Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Angel Witch, Enforcer, Iron Maiden, Metallica
- Membre : The Order Of Israfel , Horisont

NIGHT VIPER - Exterminator (2017)
Par DARK BEAGLE le 18 Février 2018          Consultée 650 fois

Göteborg, Suède. Quand on vous balance cette ville, vous pensez forcément à toute cette scène Death Metal Mélodique qui porte le sceau de la cité comme une Appellation d’Origine Protégée. Comme nombre de nos fromages, oui. Pourtant, NIGHT VIPER, dont "Exterminator" est le second opus, vient de cette ville et son discours musical s’avère totalement différent. Ici, on est plutôt sur un Heavy/Thrash qui fleure bon les années 80, sans accessoire ni fioriture grondante. Alors que la formation commence à se faire une très bonne réputation dans le milieu, il est grand temps que l’on se penche sur elle !

NIGHT VIPER aime décidément brouiller les pistes. Avec cette jaquette qui pourrait aussi bien illustrer un disque de Black Metal que de Doom sauvage (oui, un Doom qui va plus vite que 12 bpm, ce qui rendrait notre Wën complètement hyperactif), difficile de deviner que nous allons nous prendre 42 minutes de musique racée, un Heavy qui sonne comme ce qui se faisait au début des années 80, quand il gagnait en puissance et que certains combos s’amusaient à le rendre encore plus agressif en le mâtinant de sonorités plus Punk.

On a le plaisir de retrouver encore une fois Thomas Sutton à la guitare, ancien HORISONT, leader de The ORDER OF ISRAFEL, qui aime s’inscrire dans des visions du Metal forcément rétro. Ici, il ne chante pas, il laisse sa place à Sofie-Lee Johansson, une jeune femme qui va déjouer tous les pièges qui se tendent entre elle et le micro. Nous retrouvons aussi Johan Frick (LETHAL STEEL) à la seconde guitare, Ruben Åhlander Persson à la basse (MIASMAL) et Jonna Karlsson (ex DESCENDING IVORY, MUD WALK). Un line-up presque inchangé depuis le premier opus, puisque seul Emil a laissé sa place à Johan Frick. Un départ qui n’aura que peu d’incidence sur le style, vu que l’on retrouve peu ou prou les mêmes ingrédients que sur "Night Viper".

Il y a quelque chose de facile dans la musique distillée par le groupe. Tout semble couler de source, comme si c’était une évidence. Et cela provient du fait que les riffs ressemblent beaucoup à ceux de IRON MAIDEN ou de METALLICA, par exemple, joués avec énergie et ce qu’il faut de différence pour ne pas hurler au plagiat. Bien sûr, il y a des ressemblances, mais difficile de ne pas emprunter des signatures mélodiques quand on joue ce genre de Heavy Metal. Inutile du coup de remplir la rubrique Question/Réponse avec des « holala, vous ne trouvez pas que le riff d’intro de "All That Remains" sonne comme tel ou tel titre de IRON MAIDEN ? », il y a des chances que la réponse soit « oui ».

Mais ce qui fait le charme du groupe, outre le fait que les moments où les guitares se font plus Thrash ("Exterminator"…) et viennent apporter plus de mordant, ça reste la voix de Sofie-Lee. Celle-ci est entièrement atypique et loin de ce à quoi nous nous attendons, vu le propos de NIGHT VIPER. Non, le chant de Sofie-Lee dégage beaucoup de chaleur et se nappe de quelques touches Soul complètement inattendues, mais qui font merveille sur certains morceaux, comme "On The Run", où l’on oublie que le titre s’éternise un peu (mais quel refrain enchanteur !). C’est un peu comme si Phil Lynott (THIN LIZZY) avait chanté sur des morceaux plus rentre-dedans que ce qu’il faisait avec son groupe mais sans changer sa façon de faire.

Mais ce qui est dommageable, c’est comme sur le premier album, on ne discerne pas vraiment de personnalité propre. Certes, ça joue bien, le côté vintage/hommage est agréable car réussi, mais encore une fois le groupe ne semble pas créer ses propres mélodies, il officie dans un style et ne se cherche pas d’originalité et c’est dommage, parce qu’on sent qu’il y a un savoir-faire derrière tout cela et qu’il serait peut-être bien que le groupe affirme son talent, surtout que Tom Sutton est capable de créer des ambiances et d’insuffler un souffle différent à ses compositions pour The ORDER OF ISRAFEL.

Globalement, on a un bon album, que l’on prend beaucoup de plaisir à écouter, surtout quand on est fan de cette période des early ’80, où beaucoup de créativité ressortait, une créativité un peu en berne toutefois ici. Mais nous n’allons pas bouder notre plaisir, nous allons simplement nous laisser entraîner le long de ces dix pistes et prendre le tout comme ça vient. C’est-à-dire en tendant la joue gauche après qu’une gifle retentissante a claqué sur la droite. Et il n’est pas interdit d’espérer que le prochain soit le bon !

Note réelle : 3,5/5, mais baissé à 3 pour les raisons évoquées ci-dessus.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK BEAGLE :


BLACK SABBATH
Black Sabbath Vol. 4 (1972)
Midnight express




KATANA
Heads Will Roll (2011)
Flash of the blade


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Sofie-lee Johansson (chant)
- Thomas Sutton (guitare)
- Johan Frick (guitare)
- Ruben Åhlander Persson (basse)
- Jonna Karlsson (batterie)


1. No Escape
2. Summon The Dead
3. Never Win
4. Exterminator
5. On The Run
6. Ashes
7. Going Down
8. Lady Bad Luck
9. Revenge
10. All That Remains



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod