Recherche avancée       Liste groupes



      
HARDCORE MéLODIQUE  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


STRUNG OUT - Twisted By Design (1998)
Par CANARD WC le 14 Août 2017          Consultée 648 fois

En 94, NOFX a sorti "White Trash" qui est rapidement devenu mon album préféré du groupe. Parce que tapageur, dingue, foisonnant aussi. Puis le groupe a enchaîné avec "Punk In Drublic" qui est l’autre sommet du groupe, objectivement leur « meilleur » album avec inspiration au taquet, du tube de partout et assez de talent pour convertir même un fan de MARDUK. Alors cela arrive, parfois qu’un groupe ponde coup sur coup deux chefs d’œuvre aussi essentiels l’un que l’autre, que cette doublette de génie constitue de facto l’inoxydable binôme qui va asseoir le groupe pour la suite et jusqu’à la fin de sa carrière. C’est l’histoire de "Ride" et "Master", les deux albums de machin-chose (*) qui – quelque part – à eux deux suffisent à justifier l’adoration à tout jamais, amen. Bref, deux albums pour tout formuler, exposer le cœur de sa formule, tracer une ligne indélébile et indépassable.

STRUNG OUT fait partie de ce gang des « deux albums » qui disent tout. "Suburban" était leur "Ride" à eux, "Twisted by Design" sera leur "Master". Chroniquer ces deux-là revient en gros à boucler le dossier STRUNG OUT à 80 % (ou 85 % faut voir). "Twisted" est tout plus, tout mieux encore que son prédécesseur : plus maîtrisé, plus audacieux, impeccable de bout en bout de telle sorte que d’un point de vue musical la question du 5/5 se pose légitimement. Enfin, je verrai en fonction de mon humeur (volatile par définition) à la fin de cette chronique, le suspense est donc entier.

Super, donc.
Super, oui. Parce que toutes les compositions le sont. Parce qu’il n’y a que de supers riffs tout du long. Des supers idées partout, aussi. Des tubes, des mélodies, des airs que je qualifierais de… supers. Super enfin comme "Tattoo" ou comme "Exhumation Of Virginia Madison" qui sont autant de preuves supplémentaires que vous devriez peut-être jeter une oreille à ce groupe. Jamais sur cet album, STRUNG OUT ne cède pas à la facilité tout en réussissant à contrôler sa dinguerie, à modérer ses envies de vitesse folle (le principal reproche qu’on pouvait faire à "Suburban"). Un pont plus loin donc, plus super parce que moins supersonique justement. Ce léger coup de frein à main permet de se RENDRE COMPTE de ce qui se passe. En ralentissant un peu la cadence, "Twisted" fait la lumière sur son talent de composition, le groupe met pour ainsi dire la machine à nu en distillant de nouvelles nuances. Alors on perçoit la rage discrète de "Reason To Believe", le positivisme irrésistible de "Deville" ou la tonalité mélancolique de "Mind Of My Own"… Quelques exemples mais on pourrait toutes les citer, tant "Twisted" est parfait.

Parfait, donc.
Oui, parfait. Je maintiens. Et si vous continuez à tiquer, je sens que le 5/5 va tomber. Oh, vous savez, faut pas me chauffer. Quand on a un album comme cela, sur lequel on pourrait s’extasier à chaque minute, qui mêle aussi bien la beauté mélancolique et les nécessités du Hardcore (dont il est issu originellement), qu’il supporte aussi bien les multi écoutes… On peut verser dans le dithyrambique sans rougir. Je ne vais pas me gêner pour le dire.

L’autre morale de "Twisted By Design" ressemble à une formule publicitaire pour pneu : « sans maîtrise, la puissance n’est rien » ©. Je l’ai évoqué en début de chronique, mais ce « contrôle » du tempo, cette maîtrise en terme de composition permet à STRUNG OUT de dessiner les reliefs, de prendre plus facilement des repères, de comprendre que tout ce petit monde fait mouche – bzzz- à chaque fois. Quatorze titres en moins de trente-cinq minutes, quatorze réussites qui filent à vive allure tout en s’imbriquant les uns après les autres comme il faut. Car même l’ordre des titres, leur enchaînement, a été bien pensé : "Crossroads" n’aurait pas pu être aussi bien mis en valeur avant un autre titre que ce "Reason To Believe" (si vous écoutez attentivement l’album – ce dont je ne doute pas après pareille chronique – vous devriez capter ce que je raconte). STRUNG OUT a tout bon sur cet album, je vais pas me répéter 107 fois, écoutez-le merde à la fin. D’ailleurs – hop – je vous case la note maxi en guise d’incitation à l’amour et au partage.


Malgré tout, petite confidence en guise de léger bémol pour conclure : pour ne rien vous cacher, "Suburban" reste mon album préféré du groupe qui est pourtant moins bon que ce "Twisted". Relisez-moi avant de crier. Non, ce n’est pas incohérent, il s’agit juste d’une question de gout et de couleur qui peut bien entendu se discuter contrairement à la connerie d’adage qu’on entend trop souvent. J’aime l’immodération de "Surbuban", ses défauts aussi, sa sauvagerie Punk, sa perfectibilité que je trouve en définitive touchante. Il n’en reste pas moins que "Twisted" est mieux en tout, qu’il mérite donc plus, le maximum en fait. Pour toutes les raisons que je viens d’évoquer, pardi.


Note : 5/5 (et ouais).


Morceau préféré : tous.

A lire aussi en HARDCORE par CANARD WC :


NOFX
Punk In Drublic (1994)
NOFX peut tout, fait tout et réussit tout.




PROPAGANDHI
Today's Empires, Tomorrow's Ashes (2001)
Aux armes citoyens !


Marquez et partagez




 
   CANARD WC

 
  N/A



- Jason Cruz (chant)
- Rob Ramos (guitare)
- Jake Kiley (guitare)
- Jim Cherry (basse)
- Jordan Burns (batterie)


1. Too Close To See
2. Exhumation Of Virginia Madison
3. Deville
4. Mind Of My Own
5. Reason To Believe
6. Crossroads
7. Paperwalls
8. Ice Burn
9. Ultimate Devotion
10. King Alvarez
11. Asking For The World
12. Tattoo
13. Just Like Me
14. Matchbook



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod