Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Twilight Force, Nordic Union

ECLIPSE - Armaggedonize (2015)
Par GEGERS le 15 Mars 2015          Consultée 2335 fois

Comme une perte de repères. Comme une envie de se laisser porter hors du temps et de l'espace. Nous sommes au 21ème siècle, c'est une évidence, le son percutant et le mur de guitares ne laissent en aucun cas planer le doute. Mais nous sommes comme dans une glose, un lieu indéfini, un espace imprécis, dans lequel la force des mélodies se voit décuplée, l'impact des refrains exacerbé, l'alchimie musicale transcendée en une espèce de bonheur intense qui ne semble vouloir se laisser maîtriser.

ECLIPSE.

Plein Soleil. Pas un nuage à l'horizon. La crème (solaire). On pourrait en trouver, des chapeaux façon L'Equipe pour résumer en une expression toute la splendeur de ce cinquième album des Suédois. Ce serait tricher, refuser de tenter de mettre des mots sur la richesse de ce Hard Rock foisonnant d'idées et riche d'un enthousiasme bluffant. A l'âge ou certains commencent à ronronner, persuadés d'avoir déjà tiré leurs meilleures cartouches, ECLIPSE n'a eu de cesse de gagner en précision et en cohérence depuis sa formation au début des années 2000. Erik Mårtensson et Magnus Henriksson, devenus depuis compositeurs en chef chez Frontiers ont eu à cœur de travailler leurs compétences sur divers projets et groupes plus ou moins factices du label, écrivant et produisant les albums récents de Toby Hitchcock, Giant, Jimi Jamison, Dalton, et prenant part au projet W.E.T. en compagnie de Jeff Scott Soto. Loin de s'être fait vider de leur substance créative, les deux musiciens ont eu au contraire tout le temps de mettre de côté nombre d'idées qui constituent ce "Armaggedonize". Deux ans après le déjà très costaud "Bleed And Scream", ECLIPSE se pose en représentant le plus remarquable d'un Hard Rock à l'européenne.

"A l'européenne", car si la musique du groupe reste fun, il n'y a pas ici le côté léger et hédoniste du Hard US. Les chœurs sont très présents, les claviers virevoltent, et certains refrains attrapent immédiatement, à la première écoute. Est-ce une faiblesse ? Certainement pas, car les mélodies d'ECLIPSE sont savantes. Il s'agit même d'une sorte d'exigence, en regard aux innombrables sorties du même genre qui inondent le marché. Le plus, finalement, semble être l'authenticité des compositions, qui les fait sortir du lot et leur donne une saveur unique et si particulière. Les riffs sont percutants, c'est une évidence (et même un pré-requis étant donné le style pratiqué), mais ce sont bien lignes mélodiques, couplées aux lignes vocales d'Erik Mårtensson qui transforment "Armaggedonize" en un intarissable réservoir à tubes.

Naturellement, les amateurs du genre trouveront ici certains codes parfaitement respectés. A l'image de cette tradition officieuse qui veut que, après avoir balancé deux brulôts in your face, le groupe propose un titre plus sombre et fouillé, moins immédiat ("The Storm", une splendeur). ECLIPSE en semble bien conscient, et y répond en balançant en fin d'album son titre finalement le plus éligible au format single, en l'occurrence un "One Life - My Life", ses guitares à la fois modernes et mordantes, ce refrain qui s'enfonce un peu plus à chaque écoute dans l'esprit de l'auditeur. Du reste, l'album ne souffre d'aucune faiblesse. La power-ballad ? "Live Like I'm Dying" dégage une puissance déstabilisante et captivante, en partie due au chant limpide. Le moment bluesy ? "Breakdown" nous emmène dans un far-west crado et mal famé, avant de s'inscrire dans la droite lignée d'un Hard 80's du plus bel effet.

En fait, nous sommes au 21ème siècle, et ECLIPSE signe un sans-faute. Si nombres de notes proches de la perfection vues ici où là sur ce formidable outil qu'est Internet laissaient craindre quelques chroniques de complaisance, il n'en est rien. En décidant de transporter le Hard Rock de papa dans un contexte contemporain, en n'hésitant pas à le gonfler d'influences modernes, le groupe suédois se fait l'artisan d'un genre musical qui n'a jamais sonné aussi actuel. Alors que la tendance est à la déshumanisation de la musique, ECLIPSE prouve que l'âme et un savoir-faire bien humain restent l'essence de l'art. Du Hard Rock ? Oui, mais plus, tellement plus...

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


CRYSTAL BALL
Dawnbreaker (2013)
Un retour que l'on avait pas vu dans nos boules !




DANKO JONES
Fire Music (2015)
Gros dégueulasse


Marquez et partagez




 
   GEGERS

 
  N/A



- Erik Mårtensson (chant, guitare)
- Magnus Henriksson (guitare)
- Robban Bäck (batterie)
- Magnus Ulfstedt (basse)


1. I Don't Wanna Say I'm Sorry
2. Stand On Your Feet
3. The Storm
4. Blood Enemies
5. Wide Open
6. Live Like I'm Dying
7. Breakdown
8. Love Bites
9. Caught Up In The Rush
10. One Life - My Life
11. All Died Young



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod