Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


SAMMATH - Godless Arrogance (2014)
Par POSITRON le 3 Juin 2017          Consultée 321 fois

Voici le matériel pouvant servir à une anecdote introductive concernant "Godless Arrogance" de SAMMATH : Le groupe est néerlandais(*), il s'agit de leur cinquième album, ils eurent dans leur rangs un être humain possédant des lolos - incroyable je sais -, ils jouent du Black Metal, ils sont encensés par les petits crypto-fachos de mort métal point org et ils ne sont pas très contents.

Fort de mon absence d'introduction, je décide de continuer sur cette lancée et de vous donner des références. Or les voici, elles sont fort simples : MARDUK et IMMORTAL. Car si SAMMATH a sûrement bien écouté toute la seconde vague norvégienne (pourquoi pas DARKTHRONE, pourquoi pas MAYHEM, pourquoi pas GORGOROTH...) ces deux noms sont les plus audibles tout au long de "Godless Arrogance". Le MARDUK de "Nightwing" et "Panzer Division Marduk" car la référence obligée du Black Brutal, le blast à 200% ("Shot In Mass"), la fureur, l'IMMORTAL de "Battles In The North" pour l'esthétique, pour le riff, celui de "Blizzard Beasts" pour la façon d'introduire le Death dans le Black. (Un "Death (Hunt Them Down)" somme toute assez INCANTATION).

SAMMATH peut plaire. Intransigeant mais pas monolithique, brutal mais pas surenchèriste (j'dis c'que j'veux), abrasif mais travaillé, SAMMATH est presque minutieux dans sa fureur. Fort d'un son étonnement équilibré entre le raw atroce et le tout lisse avec triggers (le son de batterie), fort de vocaux dans les médiums convenablement vomis au papier de verre, SAMMATH est surtout fort d'une haine propulsée le long d'un narrativisme qu'on aurait tort de croire primitif, de riffs arrangés avec intelligence et connaissance de son sujet, depuis les trémolos leads évanescents jusqu'aux glorieuses progressions trodark sur trois accords.

SAMMATH sait laisser respirer son riff jusqu'à effleurer les tendances les plus minimalistes de son genre, en bien ("Shot In Mass") comme en moins bien ("Godless"). Mais SAMMATH sait aussi hacher son propos entre breaks, basse odieusement saturée, et heu... "tok tooook" vocaux ("Fear Upon Them"), aérant juste assez pour recréer une dynamique, pour relancer sa piste en un minimum de temps. L'ennui et la fatigue qui pointent fatalement le bout de leur nez dans tout disque de brutalité sans repos, SAMMATH s'emploie industrieusement à les chasser malgré la saturation qui survient avec la pourtant correcte "Nineteen Corpses..." - et ce n'est la que huit pistes et 36 minutes.

Alors que pendant l'écriture de cette chronique deux bouffons invoquent l'esprit de conquête français directement dans mes oreilles(**), SAMMATH démontre ce qu'est un esprit de conquête, a "Ravenous Hunger", une pugnacité de dernier gardien d'une brutalité Black ancrée dans l'old school, une brutalité qui sent le vrai, l'ancien, le traditionnel jusque dans ce son de guitare qui me donne envie d'entendre le groupe reprendre "Battles In The North"(***).

Incapable de séduire totalement un snob tel que moi, SAMMATH pourtant se bat hargneusement, griffe, mord, mouline, esquive, pare, se fend et parfois touche (à partir de 2:20 dans "Shot In Mass" – la meilleure piste). "Godless Arrogance" est un souvenir, une commémoration, un assaut, une passe d'armes, un soldat. Soldat qui sans récolter gloire ou fortune, massacre "Through Filth" l'ennemi sur l'ordre d'un lointain officier sans visage. Tous deux en se croyant divinité légitime à décider ainsi de la vie et de la mort des hommes tout au long du cycle sans fin des guerres se font porte-étendard des vices premiers de leur espèce.

Car parmi toutes les guerres de religions, idéaux et croyances surnage une valeur, un principe, un constat absolu et éternel : l'arrogance de l'homme sans dieu.
_ _ _

(*) (fut ? Car metal-archives le localise maintenant en Allemagne)
(**) On m'annonce que l'un deux serait actuellement notre président, joie joie Noël.
(***) Je l'ai pas cité pour rien.

A lire aussi en BLACK METAL :


LORD BELIAL
The Black Curse (2008)
Enter The Moonlight II ? Ouais, pas loin




NIRNAETH
Thrown Athwart The Darkness (2006)
Un excellent premier album


Marquez et partagez




 
   POSITRON

 
  N/A



- Jan Kruitwagen (guitares, basse, chant)
- Koos Bos (batterie)
- Ruud Nillesen (basse)


1. Shot In Mass
2. Fear Upon Them
3. Godless
4. Thrive In Arrogance
5. This World Must Burn (hammer Of Supremacy)
6. Through Filth And The Remains Of Man
7. Death (hunt Them Down)
8. Nineteen Corpses Hang In The Mist



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod