Recherche avancée       Liste groupes



      
TECH SLAM BRUTAL DEATH  |  STUDIO

Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


KATALEPSY - Gravenous Hour (2016)
Par POSITRON le 20 Avril 2017          Consultée 365 fois

"Gravenous Hour", ha ha ha qu'est-ce que qu'on se marre(*). Bigre j'aperçois dans la tracklist un "Grave New World" et un "Blindead". Ah ces Russes, des vrais boute-en-train, jamais à court de jeux de mots. Espérons que ce nouveau disque n'est pas une Cata moisie ! Ha ha qu'est-ce qu'on rigole je suis désopilant. Mais je cesse mes enfantillages et j'appuie sur play, il faut bien que j'écoute le disque pour pouvoir le chroniquer.

Oh wow.

Mais que s'est-il-passé ? Comment ? Qui ? Pourquoi ? Comment peut-on s'effondrer autant entre deux albums ? Pas d'un point de vue de l'écriture, non, non : d'un point de vue du SON. La comparaison est fatale et implacable, elle tombe comme une guillotine. "Autopsychosis" explose dès les premières secondes sur un son gargantuesque, ultra chromé, poli au fin fond de la Sibérie et enrichi en matériaux composites secret défense tandis que "Gravenous Hour", après son intro anecdotique, révèle à nu les faiblesses de son corps. L'explosion nucléaire de "Blinded Sultan" semble en comparaison de celle de "Lurking In The Depth" comme ressentie à travers les parois du bunker de sécurité, comme si l'on avais oublié de sortir le micro pour capturer l'intégralité du souffle de la bombe destructrice de mondes. C'est bien ballot pour le contribuable russe.

Je cesse la ce filage qui ne ressemble à rien : "Gravenous Hour" possède pourtant une production très appréciable lorsqu'on se souvient qu'on écoute un groupe (petit un) de Brutal Death Metal (petit deux) relativement underground (petit trois) russe (petit quatre) apparenté au mouvement Slam Death. Pas des plus musclés mais pas non plus infirme, d'une clarté très correcte, d'un modernisme chromé (les triggers, la dynamic range tout ça(**)) très supportable... Mais quand même, quelle déception ! Quelle tragédie ! (***)

Vous aurez lu apparenté car si déjà "Autopsychosis" était déjà un prêcheur œcuménique de la brutalité dans le Death Metal, "Gravenous Hour" s'éloigne encore un peu plus de Slam Death orthodoxe en se rapprochant du Brutal Death Technique, et ce malgré quelques bons CHUG CHUG (la fin de "Blindead Sultan") ainsi qu'une imagerie scénique "wigger slam" totalement assumée. (****)

Parler d'évolution serait un bien grand mot pour ces pico-changements mais "Gravenous Hour" laisse plus de place aux soli de guitare, au lead, à la mélodie (tout est relatif) et au grand gagnant du disque : le batteur. Ce mec est un tueur c'est tout. Point. Les infragrowls slams sont confinés à de rares passages malgré un timbre principal toujours aussi guttural. Dans son ouverture au monde depuis ses débuts trve Slam avec "Musick Bring Injuries", KATALEPSY peut faire penser à JOB FOR A COWBOY qui chez le voisin Deathcore aura pareillement su garder une forme d'indépendance par rapport aux poncifs de son genre et faire évoluer sa musique vers une version un peu plus orienté Death Technique de ses débuts.

Tous ces descriptifs c'est bien gentil mais le cœur du disque, les riffs, l'écriture, est-ce que c'est mieux ou moins bien que sur "Autopsychosis" d'amour ?

Et bien c'est compliqué. C'est compliqué car les différences de production conditionnent naturellement mon appréciation du songwriting et des riffs les plus baseux et/ou basseux. Et oui. C'est con. L'erreur est humaine, la chair est faible etc. Avertis que vous êtes je peux maintenant vous dire que malgré de nombreux moments agréables je ne retrouve pas autant dans "Gravenous Hour" la furie débile, le matraquage incessant, le débit de fun sans pitié à la minute, qui faisaient la force de son aîné, ainsi que suffisamment de moments marquants, option fer rouge sur mes réseaux mémoriels. Oui "Gravenous Hour" lasse plus que son prédécesseur malgré une maîtrise instrumentale de plus en plus impressionnante et d'un pseudo lead single qui se place quand même très honorablement dans mon top "Meilleurs chug chug de Keur-talepsy que j'aime".

Je me crois pourtant incapable de réellement bouder cet album. KATALEPSY n'a pas à rougir de sortir un album de cette trempe, qui, de surcroît, ne présente pas de vraie baisse condamnable d'intensité. Il vous est cependant et bien évidemment recommandé d'écouter le fabuleux et nettement supérieur "Autopsychosis" en premier, ce que la notation comparée des deux albums devrait tendrement vous pousser à faire. J'ai dit.
_________

* Ravenous = vorace, dévorant, Grave = Tombe
** Notez que "Autopsychosis" avait zéro dynamic range, était ultra compressé à s'en péter les enceintes mais que je m'en foutais parce que ça servait une musique bénéficiant pleinement de ces pratiques de bourrin.
*** Je rajoute cette note (ça en fait beaucoup) pour dire que j'ai parcouru le net pour voir qu'on dit tous un peu la même chose mais qu'apparemment cette prod serait caractéristique du label – Unique Leader Records. Et bien merde alors.
**** https://www.youtube.com/watch?v=WiyjCEiiy68

A lire aussi en DEATH METAL par POSITRON :


AT THE GATES
Gardens Of Grief (1991)
Le jeune AT THE GROTESQUE est déjà grand




KATALEPSY
Autopsychosis (2013)
Le slam pour tous.


Marquez et partagez




 
   POSITRON

 
  N/A



- Anatoly Shishilov (basse, paroles)
- Anton Garasiev (guitares)
- Dmitry (guitares)
- Evgeny Novikov (drums)
- Igor Filimontsev (vocaux)


1. In The Dark Of Stars
2. Blinded Sultan
3. To The Lords Of Nihil
4. Critical Black Mass
5. The Long Bright Darkness
6. Monastery Of Nothing
7. After Omega
8. Grave New World
9. Ghoul Inquisitor
10. Tephra
11. In The River Of Red



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod