Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK SYMPHO / ATMO  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Ne Obliviscaris

XANTHOCHROID - Blessed He With Boils (2012)
Par VOLTHORD le 5 Mai 2014          Consultée 2013 fois

Avec leurs dégaines souriantes de jeunes scouts tout justes sortis de leurs années de conservatoire, les Américains de XANTHOCHROID font affront à l’idée dogmatique d’un Black Metal avec des grosses couilles hormonées à balles. Aujourd’hui, on parle de la frange la plus mélodique, la plus accessible aussi, du Metal extrême, et surtout, d’une formation qui sonne dans mes oreilles de gros râleur comme une hécatombe de pur bonheur épico-folk.
Au programme de cette première offrande : des musiciens aux talents multiples, un concept bien léché, une production absolument parfaite, une atmosphère intense et voyageuse. Tout. Absolument tout y est.

Pour faire un petit récap, le groupe a fait particulièrement parler de lui par ses reprises acoustiques de WINTERSUN que NUCLEAR BLAST s’est vite empressé de relayer. Sur album cependant, si le groupe semble chercher la mélodicité autant qu’une certaine froideur dans ses ambiances tout comme la bande de Jari Mäenpää, la référence côté Metal Extrême paraît plus calquée sur DIMMU BORGIR (les croassements de Sam Meador rappellent ceux de Shagrath) ou MYSTIC CIRCLE (première période). Pas de soli en folie ni de grandiloquence accrue. Côté composition, le groupe se dit admiratif d’un MOONSORROW pour sa complexité, mais il s’éloigne de cette référence par le choix de garder son Folk bien au chaud, au feu de bois acoustique, et de laisser la partie symphonique se charger de parsemer de mélancolie ses blasts furieux (quel jeu de batterie par ailleurs !). Et attention, car la composante clavier balance davantage du clavecin d’église que de la trompette cheapos. C’est là l’intelligence du groupe, qui sait développer son concept fantasy à l’abri des sonorités en toc d’un BAL SAGOTH, d’un NAZGUL (si si, rappelez-vous) ou d’un EQUILIBRIUM. Malgré son patronyme aux consonances douteuses, XANTHOCHROID ne patauge jamais dans le kitsch.

Et alors que des claviers hantés posent une nappe sombre de brouillard, c’est la suite acoustique qui s’occupe de poser un décor forestier plus coloré digne d’un univers fantasy. Arpèges légers et chœurs mystérieux (« vikings », comme je pourrais improprement les qualifier), ambiance forestière garant d’un silence mystérieux, l’instrumental donne à XANTHOCHROID son identité sans pour autant prendre le dessus sur sa facette métallique (l’inverse d’un AQUILUS, par exemple). De son intro "Aquatic Deathgate Existence" à un "Deus Absconditus Part I" qu’on se réécoutera à foison, jusqu'à un "Winter’s End" portant l’empreinte d’un folk acoustique germano-scandinave de la plus belle allure, on se rendra vite compte que ce sont les interludes qui bâtissent réellement la mystique de l’album.

Comme on te l’avait dit lorsque tu créais ton perso pour WARHAMMER, il vaut mieux être rôdeur que paladin : paraître discret et toucher au cœur. Au lieu de décupler la grandeur épique, les chœurs (auxquels tous les membres du groupe participent) développent un charme mystérieux qui permet à XANTHOCHROID de trouver une alternative efficace à des codes épuisés jusqu’à la corde. Une mélancolie qui blaste au rythme d’une quête épique comme on en revoit rarement, accentué par un aspect théâtral jamais excessif, on retient surtout une prod nickel qui lisse les angles jusqu’à les rendre presque duveteux.

"Blessed He With Boils", dans son apparente accessibilité sonore regorge d’une créativité rare, d’une complexité jamais lourde et joue avec nos attentes autant qu’avec des références évidentes. Il déjoue chaque piège un à un pour se positionner parmi les formations de Metal Épique à suivre de très près. Si XANTHOCHROID ne maîtrise pas encore entièrement ses différents mouvements pour créer des montées épiques aussi jouissives qu’un WINTERSUN d’un grand jour ou d’un MOONSORROW, on peut au moins lui accorder de se rapprocher de très très près de la qualité de ses deux modèles. "Rebirth Of An Old Nation" sera un bien meilleur argument à tout ça que ma chronique complète.

A lire aussi en BLACK SYMPHO / ATMO par VOLTHORD :


SUMMONING
Stronghold (1999)
Indestructible




SUMMONING
Dol Guldur (1996)
Album clé, album culte... et pourtant...

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   VOLTHORD

 
  N/A



- Sam Meador (clavier, guitare, chant)
- Matthew Earl (flûte, percussions, batterie)
- Bryan Huizenga (basse)
- Brent Vallefuoco (guitare)
- David 'second Guitar' Bodenhoefer (guitare)


1. Aquatic Deathgate Existence
2. Blessed He With Boils
3. Winter's End
4. Long Live Our Lifeless King
5. Deus Absconditus Part I
6. Deus Absconditus Part Ii
7. The Leper's Prospect
8. In Putris Stagnum
9. Here I'll Stay
10. Rebirth Of An Old Nation
11. Land Of Snow And Final



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod