Recherche avancée       Liste groupes



      
(BLACK) FOLK / SYMPHO  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


XANTHOCHROID - Of Erthe And Axen : Act I (2017)
Par VOLTHORD le 26 Août 2017          Consultée 1122 fois

XANTHOCHROID est petit, mais XANTHOCHROID est déjà immense.

Les Américains, depuis leur solide "Blessed He With Boils" sont devenus un phénomène internet : petits galopins ayant faits passer un de leurs titres pour un titre exclusif de DIMMU BORGIR (effet garanti), fiers détenteurs de deux reprises acoustiques de WINTERSUN égalant leurs modèles, et progéniteurs de la très drôle parodie de Power Death Épique sobrement nommée EPIC DRAGON (le titre "Dragon Paper Scissors" vaut son pesant de grand n’imp’). Le groupe de Metal Folklo Épico-Symphonique le plus sympathique de la Terre est donc enfin là pour foutre un nouveau coup dans un clou déjà bien enfoncé, et revient en 2017 avec un album en deux parties : "Of Erthe And Axen: Act I" en ce mois d’août 2017, et "Of Erthe Axen: Act II" pour Octobre 2017.

L’entrée en matière paraît Disneyienne bien que plus sombre qu’elle n’y paraît. Le timbre cristallin de Ali Meador se rapproche fortement des voix d’enfants de films d’animations, ou encore des timbres de chanteuses choisies par Tuomas HOLOPAINEN pour illustrer les aventures de Picsou ("The Life And Times Of Scrooge"). Celui de Sam, toujours doucereux et proche d'un Åkerfeldt, lui donne langoureusement la réplique. XANTHOCHROID inscrit son histoire par la romance et le thème central des frères inséparables mais voués à se liguer l’un contre l’autre. Ainsi déjà trois titres centraux, "To Lost And Ancient Gardens", "In Deep And Wooded Forests Of My Youth" et "The Sound Of Glinting Blade", font clairement dans la dentelle, comme pour tisser un récit avec délicatesse avant de le porter vers des climax plus extrêmes.

Cet "Act: I" prend intelligemment à contrepied les attentes que j’avais suite au très clean mais rythmé et musclé "Blessed He With Boils". La composition se subordonne aux besoins de la narration (comme dans le mal-aimé et pourtant brillant "Theory Of Everything" de AYREON) : nous sommes ici dans un préquel, on pose les personnages, l’ambiance et les drames fondateurs, les tubes épiques, ce n’est pas pour aujourd’hui.

C’est donc davantage la facette Folk et classique, le registre du drame et de la complainte qui prédominent. Même le très DIMMU BORGIRien (période "Death Cult Armaggeddon") "The Sound Which Has No Name" aura entre ses blasts et ses orchestrations fantasques des passages aériens et des choeurs plaintifs. Les huit minutes de "To Higher Climes Where Few Might Stand" montrent également plus de muscles, mais là aussi, ce n'est que pour faire peser davantage cette aura à la fois tragique et scintillante, les blasts comme une tempête silencieuse plutôt que comme un rouleau compresseur martial.

Cet "Act I" laisse donc l’étiquette "Black Metal" comme une promesse pour un manuscrit à venir. Folk Metal dans le sens que lui donnerait aujourd’hui MOONSORROW (en moins extrême), il se rapproche par de nombreux aspects du très "OPETHien" WILDERUN : les arpèges de "To Souls Distant And Dreaming" en sont l’exemple type, et ce passage de fin en guitare rythmique qu’un Andy McKee ne renierait pas (on en voudrait presque plus) manque de me faire définitivement penser que la beauté de cet album tient autant dans ses réserves que dans ses structures complexes.

Rutilant dans ses moments de gloire, tendre dans ses moments de calme, ce nouveau XANTHOCHROID est plein de lumière et de grandiloquence, et on en appréciera tout autant l’art de la rime croisée que déploie le groupe, les paroles se lisant comme un long poème médiéval (à commencer par la tracklist, déjà l’esquisse d’un poème)... Bref, aucune faille apparente à qui aime se laisser voguer au gré d'une composition avant tout narrative, révélant doucement sa magie… En attendant les double-pédales et les gros riffs pour un second acte sans doute bien plus infernal.

A lire aussi en BLACK SYMPHO / ATMO par VOLTHORD :


SUMMONING
Stronghold (1999)
Indestructible




SEAR BLISS
The Haunting (1998)
Black lent et psychédélique

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   VOLTHORD

 
  N/A



- Sam Meador (chants, claviers, guitare acoustique)
- Matthew Earl (batterie, flûte, backings)
- Brent Vallefuoco (guitare)
- Ali Meador (chant)


1. Open The Gates, O Forest Keeper
2. To Lost And Ancient Gardens
3. To Higher Climes Where Few Might Stand
4. To Souls Distant And Dreaming
5. In Deep And Wooded Forests Of My Youth
6. The Sound Of Hunger Rises
7. The Sound Of A Glinting Blade
8. The Sound Which Has No Name



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod