Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM METAL  |  STUDIO

Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2014 Wisdom
 

- Style : Black Sabbath, Candlemass, Saint Vitus

The ORDER OF ISRAFEL - Wisdom (2014)
Par DARK BEAGLE le 17 Février 2017          Consultée 724 fois

Israfel. Ou plutôt, Israfil, dans nos contrées et dans le Coran. Il est l’équivalent de l’Archange Raphaël que tous ceux qui ont fait leur catéchisme ici connaissent bien normalement. Seulement, dans le Coran, il est celui qui souffle trois fois dans la trompe lors du Jugement Dernier. Le premier son aura pour effet la destruction du monde tel que nous le connaissons (et en fait, on ne sera plus là pour en débattre autour d’un verre de vin, vu que chaque être vivant sera mort foudroyé). Le second ranimera les morts (et, soit dit en passant, c’est bien la peine de faire en sorte que tout le monde meurt pour tous les réveiller par la suite). Le troisième, en revanche, est moins sympa, il précède le Jugement Dernier. « Go ahead, make my day », comme disait Schwarzenegger dans "Piège de Cristal". A moins que ce ne soit Bruce Willis qui dit « hasta la vista, baby » dans "Invictus", je ne sais plus.

THE ORDER OF ISRAFEL nous vient de Suède et se fait apôtre de cet Ange. Originaire de Göteborg, le groupe ne pratique pourtant pas de Death Mélodique, le raccourci n’est pas bon à prendre ici. Les musiciens sont plutôt des adeptes d’une certaine forme de lenteur. C’est bien simple, si comme Ozzy Osbourne vous regrettez le virage qu’a pris BLACK SABBATH à partir de "Sabbath Bloody Sabbath", THE ORDER OF ISRAFEL est fait pour vous, avec ce Doom pesant, qui fait la part belle aux mélodies soignées et efficaces.
La formation explore des voies connues de tous, totalement ancrées dans les années 70, avec la promesse de ne pas faire dans la facilité. Ce premier album est copieux, plus d’une heure au compteur pour neuf titres, et ose des choix artistiques que beaucoup de jeunes combos auraient négligé sur un galop d’essai. Dès les premiers riffs, on sait que l’on va s’en prendre plein la mouille ; "Wisdom" monte en puissance jusqu’à ce que Tom Sutton ne vienne poser sa voix. Là, le temps semble se figer, on ne sait pas trop que penser de ce chant très monocorde, qui semble totalement manquer de passion.

A la basse, Sutton n’avait pas envisagé de prendre place derrière le micro, même s’il chantait sur quelques démos. Le groupe cherchait quelqu’un pour occuper ce poste délicat à plein temps mais personne ne faisant affaire, Sutton s’est résolu à assumer le rôle. Le résultat est tout d’abord étonnant, presque grotesque. Selon les morceaux, il va apporter plus de chaleur ("The Earth Will Deliever What Heaven Desires") ou se faire plus mordant ("On Black Wings, A Demon"). Mais principalement, il va rester sur ce ton un brin monocorde qui, au final, va accentuer la musique, la renforcer dans sa lourdeur.

Mais THE ORDER OF ISRAFEL n’est pas qu’un puits de lenteur et de lourdeur, même si cette dernière prédomine un peu partout. Les musiciens savent donner un coup d’accélérateur quand il le faut ("On Black Wings, A Demon" ou encore le très speed et très court "The Order", très étonnant au final tant il tranche avec le reste. Les Suédois savent également se transformer en trouvère, en proposant une approche plus médiévale de leur musique, à l’image du subtile "The Earth Will Deliver What Heaven Desires". Ici, le groupe livre une prestation énorme, qui a ce petit quelque chose en plus qui indique que l’on tient là un très bon disque.

Mais bien sûr, "Wisdom" a ses parts d’ombres. Parfois, les morceaux traînent un peu trop en longueur, à l’image du fleuve "Promises Made To The Earth", qui perd un peu l’auditeur dans des remous parfois troubles, sans qu’on en voit le fond. Personnellement, la première fois que j’ai écouté ce titre, j’ai eu l’impression d’entendre deux ou trois morceaux un peu similaires qui se succédaient. En comparaison, "Morning Sun (Satanas)", se veut plus fin et plus abouti dans son idée, sa construction et sa finalisation. Peut-on en tenir rigueur au jeune groupe, formé en 2012 ? Ce premier album tient du miracle tant il donne des motifs de satisfaction : bonne production, compositions fouillées, recherche artistique et volonté de se démarquer un peu d’une concurrence qui commence à avoir les dents longues.

THE ORDER OF ISRAFEL signe non pas un coup de maître, mais une semonce cruelle, un ordre de reddition simple, net, clair et précis. Il se dégage un quelque chose dans ce groupe qui échappe à bon nombre de formations cherchant à évoluer dans la même sphère : une odeur de soufre, un élan occulte utilisé avec intelligence, qui ne couvre pas le matériau de base avec quelque chose qui au final n’est qu’artifices. La musique se détache, elle ne se laisse pas enfermer dans une formule pour le moins stéréotypé. Bien sûr, on pourra m’objecter que le groupe évolue dans la sphère du Doom, que le genre n’est pas connu pour une variété de sons à faire frémir Karajan. Et pourtant ! Ce disque se rapproche beaucoup de la sève originelle et en capture les différentes saveurs avec beaucoup de brio. THE ORDER OF ISRAFEL est très certainement un groupe en devenir.

A lire aussi en DOOM METAL par DARK BEAGLE :


KHEMMIS
Hunted (2016)
Doom metal




PARADISE LOST
Medusa (2017)
A la fin, un éternel recommencement

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Tom Sutton (guitare, chant)
- Staffan Björck (guitare)
- Patrick Andersson Windberg (basse)
- Hans Lilja (batterie)


1. Wisdom
2. On Black Wings, A Demon
3. The Noctuus
4. The Earth Will Deliver Wath Heaven Desires
5. The Order
6. Born For War
7. Promises Made To The Earth
8. The Vow
9. Morning Sun (satanas)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod