré, notre Punisher du Black/Crust vient poser un pied au sol et sortir le shotgun typique américain, remplaçant idéal du pied-de-biche et outil parfait pour éviter de se saloper les godasses. YOUNG AND IN THE WAY bat alors le tempo d’un rythme plus lourd, afin d’enfoncer davantage cette impression de violence éternelle qui se dégage de cet album étouffant ("We Are Nothing", et son groove-apocalypse nucléaire). La blitzkrieg est totale. Même Hitler trouve que ça va trop loin lorsque "Final Dose" vient nous faire le coup du MARDUK sauce Hardcore. Mais YOUNG AND IN THE WAY s’en fout. Il est venu nettoyer les crados il ne repartira pas sans terminer le boulot. "Weep In My Dust" et ses riffs de fin du monde c’est la grenade salvatrice qui vient aplanir le sol, qui s’infiltre dans les recoins, sorte de Swiffer 3-en-1 : exploser/détruire/désodoriser. Dommage que durant ce parcours sans faute, notre vigilante du Black/Crust décide de s’asseoir sur le tas de cadavres fumants et de jouer une ballade Emo avec "Shadow Of Murder". Fort heureusement, il se ressaisit, conscient de sa plumeausterone, et achève avec "Embrace Extinction" une grand’œuvre, à coups de martelages Hardcore stupides, de dissonances malsaines, et de rythmiques tribales obscures sur des riffs CONVERGE-iens solides à souhait.

Aussi, lorsque vous irez dans vos temples de l’achat, attirés comme des mouches sur la merde, par le brocoli à 70c, le Nutella à 1 euro, les barquettes Trois Chatons à la fraise 2 achetées une gratuite, collez-vous YOUNG AND IN THE WAY dans les oreilles, délectez-vous avec cynisme de notre époque, je vous saurai gré d’ajouter au spectacle un brin d’ironie.

A lire aussi en BLACK METAL par ISAACRUDER :


DÖDSRIT
Dödsrit (2017)
Chevalier mort




MISÞYRMING [MISTHYRMING]
Söngvar Elds Og Óreiðu (2015)
Force du grand Nord

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   ISAACRUDER

 
  N/A



- Kable Lyall (chant)
- Rick Contes (guitare)
- Randy Baucom (batterie)


1. Betrayed By Light
2. Fuck This Life
3. Be My Blood
4. Self Inflicted
5. Loved And Unwanted
6. We Are Nothing
7. Final Dose
8. Weep In My Dust
9. Take My Hand
10. Shadow Of Murder
11. Embrace Extinction



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod