Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

1985 The Firm
 

- Membre : Blue Murder, Ac/dc, Uriah Heep
- Style + Membre : Bad Company, Free, Led Zeppelin

THE FIRM - The Firm (1985)
Par DARK BEAGLE le 16 Août 2016          Consultée 912 fois

Quand Paul Rodgers quitte BAD COMPANY après l’album "Rough Diamonds" en 1982, il va d’abord sortir un album solo l’année suivante, "Cut Loose", avant de former un véritable nouveau groupe. Et finalement, ce ne sera pas une formation lambda de plus se payant un grand nom, mais ce qu’il convient d’appeler un super-groupe, même si aujourd’hui cette formulation est grandement galvaudée. Pourtant, là, cela prend une certaine signification. En effet, à la guitare, nous retrouvons Jimmy Page. Si ce dernier s’est bien grillé depuis la chute du Dirigeable, entre les drogues et les projets indignes de ses capacités, il compte bien se refaire une réputation ici. La batterie est tenue par l’ancien URIAH HEEP et le futur AC/DC Chris Slade, tandis qu’à la basse nous retrouvons le jeune Tony Franklin, un futur BLUE MURDER aux côté de John Sykes.

Certes, à part Page, on peut objecter que les noms ne sont pas si ronflants que cela (Paul Rodgers, une des plus belles voix du Rock, demeure étrangement sous-estimé, ou plutôt il végète dans une espèce de semi-célébrité, on sait que c’est un type qui a son importance, mais sans plus). A la base, la section rythmique imaginée aurait dû être composée de Bill Bruford (YES, KING CRIMSON) à la batterie et de Pino Palladino, un solide bassiste de scène dont le jeu n’est pas sans évoquer celui de John Deacon (QUEEN) ayant officié jusque-là avec David GILMOUR ou encore Paul YOUNG.

Pour THE FIRM, les deux têtes pensantes (Page, mais surtout Rodgers) décident de ne pas jouer de morceaux de leurs anciens groupes, seulement du THE FIRM et des titres issus des albums solos des deux protagonistes. Ce qui est courageux. Car ce premier disque éponyme sera un échec commercial, loin des attentes des musiciens et de la maison de disque. Un fait plutôt paradoxal quand on sait que les concerts affichaient complet.

Il faut dire que Jimmy Page et Paul Rodgers se connaissent depuis un moment ; en effet, BAD COMPANY fut la première signature de Swan Song, le label créé par LED ZEPPELIN dans les années 70. Ces deux vieux briscards font déjà office de dinosaures du genre à cette époque et leurs racines musicales viennent des champs de coton du sud des Etats Unis. THE FIRM joue une musique fortement teintée de Blues, avec de solides touches Rock et Hard Rock. Et en 1985, le groupe va sonner étrangement daté, tandis que l’album se savoure très bien aujourd’hui.

C’est surtout Paul Rodgers qui mène la barque. Le chanteur ne se contente pas de poser sa voix, il est très présent dans la composition et va également jouer de la guitare pour donner un soutien à Jimmy Page, qui est bien plus discret. Ici, son jeu se veut très dépouillé, basique. Nous sommes loin de la flamboyance dont il pouvait faire preuve au sein de LED ZEPPELIN, mais sa retenue sert parfaitement la musique de THE FIRM.

Nous nous retrouvons face à un album très nuancé. Bien sûr, nous retrouvons la facette la plus dure de Paul Rodgers, ce Hard Rock bluesy et élégant, qui peut être coloré avec des cuivres comme "Closer" ou se montrer plus direct, à l’instar de "Make Or Breath". Puis bien sûr, il y a toujours ces ballades, souvent assez intimistes, à l'image de "Together", sur laquelle la voix de Paulo fait des merveilles. Nous sommes en terrain connu pour qui a suivi FREE et BAD COMPANY, mais cela fait toujours son petit effet. C’est bien joué, touchant, les mélodies et les riffs attirent l’oreille, la section rythmique apporte le groove nécessaire pour rendre l’ensemble plus riche, plus confortable pour l’auditeur aussi. Quelques claviers vont s’inviter également, discrets. Ils sont plus là pour arrondir les angles que pour apporter plus d’accessibilité à cette période où les synthés imposaient leur loi.

De temps en temps, des chœurs féminins se font entendre, rendant certains titres plus chaleureux, comme la reprise du "You’ve Lost That Lovin’ Feeling" des RIGHTEOUS BROTHERS, qui ne manque pas de sensualité, ou encore sur Midnight Moonlight, le colorant de touches Gospel du plus bel effet. D’ailleurs, puisque l'on évoque ce titre, Jimmy Page fut montré du doigt par certains journalistes. Cette chanson fut en partie composée durant les sessions de "Physical Graffiti", sous le nom de travail de "Swan Song", et ne sera jamais achevé durant les années d’existence du Dirigeable de Plomb. Et si le morceau semble un peu traîner en longueur, il s’agit tout de même du moment de bravoure de cet album en tout point essentiel. Le reproche des journaleux ? Page était au fond du trou, incapable d'avoir une idée neuve. Mouais.

Le défaut majeur de cet album à sa sortie fut au final l’absence de prises de risques de la part des musiciens. Ils sont dans leur zone de confiance et n’en sortent pas, surtout pas Paul Rodgers. Mais peut-on en vouloir aux protagonistes de ne pas chercher à coller avec les canons de l’époque, à virer Glam à la façon de WHITESNAKE, tout en douceur, mais insidieusement ? Ils ont été sincères avec eux-mêmes et avec leurs fans. Bref, "The Firm" est un disque tout à fait recommandable, encore aujourd’hui, même s'il est très prévisible. Puis la voix de Paulo, quoi !

A lire aussi en HARD ROCK par DARK BEAGLE :


HEART
Dreamboat Annie (1975)
Dames de cœur




HEART
Dog & Butterfly (1978)
De bons présages


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Paul Rodgers (chant, guitare)
- Jimmy Page (guitare)
- Tony Franklin (basse)
- Chris Slade (batterie)


1. Clore
2. Make Or Break
3. Someone To Love
4. Together
5. Radioactive
6. You've Lost That Lovin' Feeling
7. Money Can't Buy
8. Satisfaction Guaranteed
9. Midnight Moonlight



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod